Recevoir les       newsletters       gratuites
Accueil Notre Site Edition de Week-end Archives Chinois Anglais Japonais Espagnol Russe Arabe
CHINE
ECONOMIE
INTERNATIONAL
SCI-EDU
CULTURE
SPORTS
VIE SOCIALE
TOURISME
HORIZON
PHOTOS
DOCUMENTS
Dossiers
-Culture chinoise     <nouveau>
-Patrimoine

-La Chine en chiffres
-Guide de Beijing

-Tibet

-Régions

-Institutions

-Opéra de Pékin

-Les fêtes chinoises

-Portraits

-Ethnies

-Aperçu

VOIX DE LECTEURS
LIENS

Agence de presse Xinhua (Chine nouvelle)


Radio Chine Internationale


Centre d'Information


Beijing Information


Ambassade de France en Chine

Français>>Horizon
Mise à jour 15.06.2007 16h15
Introspection du combat donquichottisme entre Wahaha et Danone

Le combat verbal entre Wahaha et Danone était ces derniers temps toujours à la une des médias économiques et financiers du pays. Le 7 juin, le fondateur de Wahaha Zong Qinghou a annoncé sa démission de son poste de Président du Conseil d'Administration de la Société à capitaux mixte. Tout de suite après, les distributeurs des produits Wahaha de tout le pays ont publié conjointement une déclaration exprimant leur vif mécontentement envers Danone qui d'après eux a obligé Zong à se démettre de sa fonction. Par la suite, les actions de Danone ont connu une grande chute.

Pour ce qui est du litige surgi entre les deux parties, la raison réelle de sa survenance réside en fait dans la non résolution des deux principales difficultés apparues lors de la fusion-acquisition, à savoir le problème du capital humain et le problème de l'écart de la culture d'entreprise.

Du côté de Wahaha, on pense que sans le travail laborieux et pénible de Zong Qinghou, il n'y aura ni la gloire ni la renommée de Wahaha d'aujourd'hui. Zong s'était ridiculisé en disant qu'il était le Président Directeur Général qui vaut le moins de toute l'histoire. C'est pourquoi lorsque Danone qui a forcé la fusion-acquisition de Wahaha en invoquant sa puissance financière a négligé justement un problème clé : c'est-à-dire le problème d'évaluation du capital humain du Président Zong. Le développement d'une entreprise réside effectivement dans la coordination d'une équipe unie et dynamique, mais la conduite et la décision du chef sont également très importante et ne peuvent être sous-estimées.

Durant les vingt ans passés, Wahaha d'une petite entreprise inconnue fondée par une école s'est développé en une grande entreprise de réputation nationale, les mérites de Zong ne peuvent être passés sous silence. Danone a fixé son choix sur Wahaha, mais a dédaigné de reconnaître la valeur de Zong, alors qu'il accorde de grands avantages aux distributeurs de Wahaha. Cette façon d'agir en méconnaissant la valeur du capital humain a suscité le déplaisir et l'ennui de celui-ci et en même temps a provoqué la contrariété des distributeurs de Wahaha qui « se sentent en danger quand on attaque son voisin », et c'est pourquoi au lieu d'être amenés à coopérer avec Danone, ils décident de se mettre du côté de Zong, de lui prêter secours et de serrer les coudes avec lui. Objectivement parlant, cela a abouti à un résultat tout contraire et cela signifie que Danone n'est pas au courant du rôle important joué par son chef dans le développement d'une entreprise chinoise.

L'écart de la culture de l'entreprise, et surtout l'écart qui existe entre la culture orientale et la culture occidentale, est en fait un des facteurs clés qui décident des résultats positifs ou non de la fusion-acquisition d'entreprises. En examinant les autres cas de fusion-acquisition à l'intérieur et à l'extérieur du pays, on peut constater que dans la plupart des cas, l'échec est dû principalement à la différence culturelle. Surtout pour la fusion d'entreprises chinoises et d'entreprises étrangères, il existe de grandes difficultés pour le rodage des entreprises après la fusion-acquisition en raison de la différence de leur pays respectif et de celle de leur environnement de gestion.

On croyait qu'à la suite de la fusion-acquisition du groupe Chinois Lebaishi par Danone, ce dernier aurait acquis des expériences en ce qui concerne de fusion avec des entreprises chinoises de production alimentaire. Mais étant donné que l'état d'exploitation de Lebaishi après la fusion laisse à désirer et n'est toujours pas parvenu à un niveau satisfaisant, cela prouve qu'il existe des insuffisances et des défauts quant au contrôle et à la gestion des entreprises chinoises par la Société alimentaire française, alors que les démarches effectuées par celle-ci dans la fusion-acquisition de Wahaha montrent de façon évidente que certaines de ses méthodes de travail ne sont pas à la hauteur d'une grande entreprise internationale qui figurent parmi les 500 plus puissantes du monde.

Nous avons l'impression que les deux parties concernées ne procèdent pas à des échanges de vue, il semble plutôt qu'elles profèrent des injures et se déchirent l'une et l'autre. Si cela continue ainsi, même si Danone pourrait atteindre son but de fusionner Wahaha, il serait difficile d'imaginer que ce dernier pourrait lui apporter des succès escomptés. Nos aïeux ne cessaient de répéter : l'unité et l'harmonie sont les qualités les plus précieuses. Si on s'éloigne des échanges et de la compréhension par voie culturelle, la fusion-acquisition d'entreprise coûtera chère même si elle pourrait réussir.


Source: le Quotidien du Peuple en ligne



Adresse email du destinataire


 Faber : il convoquera dans les dix prochains jours une réunion de son Conseil d'Administration

 Le Ministère Chinois du Commerce suit de près la controverse entre Wahaha et Danone

 Wahaha dévoile pour la première fois sa rancoeur contre Danone

 Le président intérimaire de Wahaha toujours manquant à l'appel

 La force obligatoire du contrat

 Zong Qinghou intentera un procès à la Société Danone après sa démission

 Le patron de Wahaha démissionne de ses fonctions de président de ses joints ventures avec Danone

 Wahaha accuse Danone de vouloir la racheter de force en intentant un procès

 Evian contient une quantité excessive de microbes

 Danone a entamé une procédure légale contre Wahaha après l'arrêt des pourparlers
Copyright © 2000-2005 Tous droits réservés.