100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>OpinionMise à jour 09.11.2009 11h05
L'aide chinoise à l'Afrique "n'est pas motivée par des besoins en énergie"

Le Premier Ministre Wen Jiabao a annoncé dimanche 8 novembre que la Chine doublerait son engagement initial de prêts aux nations africaines et supprimerait progressivement la plupart de ses droits de douane afin de faciliter le commerce avec les pays les plus pauvres du continent africain.

Cette manne de 10 milliards de dollars US sur trois ans – le Président Hu Jintao a dit que la Chine s'était engagée pour la moitié de cette somme en 2006 – est pour la Chine le moyen de stimuler des relations qui, sur le plan commercial, sont florissantes.

Cette annonce vient aussi au milieu d'un sentiment de gêne existant en Occident. Des critiques font valoir que cette aide pourrait pousser les pays africains vers une situation d'endettement encore plus profonde. Ces critiques disent aussi que la Chine ne s'intéresse seulement aux ressources naturelles africaines que dans le but d'alimenter sa propre économie.

"Le soutien chinois au développement de l'Afrique est réel et sérieux", a dit M. Wen lors du Forum sur la coopération sino-africaine qui se tenait dans la station balnéaire égyptienne de Sharm el-Sheikh. "Notre amitié avec les peuples d'Afrique ne changera pas dans le futur, peu importe les turbulences que pourra subir le Monde".

"Les investissements chinois dans le pétrole et le gaz naturel ne représentent que le seizième des investissements de la Chine en Afrique. Pourquoi la Chine fait-elle constamment l'objet d'accusations ? Est-ce l'opinion des peuples d'Afrique ou de celle de l'Occident ? " a dit M. Wen lors d'une conférence de presse tard dans la soirée hier.

Il a dit aussi que la Chine supprimerait progressivement tous les droits de douane sur 95% des produits venant des pays africains les moins développés et avec lesquels elle a des relations diplomatiques. Wen Jiabao a ajouté que le plan initial prévoit de lever les droits sur 60% des produits dès l'année prochaine.

En plus de l'aide financière et du plan concernant les droits de douane, M. Wen a dit que la Chine apporterait aussi son aide dans des domaines allant du commerce, de la lutte contre le changement climatique, l'amélioration de l'agriculture à l'éducation. Elle offrira aussi son aide pour développer des sources d'énergie propre.

Il a encouragé les institutions financières chinoises à prêter aux petites sociétés africaines et à étendre l'accès au marché pour les produits africains.

"Le développement de l'Afrique est une part essentielle du développement mondial, et en tant qu'amie sincère et honnête de l'Afrique, la Chine ressent profondément les difficultés et les défis auxquels doit faire face l'Afrique", a dit M. Wen.

L'amitié de la Chine pour l'Afrique remonte aux années 50, quand Beijing apportait son soutien aux mouvements de libération du continent en lutte contre la domination coloniale.

Le commerce entre la Chine et l'Afrique a connu une grande expansion ces dix dernières années. Cependant un commerce et des liens commerciaux florissants ont attiré les critiques de l'Occident pour qui les investissements chinois en Afrique sont un exemple de "néo-colonialisme".

La Chine et l'Afrique sont devenus des "amis contre vents et marées", a dit Shu Yunguo, expert en études africaines à l'Université Normale de Shanghai.

Ce forum ne s'est pas contenté de contester la règle qui fait que les grands pays dominent les petits. Il a aussi été utile pour faire changer des relations économiques internationales déraisonnables.

Quant à savoir pourquoi certains Occidentaux se sentent mal à l'aise de voir la Chine jouer un rôle grandissant en Afrique, Xu Weizhong, de l'Institut Chinois des Relations Internationales Contemporaines répond : "Les Européens considèrent l'Afrique comme leur propre jardin."

Les dirigeants africains ont bien accueilli l'offre d'aide de la Chine.

"Nous sommes en mesure de prendre les dispositions nécessaires pour pouvoir bénéficier des opportunités créées par notre partenariat avec la Chine, de façon à ce que cela soit en accord avec nos principes de solidarité", a dit le Premier Ministre éthiopien Meles Zenawi.

"Le plan de coopération de Sharm El-Sheikh est une bonne chose, car il nous a apporté de l'espoir et pourrait aussi apporter de la vitalité à l'Afrique Centrale", a dit le Président de la République Centrafricaine François Bozize.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Quatre lignes ferroviaires entreront en service au Xinjiang d'ici la fin de l'année
Mattias Ekstrom remporte la Course des Champions
La Chine doit-elle vendre ses matières premières à bas prix ?
Faire exploser la bulle immobilière chinoise
Un parc Disneyland à Shanghai : qui va payer pour la flambée des prix fonciers ?
ChiNext sera t-il une réussite ou une catastrophe ?
Suspicion autour de la surchauffe immobilière dans plusieurs villes chinoises