Edition du week-end/Plan du site/Notre site/Archives/

 
Français>>OpinionMise à jour 21.05.2009 14h42
Etre responsable envers la Chine et également envers le monde

Il est apparu jusqu'à présent dans la partie continentale chinoise cinq cas de la grippe A/H1N1, dont trois confirmés et deux suspects, et deux patients ont quitté l'hôpital après que les examens minutieux effectués sur eux par des médecins aient confirmé leur guérison. Les deux autres, dans un état stationnaire, sont toujours hospitalisés.

Ces cinq cas confirmés ou suspects sont de type introduit, car les cinq malades sont tous rentrés au pays après un séjour à l'étranger. Il n'y a jusqu'ici aucun rapport de cas primitif de cette grippe en Chine.

Des spécialistes du milieu indiquent que les mesures prises par la Chine ces derniers temps en vue de prévenir et de contrôler de façon active la maladie en question ont produit pleinement leur effet. Dans la conjoncture de la mondialisation, les échanges de visites entre pays et les voyages intercontinentaux deviennent de plus en plus nombreux et fréquents. C'est pourquoi ce genre de mesures de prévention traduit non seulement un sens de responsabilité envers les citoyens du pays, mais c'est également une contribution apportée à la protection mondiale contre la grippe A/H1N1 et surtout pour empêcher sa propagation à travers le monde.

Depuis la dernière décade du mois d'avril dernier où le premier cas confirmé de la grippe A/H1N1 (appelée au début grippe porcine) a été découvert, cette maladie épidémique s'est étendue et propagée rapidement dans une quarantaine de pays et de territoires du monde. Face à ce nouveau type de virus qui fond impétueusement sur le monde en exerçant ses ravages, la Chine, qui a subi la dure épreuve de l'épidémie SRAS (Syndrome Respiratoire Aigu Sévère) il y a déjà six ans, a dès le début adopté des mesures de prévention sévères, rigoureuses et efficaces, dont renforcement du contrôle et de la quarantaine des voyageurs aux aéroports et aux points d'entrée frontière ; isolement et observation médicale de sept jours imposés aux personnes contagieuses ou supposées contagieuses ainsi qu'aux personnes qui les ont contactés ; communication régulière au public du pays et à la communauté internationale de la situation épidémique en Chine, … etc.

Xue Lan, un spécialiste en la matière qui étudie depuis de longues années le problème du contrôle d'urgence en Chine, a indiqué que les mesures prises actuellement par la Chine tiennent compte des conditions réelles et spécifiques du pays et que les décisions sont basées essentiellement sur les études et les appréciations de la situation d'après les menaces éventuelles de la grippe A/H1N1 sur la société chinoise.

La Chine est un grand pays en voie de développement à forte densité de la population, alors que ses nombreux habitants circulent et se déplacent sans arrêt et que ses échanges avec l'extérieur sont tant nombreux que fréquents. Mais, le système de santé et d'hygiène publiques et les ressources médicales sont relativement faibles en Chine, et surtout dans les vastes étendues des régions rurales.

La grippe A/H1N1 qui continue à sévir dans le monde entier constitue le sujet le plus important de l'ordre du jour de la 62ème Assemblée mondiale de la Santé qui se tient actuellement à Genève. La directrice générale de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), le Dr Margaret Chan, a indiqué que la plus grande particularité du virus grippal c'est qu'il peut être transmis continuellement, qu'il revêt un caractère extrêmement imprévisible et que dès qu'il se répand à travers le monde, la communauté internationale sera confrontée alors à une « menace commune ».

Xue Lan pense que le gouvernement chinois doit continuer à suivre de près l'évolution de la maladie en question et à lui accorder une attention soutenue et qu'il doit renforcer et intensifier ses contacts et ses échanges et resserrer sa coopération avec l'OMS et avec les autres pays du monde. Il est également important pour lui de réajuster à temps sa tactique de prévention et de contrôle en tenant compte des particularités de la transmission grippale dans les différentes phases, ce qui lui permettra de réaliser l'équilibre dynamique entre les résultats de la prévention et du contrôle et le coût des charges sociales.

Il a indiqué en plus que dans le contexte actuel de la crise financière internationale, les mesures de prévention prises par la Chine diminuent autant que possible la menace éventuelle de la maladie épidémique sur la santé publique ainsi que ses effets négatifs sur les activités économiques et sociales, c'est pourquoi elles revêtent une signification importante et positive pour le redressement économique mondial.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Typhon Morakot: 44 millions de dollars de dons de la partie continentale de Chine à Taiwan
Le 11e Festival des arts de l'Asie a commencé à Ordos
La grandeur d'âme du peuple chinois reflétée à travers les changements de l'Avenue Chang'an
Les chiffres de juillet montrent plus de changements positifs dans l'économie chinoise
Quel est le but des visites en Afrique des dirigeants américains ?