Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 25.07.2012 13h46
Les compagnies aériennes chinoises se battent face à la récession mondiale

Face à la récession qui touche aussi le secteur de l'aviation dans le monde, les compagnies chinoises se sont vues contraintes de se livrer une concurrence entre elles, d'une façon de plus en plus imaginative.

En Europe de l'Ouest et en Amérique du Nord, de nombreuses compagnies aériennes ont récemment annoncé des pertes encore plus graves que prévu. Et en Chine même, la compagnie aérienne internationale Air China a enregistré une chute de 38% de ses bénéfices l'année dernière.

Cependant, les deux autres grandes compagnies chinoises, China Eastern et China Southern, dans lesquelles l'Etat détient une participation majoritaire, ont elles réussi à progresser grâce à des stratégies innovantes.

China Southern Airlines, qui affirme être la plus grande compagnie aérienne d'Asie et la cinquième du monde en termes de capacité de passagers, s'est appuyée sur son réseau intérieur de services, très étendu, et sur son pôle de transit de Guangzhou pour offrir à ses clients des connections pratiques entre ses services intérieurs et internationaux.

Au moment où la plupart des économies développées souffrent d'une crise qui n'en finit pas, de plus en plus de Chinois, cependant, voyagent à l'étranger pour affaires, ou pour leur plaisir.

« En ce moment, c'est une bonne période pour exporter nos activités », a dit Si Xianmin, Président de China Southern, lors d'un entretien avec le China Daily.

Après avoir ouvert six nouvelles destinations internationales l'année dernière, China Southern a commencé les vols directs de Guangzhou à Londres en juin, permettant aux voyageurs aisés des provinces du Sud de la Chine de se rendre vers des destinations européennes.

« Notre objectif est d'augmenter le nombre de nos destinations internationales jusqu'à un niveau de 30% du total de nos dessertes cette année, contre 27% l'année dernière », a dit M. Si.

Selon M. Si, comparé avec les autres grandes compagnies aériennes chinoises, l'avantage de China Southern réside dans son réseau intérieur mature. La compagnie exploite en effet près de 200 destinations intérieures, soit plus que les deux autres grandes compagnies détenues par l'Etat, Air China et China Eastern.

Grâce à son réseau intérieur très complet, China Southern peut attirer davantage de passagers des villes de deuxième et troisième plan, où les autres compagnies aériennes ne disposent pas de vols directs, a ajouté M. Si.

Résultat, l'Aéroport International Baiyun de Guangzhou -base de départ de China Southern- est devenu l'un des pôles de transit majeurs de la Chine. En 2011, c'était le deuxième aéroport le plus chargé de Chine et le 19e du monde, en termes de trafic passagers, avec plus de 45 millions de passagers accueillis. La compagnie prédit une forte augmentation de son taux de remplissage, un instrument de mesure de l'utilisation de la capacité totale de ses avions sur les vols internationaux, a dit M. Si.

En 2010, quand China Southern a ouvert une route vers l'Australie, elle a vu le nombre de ses passagers bondir de 97% en un an, et son taux de remplissage passer de 54% à 78%, permettant à la compagnie d'enregistrer une augmentation de 48% des revenus internationaux totaux de la compagnie d'une année sur l'autre.

Le marché du transport aérien en Chine se monte à environ 300 millions de passagers par an, et ce chiffre devrait augmenter jusqu'à 450 millions dans les trois années qui viennent.
Dans le même temps, la stratégie de la compagnie China Eastern Airlines, dont le siège est à Shanghai, cherche de la croissance par le biais de coopérations.

La compagnie chinoise est en train de travailler avec son homologue australienne Qantas pour lancer la première compagnie low-cost de Hong Kong.

Jetstar Hong Kong -ce sera son nom- sera une coentreprise de 198 millions de Dollars US dans laquelle Qantas et China Eastern détiendront des parts égales. Elle espère commencer ses vols l'année prochaine.

Selon Liu Shaoyong, Président de China Eastern, la coentreprise avec Qantas est une étape-clé de la mondialisation de la compagnie.

Cependant, il est encore trop tôt pour dire si China Eastern réussira dans cette partie du monde, où le concept de voyage low-cost est encore nouveau.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Les principales nouvelles du 24 juillet
Les excuses de la France pour les crimes antisémites, une leçon pour l'histoire ?
L'Afrique est a même de choisir ses propres amis
Ce que cache la visite du Ministre japonais des Affaires Etrangères au Vietnam