Recevoir les       newsletters       gratuites
Accueil Notre Site Plan du Site Aide Archives Chinois Anglais Japonais Espagnol Russe Arabe
CHINE
ECONOMIE
INTERNATIONAL
SCI-EDU
CULTURE
SPORTS
VIE SOCIALE
TOURISME
HORIZON
PHOTOS
DOCUMENTS
Dossiers
-Culture chinoise     <nouveau>
-Patrimoine

-La Chine en chiffres
-Guide de Beijing

-Tibet

-Régions

-Institutions

-Opéra de Pékin

-Les fêtes chinoises

-Portraits

-Ethnies

-Aperçu

VOIX DE LECTEURS
LIENS

Agence de presse Xinhua (Chine nouvelle)


Radio Chine Internationale


Centre d'Information


Beijing Information


Ambassade de France en Chine

Français>>Horizon
Mise à jour 10:06
La révolution sexuelle fait tache d'huile en Chine
Li Yinhe

Sujet tabou depuis plusieurs siècles en Chine, la sexualité fait l'objet d'un débat public dans la presse, dans des réunions et même dans des écoles. Mme Li Yinhe, la première femme sociologue en matière sexuelle dans ce pays, se consacre notamment à la sexualité dans la Chine contemporaine depuis une dizaine d'années. Née en 1952 à Pékin, elle a obtenu le doctorat en philosophie à l'Université de Pittsburg aux Etats-Unis, puis le post-doctorat en sociologie à l'Université de Pékin. Elue parmi les 50 premiers Chinois les plus influents par Asian Weekly, elle travaille, à titre de chercheuse et directrice de doctorat, à l'Académie des sciences sociales de Chine. Voici ses quelques points de vue sur la vie sexuelle des Chinois.

I. Les Chinois sont-ils satisfaits de leur vie sexuelle ?

Considérant la vie sexuelle comme une affaire honteuse, les Chinois ne veulent pas en parler en public. « Généralement parlant, la vie conjugale des Chinois est harmonieuse », a dit Mme Li, qui a mené une enquête sur ce sujet. Celle-ci montre que la moitie des couples sont satisfaits de leurs conjoints. Plus

II. La liaison sans lendemain

Mme Li considère la liaison sans lendemain comme étant un choix individuel. Elle ne doit pas être blâmée lorsque les auteurs sont tous deux célibataires. Pourtant, a-t-elle dit, cet acte sexuel est plein de risques : plus de partenaires sexuels on a, plus de maladies sexuellement transmissibles on risque de contracter.

III. L'homosexualité masculine

Mme Li indique que la différence la plus nette entre l'homosexuel masculin chinois et celui en Occident est que le premier a l'éventualité d'épouser une femme. Cet acte est plus ou moins incompréhensible pour les Occidentaux. Mais il est normal pour un Chinois de souche : En Chine, l'homme a pour devoir inéluctable de se marier, non seulement pour assurer la continuation de sa famille, mais aussi pour respecter les règles de conduite intangibles fixées par la culture traditionnelle. Ainsi certains homosexuels masculins trouvent-ils des astuces pour satisfaire le désir sexuel de leurs épouses sans exhiber leur préférence sexuelle réelle. Une fois le « secret » éventé, une partie de leurs épouses y réagissent de manière modérée. Car leurs femmes sont moins jalouses des liaisons de leurs maris avec un homosexuel qu'avec un sexe opposé.

IV. Prostitution

« Il serait préférable d'accorder des permis aux prostitué(e)s chinois(es) et de les soumettre à des examens sanitaires réguliers, ce qui sauvegarderait les droits des femmes et aiderait à résoudre des problèmes sociaux comme la prostitution. Je crois que cela arrivera un jour ou un autre. Je n'ai pas l'intention de légaliser ce commerce de charmes, mais je n'y vois pas un crime. Nous devons traiter cela comme un problème de moralité ou bien une affaire basée sur un acte volontaire, qu'elle soit payée ou non. Nous devons préserver le droit de blâmer ce commerce sous l'angle de la moralité », a dit Mme Li. Plus

08/07/2005

Voir aussi : Trouver un conjoint « convenable » devient difficile en Chine



Adresse email du destinataire


 Trouver un conjoint « convenable » devient difficile en Chine
Copyright © 2000-2005 Tous droits réservés.