Recevoir les       newsletters       gratuites
Accueil Notre Site Edition de Week-end Archives Chinois Anglais Japonais Espagnol Russe Arabe
CHINE
ECONOMIE
INTERNATIONAL
SCI-EDU
CULTURE
SPORTS
VIE SOCIALE
TOURISME
HORIZON
PHOTOS
DOCUMENTS
Dossiers
-Culture chinoise     <nouveau>
-Patrimoine

-La Chine en chiffres
-Guide de Beijing

-Tibet

-Régions

-Institutions

-Opéra de Pékin

-Les fêtes chinoises

-Ethnies

-Aperçu

VOIX DE LECTEURS
LIENS

Agence de presse Xinhua (Chine nouvelle)


Radio Chine Internationale


Centre d'Information


Beijing Information


Ambassade de France en Chine

Français>>Horizon
Mise à jour 13.05.2008 16h00
Li Huan : je n'éprouve aucune crainte face à la menace et à l'intimidation

Le 19 avril, une manifestation ayant pour thème « Pour les Jeux Olympiques de Beijing et contre l'injustice médiatique » a été organisée à la Place de la République à Paris par des ressortissants chinois et des étudiants chinois en France. L'étudiant chinois Li Huan, qui était venu en France de la ville de Xi'an, chef-lieu de la Province du Shanxi, a prononcé en français en discours qui a attiré l'attention de tous, aussi bien des Chinois que des Français présents lors de cette manifestation et qui a suscité la pleine et entière approbation des centaines de milliers d'internautes chinois de l'intérieur du pays qui se trouvaient à des milliers et de milleirs de kilomètres de là.

Le 9 mai dans la soirée, Li Huan est venu sur invitation à l'Université de Qinghua de Beijing où il a participé à une causerie. Il a profité de cette occasion pour raconter ce qu'il a vécu et pour faire part aux étudiants de son idée du patriotisme rationnel et raisonnable et de la transmission efficace au monde entier de l'image réel de la Chine.

Un correspondant du Quotidien du Peuple en ligne a interviewé le même jour Li Huan qui est rentré dans la patrie.

Je n'ai éprouvé aucune crainte face à la menace et à l'intimidation.

Correspondant (Cor.) : Lorsque les médias français accusaient et condamnaient violemment la Chine, vous, en tant qu'étudiant chinois, vous avez tenu compte à quoi en participant à ce rassemblement ?

Li Huan (Li) : Compte tenu de la situation à ce moment-là où les médias français étaient unanimes
à condamner la Chine, nous pensons que ce qui est urgent c'est de faire connaître la vérité et
les faits réels aux masses populaires françaises et aux médias français et à se servir de moyens acceptables pour eux pour leur faire comprendre. Vu qu'auparavant j'ai déjà participé à un programme télévisuel de ce genre, c'est pourquoi tout le monde m'a désigné à l'unanimité pour prendre la parole au meeting.

Au début, j'ai éprouvé de l'appréhension et du scrupule, car j'avais déjà reçu des coups de téléphone de menace et d'intimidation qui me disent qu'en cas d'organisation de manifestation, il se produirait assassinats et explosions. Mais, j'ai réfléchi et je suis sûr qu'en cas où il m'arriverait quelque chose, l'Etat prendrait certainement en charge mes parents, ce qui a dissipé mes inquiétudes et mes hésitations. Puis ce qui m'a préoccupé le plus c'est comment faire pour mener au mieux l'affaire et pour éviter autant que possible l'écart de compréhension.

Les efforts déployés par les étudiants chinois ont été couronnés de succès.

Cor. : Les divers milieux de la société française, comment ont-ils réagi face à cette action des étudiants chinois ? Quels sont les résultats de vos efforts ?

Li : Notre action a produit un grand effet. Après notre manifestation du 19 avril, des médias français ont publié le 21 avril des reportages qui disent pour la première fois que sous la domination du Dalai Lama le Tibet se trouvait dans une société féodale et c'était également après l'incident du 14 mars que des médias français rapportent pour la première fois ce genre de chose qui sont pour nous des connaissances élémentaires.

Auparavant, certaines petites villes françaises ont accroché le drapeau des « lions des montagnes enneigées » des indépendantistes tibétains. C'est alors que le 21 avril, des étudiants adressé collectivement aux autorités municipales des ces villes une lettre de protestation dans laquelle il est indiqué que leur agissement blesse le sentiment de tout le peuple chinois. Le lendemain, c'est-à-dire le 22 avril dans la matinée, nous avons appris que ce drapeau accroché au-dessus de la mairie a été retiré et que la décision a été prise après délibération du conseil municipal.

Puis nous avons remarqué que la réaction a été plutôt positive et plutôt favorable dans la plupart des cas et que les voix et impartiale se font entendre et augmente sans cesse, tandis que qu'elles étaient unanimes auparavant. Des commentateurs et des hommes politiques français ont commencé à tenir des propos plutôt neutre en disant que le problème du Tibet est un problème intérieur de la Chine et cela a amené les Français à se livrer à l'introspection et à l'analyse de leur sentiment.

Quant aux masses populaires françaises, leur réaction était plus forte, car les ressortissants et les étudiants chinois manifestaient très rarement et s'intéressaient peu à la politique. C'est pourquoi la manifestation des Chinois à la Place de la République les a secoué et bouleversé. Certains médias français ont déclaré qu'elle a été organisée à l'instigation du gouvernement chinois et de l'Ambassade de Chine en France qui ont agi en coulisse. Moi, en tant qu'un des organisateurs de cette manifestation, je peux vous affirmer en toute responsabilité qu'elle a pu enfin se réaliser grâce aux efforts conjugués des étudiants chinois qui ont travaillé d'arrache-pied jour et nuit durant neuf jours. Bien que des voix discordantes se font toujours entendre, mais nombreux sont les médias qui ont été porté à réfléchir sur les faits et à les analyser. Et les débats et les discussions sur la Chine ont multiplié.

« J'ai dit ce que la plupart des gens pensaient et voulaient dire. »

Cor. : Voulez-vous me dire pourquoi votre discours a produit un effet aussi profond et aussi considérable ?

Li : Je pense que la raison c'est que j'ai dit ce que la plupart des gens pensaient et voulaient dire et que mes propos étaient acceptables pour les Chinois comme pour les Français qui m'écoutaient. Ces propos reflétaient également les particularités de la nation chinoise dont la culture prône plutôt la sincérité, la tolérance, la générosité, la magnanimité et amitié. Et mon discours traduisait et exprimait justement la quintessence de la culture chinoise.

Parlant au nom de tous les étudiants chinois en France, j'ai fait part à mon auditoire de ce que nous pensons et de ce que nous croyons, et de notre espérance dans la jeunesse du pays. Ce que nous souhaitons c'est qu'elle fasse preuve de patriotisme rationnel et raisonnable, aille jusqu'au fond du problème et accomplisse ce qu'elle doit faire.

Jouer le rôle de trait d'union entre la Chine et l'Occident.

Cor. : Vous avez dit dans votre discours « Nous (les étudiants chinois) voulons être un pont, un messager entre les deux peuples. », pour servir de pont intermédiaire vraiment efficace et vraiment utile entre les deux peuples chinois et français, les étudiants chinois, quelles qualités doivent-ils posséder pour cela ?

Li : Les étudiants chinois ont pris contact avec la culture des deux pays. Ils ont été éduqués, formés et influencés par deux sortes de culture complètement différentes et ils comprennent deux langues et connaissent les écarts culturels qui existent entre les deux sociétés. C'est pourquoi ils peuvent être des porte-voix entre les deux parties. Les raisons qui ont amené la publication de reportages déformés, calomnieux et mensongers sur l'incident du 14 mars sont dus principalement à l'incompréhension et à la mésintelligence entre les deux pays et les deux peuples qui connaissent peu de chose l'un de l'autre.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne



Adresse email du destinataire


 Beijing invite les citoyens a dénoncer les infractions sur le logo des Jeux olympiques

 La parfaite combinaison des J.O. de Beijing et de réalisations scientifiques et technologiques

 La Chine s'acquitte sérieusement de ses engagements solennels envers le monde

 Renforcement du contrôle de la sécurité dans le métro

 Des feux d'artifice sans fumée pour les Jeux olympiques

 Renforcement de la sécurité dans le métro de Beijing

 Une numéro de téléphone unique pour toutes les urgences

 J.O. de Beijing : la retransmission sur Internet doit être autorisée par la CCTV.com

 Plus de 1,12 millions d'inscriptions pour être bénévoles aux J.O. et aux J.P de Beijing
Copyright © 2000-2005 Tous droits réservés.