Edition du week-end/Plan du site/Notre site/Archives/

 
Français>>OpinionMise à jour 07.08.2009 16h16
Combien faut-il encore de sang versé pour que les automobilistes deviennent plus prudents et plus corrects ?

Une fois de plus à Hangzhou, une jeune 'dagongmei' (jeune paysanne venue travailler dans la ville) de 16 ans est fauchée dans le passage clouté par une voiture qui la projete à plus de vingt mètres et qui la tue sur le coup. Ce terrible accident sanglant est survenu moins de trois mois après le malheur causé par un jeune étudiant qui conduisait à toute vitesse et qui renversa au même endroit de la ville et également dans le passage réservé aux piétons, un jeune homme qui porte le nom de Tan Zuo et qui décéda sur le coup, un événement qui bouleversa toute la société. Dans ce laps de temps de trois mois, il y a eu successivement plusieurs accidents de circulation à Hangzhou, à Nanjing et à Chengdu qui firent des dizaines de victimes tuées ou blessées …… On ne peut s'empêcher de se demander : combien faut-il encore de sang versé pour que les automobilistes conduisent avec plus de prudence et surtout pour que ceux d'entre eux qui ne tiennent pas compte du code de la route soient avertis et se comportent de façon plus correcte ?

Ne pas conduire à une vitesse excessive, ne pas conduire en état d'ivresse, diminuer la vitesse à l'approche du passage clouté, accorder la priorité aux piétons, s'arrêter devant le feu rouge, …… tout cela constitue des règles fondamentaux que les conducteurs de véhicules à moteurs doivent observer et respecter strictement, mais dans la réalité, personne ne peut jusqu'ici empêcher que les voitures continuent à mettre fin à la vie de personnes innocentes. Cela est vraiment déplorable et pitoyable et quelle leçon peut-on en tirer ?

Pourquoi on continue à violer le code de la route malgré les multiples avertissements ? La principale raison c'est que le coût de chaque contravention est trop bas. Dans la réalité actuelle de la Chine, une légère infraction routière produit un effet presque nul sur la situation pécuniaire des gens ordinaires ; un délit routier un peu plus grave peut être également réglé par les personnes riches en payant de leur poche et cela n'est rien pour eux ; quant aux accidents de circulation mortels, on inflige aux auteurs d'accidents des peines en sursis qui n'ont pas à souffrir de la prison pourvu qu'ils sortent un peu d'argent de leur poche, ce qui n'est pas tellement effrayant pour eux. Bien que la Chine soit déjà passée rapidement de l'‘époque de la bicyclette' à l'‘époque de la voiture', mais on constate de façon évidente que la civilisation de la circulation basée sur l'édification morale et judiciaire laisse à désirer et est sensiblement en retard par rapport au développement réel du pays.

Ce qui donne beaucoup à réfléchir c'est que le passage clouté où Ma Fangfang, la jeune ‘dagongmei' de 16 ans, fut renversé par la voiture au moment où elle traversait tranquillement la rue est justement le premier « passage clouté à cœur affectionné » instauré par les autorités municipales après l'accident survenu auparavant à cet endroit qui tua Tan Zuo fauché par une voiture roulant à toute vitesse. Fin mai, des responsables municipaux étaient venus sur le lieu et ont accompagné personnellement des personnes âgées et des enfants qui traversaient la rue et leur ont affirmé qu'avec l'instauration du « passage clouté à cœur affectionné », ils n'ont plus à craindre en passant la rue. Ils ont profité de l'occasion pour lancer un appel aux automobilistes en leur demandant de se comporter de façon civilisée dans la conduite de leur voiture et de faire preuve de politesse et de courtoisie en donnant la préséance et en cédant le pas aux autres. Mais ce qui est ironique c'est qu'il n'a même pas fallu trois mois pour que la tragédie mortelle se répète : devant le sang versé par la jeune Ma Fangfang, l'appel moral à la retenue dans la conduite de voiture semble tellement faible, sans force et incapable.

La conduite civilisée est basée sur l'effet commun de l'autodiscipline et de l'allo-discipline, et surtout il est important que le code de la route soit appliqué de manière sévère, stricte et rigoureuse. Mais ce dernier doit être révisé à temps en tenant compte de la réalité. Le premier accident à Hangzhou dû à l'excès de vitesse a été jugé sur la base des explications judiciaires en date de l'année 2000, alors que neuf ans ont écoulé et que de plus en plus de familles chinoises ont acheté divers types et modèles de voitures qui deviennent des outils mortels et meurtriers si on ne les contrôle pas bien. Lorsque la force de la loi ne suffit plus à intimider et à dissuader les automobilistes de ne plus enfreindre le code de la route, il se peut alors que ce genre d'accident tragique se renouvelle sans cesse et beaucoup de vies continueront à disparaître.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Typhon Morakot: 44 millions de dollars de dons de la partie continentale de Chine à Taiwan
Le 11e Festival des arts de l'Asie a commencé à Ordos
La grandeur d'âme du peuple chinois reflétée à travers les changements de l'Avenue Chang'an
Les chiffres de juillet montrent plus de changements positifs dans l'économie chinoise
Quel est le but des visites en Afrique des dirigeants américains ?