Recevoir les       newsletters       gratuites
Accueil Notre Site Edition de Week-end Archives Chinois Anglais Japonais Espagnol Russe Arabe
CHINE
ECONOMIE
INTERNATIONAL
SCI-EDU
CULTURE
SPORTS
VIE SOCIALE
TOURISME
HORIZON
PHOTOS
DOCUMENTS
Dossiers
-Culture chinoise     <nouveau>
-Patrimoine

-La Chine en chiffres
-Guide de Beijing

-Tibet

-Régions

-Institutions

-Opéra de Pékin

-Les fêtes chinoises

-Ethnies

-Aperçu

VOIX DE LECTEURS
LIENS

Agence de presse Xinhua (Chine nouvelle)


Radio Chine Internationale


Centre d'Information


Beijing Information


Ambassade de France en Chine

Français>>Horizon
Mise à jour 15.04.2008 15h58
Les « Routes tibétaines » de l'écrivain français Emmanuel Roblès

Emmanuel Roblès (1914 – 1995), membre de l'Académie Goncourt, est mort il y a déjà quatorze ans. Parmi le grand nombre d'ouvrages littéraires qu'il a laissé à la postérité, on en remarque deux sur la Chine, dont « Routes tibétaines ».

Emmanuel Roblès était un écrivain doté d'un sens élevé de la justice et il éprouvait un profond sentiment d'attachement pour le Tibet, c'est pourquoi il désirait depuis longtemps rendre visite à d'anciens serfs tibétains affranchis et émancipés après la libération pacifique du Tibet et surtout après la réforme démocratique survenue en 1959. Il m'a fait part à plusieurs reprises de son désir ardent lorsque j'étais à Paris.

Il a eu enfin en 1984 une occasion pour faire une visite de recherches au Tibet, mais à ce moment-là il était déjà un septuagénaire et il souffrait du diabète. Mais ne tenant aucun compte du mal d'altitude et des troubles qu'on ressent en haute montagne, il accepta joyeusement d'y aller. Ainsi, il était devenu après le Président français d'alors Giscard d'Estaing, le premier écrivain occidental à visiter le Tibet.

En 1986, son livre « Routes tibétaines » fut publié par les Editions Grasset & Fasquelle et fut réédité en 1997. Dans son ouvrage, l'auteur rapporte fidèlement tout ce qu'il a vu et tout ce qu'il a entendu lors de son voyage sur les « Routes tibétaines ». Il relate dans son livre les faits historiques incontestables qui prouvent que le Tibet dépend et appartient à la Chine depuis longtemps et raconte la joie et le bonheur des anciens serfs tibétains affranchis. Pour pouvoir refléter totalement et complètement la physionomie sociale du Tibet après sa libération pacifique et sa réforme démocratique, il a rendu visite à presque toutes les personnalités en vue des diverses couches sociales tibétaines, et surtout à des « chaba », à des « Duiqiong » et à des « Langsheng » qui étaient aux bas-fonds de la société et qui étaient les plus opprimés et qu'on surnommait alors « les animaux qui savent parler ». Pour que les récits de son livre soient autant que possibles fidèle, équitable, émouvant et convaincant, il a discuté longuement avec plusieurs écrivains tibétains, dont Yixi Danzeng, et a rencontré des dirigeants tibétains dont Ngapoi Ngawang Jigme qui était un des vice-présidents du Comité national de la CCPPC (Conférence consultative politique du Peuple chinois).

Les « Routes tibétaines » réfutent avec des faits réels les calomnies odieuses, ignobles et infâmes allant totalement à l'encontre de la réalité tibétaine par des politiciens occidentaux et des écrivains malhonnêtes et présentent au public et aux lecteurs français la toute nouvelle physionomie du « toit du monde » après que la population locale eut brisé et se fut débarrassée du carcan de l'ancien système féodal de servage. D'autre part, Emmanuel Roblès m'a demandé de traduire en français le roman-fleuve « Les survivants » offert à lui par Yixi Danzeng qui était alors Vice Président de l'Association des écrivains tibétains. Roblès pensait alors qu'en lisant un livre écrit par un écrivain tibétain authentique, ses compatriotes connaîtront et comprendront mieux le passé et le présent du Tibet.

Depuis alors, à chaque fois que des médias français publiaient des reportages calomnieux sur la Chine, il se portait en avant et réfutait toutes les allégations mensongères et pernicieuses. Une fois France 2 a projeté un documentaire sur le Tibet et le commentateur disait : « On a même pas construit un hôpital au Tibet. » Roblès s'est indigné en entendant cela, et il a immédiatement téléphoné à un responsable de France 2 et lui a dit : « Ce qui est débité dans votre émission, ce sont des sottises, des bêtises et des absurdités ! Vous venez de projeter une vue sur une rue de Lhassa, et le bâtiment qui est derrière le coin de la rue est justement un hôpital, et je l'ai visité lors de mon séjour dans cette ville. ». Ces paroles de reproche atteignirent ce responsable qui se sentit décontenancé, embarrassé et mal à l'aise. Il a été obligé de présenter des excuses à Emmanuel Roblès qui est assez connu en France et qui était membre de l'Académie Goncourt. Mais, il a s'est dérobé à sa responsabilité en disant que France 2 ne connaît pas très bien la situation au Tibet.

Aujourd'hui quand je relis ce livre laissé par cet écrivain de génie, je me rappelle alors sa voix et toute sa physionomie et j'éprouve en vers lui un profond sentiment d'admiration et d'estimation et je considère que les « Routes tibétaines » les témoignages fidèles et sincères d'un écrivain occidental franc et honnête sur la réalité tibétaine.

Shen Dali

--Page spéciale: Les émeutes à Lhassa


Source: le Quotidien du Peuple en ligne



Adresse email du destinataire


 L'ordre social est rétabli à Lhassa

 De nombreuses structures pour augmenter les revenues des Tibétains

 Des journalistes chinois et étrangers visitent Maqu après les émeutes

 La Chine s'oppose fermement à la résolution du Sénat américain concernant le Tibet

 L'organisation terroriste le « Congrès de la Jeunesse Tibétaine » est l'ennemi commun de toute l'humanité

 Des experts russes: Des performances politiques sur le Tibet n'ont apporté aucun résultat positif

 Faits et chiffres: développement du Tibet

 Donnons une claque cinglante à « Libération »

 Interview de Monsieur Patrick BRUNOT, Docteur d'Etat en Droit, Avocat, Professeur à l'Ecole des Hautes Etudes Internationales de Paris

 Un suspect des émeutes de Lhasa avoue avoir lacéré un passant innocent
Copyright © 2000-2005 Tous droits réservés.