100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>OpinionMise à jour 16.11.2009 16h04
La Chine ne deviendrait pas un «leader» mondial

Grâce aux efforts déployés par les pays du monde, la période la plus difficile de l'économie globale est déjà passée, a dit Cheng Siwei, président du Forum financier international de Beijing, le 15 novembre.

M.Cheng, qui était vice-président du Comité permanent de l'Assemblée populaire nationale (parlement) de Chine, a dit que l'économie chinoise connaît une reprise et que l'économie mondiale est sur la voie de redressement. Selon les estimations, la croissance positive de l'économie mondiale pourrait se réaliser en 2011, a-t-il prévu.

Au cours de cette crise financière, le monde a placé un grand espoir en Chine, espérant même que la Chine deviendrait un «leader». Cependant, le PIB (produit intérieur brut) de la Chine ne représente que 6% de la totalité mondiale et le PIB chinois par habitant n'est pas dans les 100 premiers du monde. C'est pourquoi il est impossible que la Chine devienne un leader. La Chine ne pourra qu'assumer une responsabilité qui correspondra à sa puissance et à son niveau de développement, a-t-il indiqué.

La Chine doit d'abord mener à bien ses propres affaires. La Chine réalisera cette année une croissance économique de 8%. Et alors la contribution chinoise à la croissance de l'économie mondiale dépassera 20%, voilà la contribution que la Chine apportera à l'économie mondiale, a-t-il ajouté. .


Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La réévaluation du Renminbi pourrait peut-être empêcher le redressement de l'économie mondial
Liu Xiang passe facilement les qualifications pour la finale du 110 mètres haies
La Chine ne deviendrait pas un «leader» mondial
Présence de la Chine en Afrique : inquiétude pour l'Occident et espérance pour les pays africains
France : réchauffement timide de l'industrie, mais beaucoup de soucis encore
Les répercussions de l'affaire Jean Sarkozy
L'Occident n'est pas qualifié pour demander à l'Afrique de se méfier de la Chine