Edition du week-end/Plan du site/Notre site/Archives/

 
Français>>OpinionMise à jour 02.07.2009 14h45
Les deux accidents aériens successifs compromettront-ils la réputation d'Airbus ?

« Modern Express » et www.catv.net rapportent qu'après les deux accidents successifs de l'avion A330 et de l'avion A310 d'Airbus, on se demande « Crash d'un avion de la compagnie aérienne yéménite, comment ça se fait que c'est toujours un avion Airbus ? 380 personnes ont péri dans les deux catastrophes aériennes du 1er juin d'un A330 d'Air France et du 30 juin d'un A310 de la compagnie Yemenia. La sécurité des avions Airbus est mise en cause et l'on pointe du doigt l'avionneur européen. L'accident de l'avion de Yemen Airways est-il lié avec la qualité de l'avion ? Le crash de deux avions Airbus en un mois aura-t-il un impact négatif sur Airbus ? C'est ce qu'on se demande et qu'on attend des explications.

EASA et Airbus s'en prennent à Yemen Airways.

Une enquête est en cours pour déterminer la cause de l'accident de l'avion de Yemen Airways, mais déjà European Aviation Safety Agency (EASA) et Airbus s'en prennent à celui-ci en l'accusant de posséder des ‘avions poubelles' dont la qualité laisse à désirer. L'EASA a déclaré qu'en février dernier il a retiré provisoirement Yemen Airways l'autorisation de survoler les lignes aériennes européennes, et la raison c'est qu'en procédant à l'examen de la sécurité des avions de la compagnie yéménite, il a été constaté que certains de ceux-ci sont en mauvais état et ne sont pas sûrs. Quant au Secrétaire d'Etat français aux transports Dominique Bussereau, il a indiqué que l'avion yéménite en question a fait sa dernière apparition en France il y a deux ans et depuis ce temps-là, la compagnie Airbus n'a plus aucune note sur sa réparation ni sur sa maintenance.

Pour répliquer à cette accusation, Yemen Airways a publié un communiqué dans lequel il insiste sur le fait qu'il a toujours appliqué rigoureusement les normes prescrites par les grandes compagnies aériennes internationales et que ses avions font l'objet de réparation et de maintenance périodiques, ce afin de garantir la sécurité aérienne et les performances de ses avions.

Des analystes indiquent que la violente querelle entre EASA et Airbus d'un côté et Yemen Airways de l'autre côté montre qu'Airbus et le groupe des intérêts européens dans son ensemble qui est derrière lui sont extrêmement tendu et crispé. Bien que le siège social d'Airbus soit installé à Toulouse, en France, mais celui-ci est en réalité le produit commun de quatre pays européens, dont la France, la Grande-Bretagne, l'Allemagne et l'Espagne, c'est pourquoi la position de l'Europe sur cette question-là est entièrement unifiée. La partie européenne s'inquiète vraiment des graves conséquences qui en découleront, car il est de toute évidence que le crash successif de deux avions Airbus, et surtout la perte de 380 vies humaines, lui porte un dur et violent coup.

Selon les spécialistes, les accidents des avions Airbus ne prouvent pas les insuffisances de matériels.

A la suite du deuxième accident d'un avion Airbus survenu seulement un mois après le premier, il s'est fait entendre sur l'internet des voix qui mettent en doute la qualité des avions Airbus en disant qu'ils recèlent de graves insuffisances. Face à ces doutes et à ces contestations qui s'enveniment chaque jour davantage, Xu Jianxin, Directeur de l'Institut d'ingénierie aéronautique de l'Université de l'aviation civile de Chine, qui a accumulé beaucoup d'expériences en matière de la construction et de la maintenance des avions, a indiqué qu'Airbus jouit d'un grand prestige international et que jusqu'à présent on a remarqué aucun défaut quand à la qualité de ses avions. Le marché de l'aviation civile chinoise est partagé entre Boeing et Airbus et la haute automatisation de ce dernier est de plus en plus apprécié ces dernières années par les compagnies aériennes. Monsieur Xu a fait remarquer que les doutes émis par les gens à l'endroit des avions Airbus sont dus principalement aux accidents relativement nombreux ces derniers temps de ces avions, ce qui a exercé une forte pression sur les organes de sens de la population mondiale. Cela ne veut aucunement dire, insiste-t-il, qu'il existe des insuffisances en matière de conception et en matière de matériel de ces avions. En réalité, que ce soit Airbus ou que ce soit Boeing, ils appliquent sans exception dans la conception des mesures de protection sévères pour garantir la sécurité des passagers. Et dans ce domaine-là, les deux avionneurs sont côte à côte et font tout pour ne pas se laisser distancer.

Il est possible qu'Airbus suspende le vol de ses avions long-courriers.

Le quotidien britannique « The Times » rapporte le 1er juillet que les enquêteurs français de l'enquête technique sur l'accident de l'Airbus A330 d'Air France disparu le 1er juin entre Rio et Paris prévoient de publier le 2 courant leur premier rapport sur les causes de l'accident du vol AF 447, dans lequel il sera lancé un appel à Airbus de suspendre le vol de ses avions long-courriers dispersés dans le monde entier. Pour l'instant, les causes de l'accident qui a provoqué la mort de 228 personnes n'ont pas été encore déterminées, mais il est sûr que dans le rapport, le Bureau d'Enquêtes et d'Analyses (BEA) invoquera l'une des possibles principales causes de l'accident, à savoir la défectuosité des indicateurs de vitesse et d'autres instruments électroniques. Il sera également fort possible que les enquêteurs émettront des doutes à l'égard de l'EASA en lui demandant pourquoi n'a-t-il pas pris aucune mesure réparatrice après la découverte de certaines déficiences d'appareils et d'instruments installés sur les avions A330 et A340.

De source bien informée, il s'était produit auparavant sur des avions Airbus 36 cas de défectuosité qui ressemblaient à ceux du vol AF 447 et les doutes à l'égard du système des données de vitesse des avions A330 et A340 s'étaient alors renforcés. On apprend cette semaine qu'une enquête menée en 1994 avait révélé pour la première fois la défectuosité des indicateurs de vitesse. A ce moment-là Airbus a proposé de prendre des mesures réparatrices, mais n'a pris aucune autre mesure obligatoire. La semaine dernière, U.S. national Transportation Safety Board a commencé à mener son enquête sur les problèmes que deux avions A330 avaient rencontrés après leur décollage des Etats-Unis, problèmes qui ressemblent fort à ceux rencontrés par le vol AF 447 d'Air France, ce qui amènera peut-être les Américains à procéder à des améliorations sur tous les avions Airbus en leur possession.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Typhon Morakot: 44 millions de dollars de dons de la partie continentale de Chine à Taiwan
Le 11e Festival des arts de l'Asie a commencé à Ordos
La grandeur d'âme du peuple chinois reflétée à travers les changements de l'Avenue Chang'an
Les chiffres de juillet montrent plus de changements positifs dans l'économie chinoise
Quel est le but des visites en Afrique des dirigeants américains ?