Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 22.08.2012 08h21
Les banques chinoises confrontées à des risques liés aux devises étrangères

La Commission de supervision bancaire de Chine, régulateur suprême du secteur bancaire du pays, a mis en garde les banques commerciales chinoises contre les risques liés au déséquilibre de la balance des devises étrangères.

Les créances étrangères détenues par les banques chinoises ont totalisé 4 000 milliards de yuans (634,92 milliards de dollars), a rapporté mardi le quotidien China Securities News.

Selon un bilan établi fin juin, le taux de parité central du Renminbi, ou yuan (monnaie chinoise), contre l'euro a augmenté de 5%, créant pour les banques commerciales des risques de déséquilibre concernant leurs avoirs en devises.

Selon les statistiques de la commission, le risque de change accumulé des comptes bancaires représentait 5,2% des actifs totaux du secteur à la fin du deuxième trimestre. Ce chiffre est supérieur d'un point de pourcentage à celui enregistré au premier trimestre, mais reste légèrement inférieur à la moyenne de l'année 2011.

Le risque de change est le risque de perte causé par les mouvements défavorables des taux dans d'autres pays.

Les banques font face à des risques croissants, alors que les analystes tablent de plus en plus sur une dévaluation du Renminbi.


News we recommend

« Back to Future » par Irina Werning Le premier mariage homosexuel bouddhiste à Taiwan   Les animaux dormeurs
Qipao 2.0   Retour à la maison après quatre ans d'exil pour les pandas du Sichuan Les Chinois adorent les échasses!
L'industrie de la beauté en Chine profite d'une cure de jouvence Yu Wenxia : Miss China sacrée Miss Monde 2012 Plus de 2700 jeunes femmes veulent épouser un milliardaire


Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Des liens étroits avec Tokyo sont 'cruciaux' pour les Etats-Unis
Pourquoi les consommateurs chinois de produits de luxe sont-ils si jeunes ?
80% des jeunes de la « seconde génération riche » chinoise ne souhaitent pas reprendre l'entreprise familiale