Recevoir les       newsletters       gratuites
Accueil Notre Site Edition de Week-end Archives Chinois Anglais Japonais Espagnol Russe Arabe
CHINE
ECONOMIE
INTERNATIONAL
SCI-EDU
CULTURE
SPORTS
VIE SOCIALE
TOURISME
HORIZON
PHOTOS
DOCUMENTS
Dossiers
-Culture chinoise     <nouveau>
-Patrimoine

-La Chine en chiffres
-Guide de Beijing

-Tibet

-Régions

-Institutions

-Opéra de Pékin

-Les fêtes chinoises

-Ethnies

-Aperçu

VOIX DE LECTEURS
LIENS

Agence de presse Xinhua (Chine nouvelle)


Radio Chine Internationale


Centre d'Information


Beijing Information


Ambassade de France en Chine

Français>>Horizon
Mise à jour 21.07.2008 09h44
Qui sont réellement les « ennemis » des Jeux Olympiques de Beijing ?

Ces derniers temps, certains médias occidentaux ont émis des remarques ironiques et sarcastiques à l'endroit des mesures préventives de défense prises par les autorités municipales de Beijing et ont déclaré que celles-ci « font preuve de nervosité pour rien ». A cet effet, un correspondant de China News a interviewé à titre exclusif Li Wei, Spécialiste en matière de lutte antiterroriste et Directeur du Centre d'études stratégiques de l'Institut de recherches sur les relations internationales contemporaines, qui a déclaré que l'ouverture de Beijing sur le monde ne doit pas lui permettre de négliger sa sécurité.

Beijing est toujours l'une des pays du monde où la sécurité est totalement assurée.

Des spécialistes en la matière ont indiqué que lors des Jeux Olympiques, la ville de Beijing doit faire face à des menaces qui dépassent n'importe qu'elle menace du temps de la Guerre froide. Li Wei a exprimé son désaccord quant à cette opinion et il pense que malgré les nombreuses menaces auxquelles Beijing est exposées, mais il est toujours l'une des villes les plus sûres du monde et cela est dû à deux facteurs : le premier, le gouvernement chinois a toujours œuvré pour la réalisation de l'idée de construction d'une société harmonieuse et d'un monde harmonieux ; le deuxième, le gouvernement chinois a accompli une grande quantité de travail que personne n'est au courant et qui font que des actes de sabotages qui menacent la sécurité ont été étouffés dans leur état de germe, de préparation ou d'organisation.

Qui sont-ils vraiment ces « ennemis » ?

Alors en fin de compte, qui sont-ils réellement les « ennemis » des Jeux Olympiques de Beijing ? Li Wei pense qu'ils sont constitués principalement des forces suivantes :

-- Les forces terroristes du « Turkestan Oriental ». Les actes terroristes dévoilés dernièrement, dont certains ont avorté ou échoué et d'autres toujours en état de préparation, sont fomentés et organisés par le Mouvement islamique du Turkestan Oriental, et même jusqu'à présent il continue à distribuer des vidéo cassettes appelant à l'insurrection et à proférer des menaces terroristes à l'encontre des Jeux Olympiques.

-- Les partisans radicaux de l' « indépendance tibétaine » qui ont exprimé leur tendance à la violence lors des incidents et violences qui ont éclaté le 14 mars dernier à Lhassa et dans d'autres régions où habitent des Tibétains. Le TYG (Tibetan Youth Congress) a même menacé de sacrifier la vie de cent Tibétains pour déclencher des attaques suicides visant les Jeux Olympiques de Beijing.

-- Les activistes du Falun Gong. Ils ont organisé des troubles et incidents, tels que le suicide en s'auto-brûlant, l'empoisonnement, ... etc. Le caractère particulier du Falun Gong fait qu'on ne sait jamais à quel moment il pourrait inciter et pousser ses adeptes à mener des actes de sabotages contre les Jeux Olympiques de Beijing.

-- Les gens mécontents et insatisfaits qui ont des griefs contre la société. Au moment où la société chinoise se développe rapidement et parvient à sa phase de transition, il est inévitable qu'il ne se produise pas des contradictions internes en elle. Il n'est pas exclu que certains individus imitent les moyens et les méthodes du terrorisme international pour se venger de la société. Le petit nombre d'incidents à caractère radical qui se sont produits récemment, tels que les troubles qui ont éclaté à Weng'an et l'attaque à main armée contre le siège de la police judiciaire d'un arrondissement de la Municipalité de Shanghai, lesquels nous ont donné un avertissement sévère.

-- Les forces du terrorisme international qui ont une puissante capacité de lancer des attaques et il est extrêmement difficile de prévoir leurs attaques et de les contrecarrer.

Beijing qui s'ouvre au monde entier ne doit pas négliger sa propre sécurité.

Abordant les propos publier ces derniers temps par les médias occidentaux qui expriment leur doute et leur suspicion envers les mesures prises par les autorités concernées de la ville de Beijing pour assurer la sécurité des Jeux Olympiques, Li Wei a riposté et a réfuté un à un ces propos.

-- BFM TV de la France a fait le commentaire suivant : Les Jeux Olympiques de Beijing ont exagéré la nécessité des forces de sécurité, ce qui ne peut pas renforcer le sentiment de sécurité et cette façon de faire augmente au contraire le sentiment d'insécurité et et fait que les gens ont toujours les nerfs tendus.

Comme réponse, Li Wei a indiqué que les Pékinois n'ont aucunement les nerfs tendus et ce sont les médias occidentaux qui font preuve d'une nervosité et d'un énervement extrême. « Je parle comme cela, a-t-il dit, parce que je sais que les mesures appliquées sont comprises par les habitants de Beijing, car on leur a donné des explications et ils savent qu'elles visent seulement les gens malfaisants et malintentionnés, c'est pourquoi les gens normaux n'ont aucune raison de s'en inquiéter et ils sont tout à fait tranquilles. »

-- L'Agence France-Presse (AFP) a cité dernièrement les propos de certaines organisations des droits de l'homme qui affirment que les mesures de sécurité pour les Jeux Olympiques permettent à la Chine « de renforcer leur contrôle sur les éléments dissidents, ce qui est contraire au caractère ouvert des Jeux Olympiques de Beijing ».

Répondant à cela, Li Wen indique que l'ouverture et la sécurité de Beijing ne sont aucunement contradictoire et de s'oppose pas l'une à l'autre. Le renforcement de la sécurité ne signifie pas l'abandon de l'ouverture. Si quelqu'un essaie et tente de saboter les Jeux Olympiques, on adoptera certainement à son égard des mesures de restrictions. Mais en ce qui concerne les dissidents qui ont des idées et des opinions différentes ou contraires aux nôtres, ils ne sont aucunement placés sous contrôle. A l'heure actuelle, il y a tellement de journalistes étrangers qui appartiennent à des médias occidentaux et qui fouinent et furètent partout pour essayer de trouver quelques choses qui leur permettent de critiquer et de condamner la Chine. Un grand nombre d'entre eux tiennent constamment des propos acerbes et négatifs à l'encontre du pays qui les accueille et on peut dire qu'ils sont à un certain degré des dissidents. Tout le monde voit qu'on les laisse faire et qu'ils ne sont aucunement contrôlés.

-- La revue hebdomadaire allemande « Time » a publié un article dans lequel il est déclaré que le pays organisateur des Jeux Olympiques, c'est-à-dire la Chine, a les nerfs tendus à l'extrême. Il est cité dans l'article les propos du Directeur de la Branche de Beijing de la Chambre de Commerce allemande Houseman qui a dit que la Chine s'inquiète trop et pour rien et la preuve c'est qu'il ne s'est rien passé jusqu'à présent.

Li Wei lui a répondu en disant ses propos sont irresponsables, car si la Chine ne prenne pas à l'avance des mesures préventives nécessaires et qu'il arrive quelque chose par la suite à Beijing, alors ce serait trop tard.

-- En ce quoi concerne la découverte à Urumqi, chef-lieu de la Région autonome ouïgoure du Xinjiang, d'une organisation terroriste, British Broadcasting Corporation (BBC) a cité les propos d'un membre du groupe chargé des affaires des droits de l'homme du Congrès américain qui disent que le mode de traitement de cette affaire est « un usage abusif de la procédure légitime et de la légalité ».

Li Wei a répliqué ces propos en disant que celui qui a formulé ces critiques doit étudier sérieusement les lois antiterroristes en vigueur aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne. Car conformément à ces lois appliquées dans les pays occidentaux en question, on peut se saisir et détenir les suspects même dans le cas où on n'a pas pu réunir les preuves nécessaires pour son détention. En Chine, c'est seulement après avoir réuni les preuves incontestables et irréfutables et que la culpabilité du suspect est établie qu'on se saisit de lui et l'arrête.

Li Wei insiste sur le fait que les mesures de sécurité prises et appliquées à Beijing ne sont pas, comme le prétend un média allemand, que c'est seulement pour assurer la sécurité des habitants de la ville, car ces mesures visent surtout à garantir la sécurité de tous les membres de la grande famille olympique.


Source: le Quotidien du Peuple en ligne



Adresse email du destinataire


 Hervé Ladsous : il est difficile de prévoir les succès de l'équipe française aux Jeux Olympiques
 Les rumeurs d'épidémie écarteés dans la ville co-hôte des Jeux Olympiques
 L'aéroport fermera ses pistes de décollage pendant la cérémonie d'ouverture des Jeux Olympiques
 Un livret publié pour apprendre aux citoyens à échapper aux attaques terroristes
 Le « Tribunal du village olympique » fait son apparition à Beijing
 Beijing : 82 magasins et centres commerciaux s'ouvriront à 10 heures à partir du 20 juillet
 « La pollution de l'air à Beijing ? C'est une erreur et une méprise. »
 Prochaine ouverture à Beijing de la voie olympique spéciale
 Beijing réaliserait un revenu touristique de 400 millions de dollars durant les Jeux
 Un jeune Béninois au service des Jeux Olympiques de Beijing
Copyright © 2000-2005 Tous droits réservés.