Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 17.08.2012 16h02
Des producteurs chinois réclament des enquêtes sur le polysilicium importé de l'UE

Les principaux producteurs chinois de silicium polycristallin de grade solaire ont demandé au gouvernement de lancer des enquêtes anti-dumping et anti-subvention sur les matières premières importées de l'Union européenne (UE).

Selon l'Association de l'Industrie des métaux non ferreux de Chine, le volume des importations de produits de polysilicium en provenance de l'UE a augmenté de 30,8% en base annuelle pour atteindre 9 300 tonnes au premier semestre de l'année, et que leur prix avait chuté de 47,5% à 27,5 dollars par tonne. La plupart des importations étant originaires d'Allemagne.

"Ce prix est largement inférieur à la normale. Ces produits importés ont porté atteinte aux intérêts du secteur du polysilicium en Chine," a accusé Zhao Jiasheng, chef de l'association.

Le ministère chinois du Commerce a annoncé, le 20 juillet, qu'il lancerait des enquêtes anti-dumping et anti-subvention sur le polysilicium de grade solaire importé des Etats-Unis et une enquête anti-dumping sur les mêmes types de produits importés de République de Corée.

Lu Jinbiao, directeur général adjoint de la Jiangsu Zhongneng Polysilicon Technology Development Co., Ltd, l'un des quatre grands producteurs de polysilicium de Chine, a estimé que si la Chine ne menait pas d'enquêtes similaires sur les importations de l'UE, l'effet de celles menées sur les produits américains et sud-coréens serait très limité.

Selon Lu Jinbiao, le ministère du Commerce a reçu la requête des producteurs chinois et est en train de l'étudier. Les producteurs ont également demandé au gouvernement d'imposer des douanes sur le polysilicium bon marché qui avait été importé des Etats-Unis et de la République de Corée.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Pourquoi les consommateurs chinois de produits de luxe sont-ils si jeunes ?
80% des jeunes de la « seconde génération riche » chinoise ne souhaitent pas reprendre l'entreprise familiale
Le "roi des anneaux" termine sa carrière sur un goût amer