Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 08.08.2012 13h38
Nouvelle baisse des exportations de terres rares

Des objectifs stricts ont été fixés pour les mines et les opérations d'extraction. La Chine va en effet fermer un cinquième des ses capacités de production de terres rares en application des nouvelles règles relatives à cette industrie, mais les analystes craignent que leur application stricte n'érode davantage encore la production.

Les mines de terres rares de types divers, pour la plupart situées dans le Nord de la Chine, vont se voir attribuer une capacité annuelle minimale de production de 20 000 tonnes et les entreprises d'extraction vont elles avoir à assurer une production annuelle d'au moins 2 000 tonnes, selon un communiqué publié lundi par le Ministère de l'Industrie et des Technologies de l'Information.

Jusqu'à un tiers des 23 mines er près de la moitié de 99 entreprises d'extraction ne seront pas en mesure d'appliquer ces nouvelles règles, selon Jia Yinsong, Directeur du Bureau des Terres Rares du Ministère.
Il estime que c'est ainsi près de 20% des capacités en terres rares de la Chine qui vont disparaître.

Cependant, les analystes s'inquiètent eux de la manière dont les nouvelles règles seront mises en oeuvre.
« Plus de 50 à 70% des enterprises concernées ne seront pas en mesure de respecter les exigencies en matière d'environnement si ces politiques sont appliquées de manière stricte », a dit Wang Siyu, analyste chez unmetal.com, une plateforme d'information industrielle.

« Limiter la production est plus efficace que d'éliminer des capacités de développement de l'industrie ».
Mais il estime cependant que ces règles n'affecteront pas les exportations chinoises.

« La plupart des entreprises qui ont reçu des quotas d'exportations répondent aux exigences », dit-il.
Les terres rares, un ensemble de 17 éléments, sont essentiels pour la fabrication de toute une gamme de produits hi-tech, comme les turbines éoliennes et les voitures hybrides. Mais un affaiblissement de ces deux industries a conduit à une baisse de la demande.

La Chine est actuellement impliquée dans des conflits commerciaux concernant les exportations de terres rares.

En juillet, en effet, l'Organisation Mondiale du Commerce a constitué un groupe spécial pour enquêter sur ce sujet, après que l'Union Européenne, les Etats-Unis et le Japon se soient plaints de ce qu'ils considèrent comme un contrôle trop strict des exportations de ces produits par la Chine.

La Chine, qui compte 23% des réserves de terres rares de la planète, en assure plus de 90% des exportations mondiales.

Les trafics en tout genre et une demande faible ont conduit à une baisse des quantités de terres rares exportées de Chine.

En effet, au premier semestre de cette année, la quantité de terres rares exportées légalement de Chine a baissé de 42,7% d'une année sur l'autre, chutant à 4 908 tonnes.

Si cette tendance se poursuit, ce sont moins de 10 000 tonnes de terres rares qui seront exportées de Chine cette année, bien en deçà des 31 130 tonnes qui peuvent l'être en fonction d'un quota fixé par le Ministère du Commerce.

Depuis 2007, la Chine a renforcé tant ses règles concernant la production de terres rares que ses règles régissant les exportations, et elle a fixé des quotas d'exportations annuelles.

M. Jia a précisé que le Gouvernement prendra des mesures pour fermer les entreprises non qualifiées et offrira des indemnisations si nécessaire.

Selon le Ministère de l'Industrie et des Technologies de l'Information, les nouvelles règles protégeront l'environnement et favoriseront la restructuration industrielle.

Selon le patron d'un des plus gros exploitants chinois, ces règles sont nécessaires.

« La Chine a besoin de construire des entreprises compétitives et de grande taille, pour suivre une voie régulière et lutter contre l'exploitation illégale », a ainsi déclaré He Jilin, Président du CNMC (Ningxia) Orient Group Co Ltd, une filiale du China Nonferrous Metal Mining (Group) Co Ltd.

Il estime que les nouvelles règles permettront de combattre les trafics. En 2011, en effet, les importations de terres rares enregistrées par les autres pays représentaient 1,2 fois celles affichées par les données officielles chinoises.

Certains experts et analystes de l'industrie doutent cependant de l'efficacité des nouvelles règles.
« Le Gouvernement fait des efforts pour aider l'industrie à se développer d'une manière saine. Cette décision aura des conséquences sur les prix, mais pas tant que çà », dit Gong Bin, Président du Qiandong Rare Earth Group Co Ltd.

Les prix ayant chuté de plus de la moitié par rapport aux niveaux recor de 2011, la Chine a réduit les droits d'exploitation des terres rares. Ainsi, le prix de l'oxyde de néodyme, utilisé dans les aimants, ne coûte t-il plus que 100 000 Dollars la tonne, contre 360 000 Dollars US il y a un an.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Les principales nouvelles du 7 août
Après le départ de Koffi Annan, qui va pouvoir refermer la Boîte de Pandore en Syrie ?
Pourquoi je déteste les Jeux Olympiques...
Les Etats-Unis s'intéressent à l'Afrique, et cette fois c'est vrai…