100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>OpinionMise à jour 03.12.2009 13h35
Chine : il est indispensable que le travail soit vraiment rémunéré

La fin de l'année approche et tout le monde commence à faire le compte du revenu annuel de son travail et cela devient un sujet de conversation animé et brûlant. Nombreux sont les gens qui s'aperçoivent qu'il semble qu'essayer d'accroître son revenu au moyen d'un travail en surplus est devenu quelque chose de plus en plus difficile. Zhu Kongmeng, un 'nonmingong' (travailleur migrant d'origine paysanne) originaire de la Province du Guangxi, a dit : « Le patron gagne chaque année plusieurs millions, tandis que nous, qui exécutons un travail fatiguant, pénible et harassant, nous touchons seulement un salaire annuel de dizaines de milliers de yuans, et plus encore il y a déjà deux ans qu'il n'y a plus de hausse de salaire. Comment se pourrait-il qu'il y ait un tel écart et une telle différence entre le travail des gens ? »

En vérité, ce n'est pas une différence de travail, c'est en fait une disparité du moyen pour gagner de l'argent. Le patron ou le chef de l'entreprise doit effectivement fournir des efforts, mais son revenu dépend principalement des fonds, de l'usine et des équipements qu'il investit dans son entreprise et cela appartient au gain de ses capitaux ; alors que pour le travailleur, il gagne l'argent par son travail et à la sueur de son front. Pour Yang Yiyong, Directeur de l'Institut d'études sur le développement social de la Commission d'Etat pour le Développement et la Réforme, il pense que la différence et l'écart qui existent entre la rémunération du travail et le gain des capitaux sont tout à fait normaux, mais que s'ils dépassent une certaine limite, cela pourrait provoquer beaucoup de problèmes. Dans le domaine de la distribution préliminaire dans notre pays, la hausse du salaire des travailleurs est toujours en retard par rapport à la croissance des profits réalisés par les entreprises et cela est devenu un phénomène qui existe partout en Chine, et en plus cet écart a tendance à s'accroître peu à peu et continuellement.

Les données statistiques établies par la Banque mondiale montrent que depuis l'an 2000, le coefficient de Gini a dépassé a dépassé en Chine le seuil d'alerte de 0,4 et continue à monter d'année en année et s'est élevé a plus de 0,48 à l'heure actuelle. Cet état de chose est dû peut-être à plusieurs raisons, la part excessive occupée par le gain des capitaux dans la distribution préliminaire est un des facteurs qu'on ne doit pas négligé.

On apprend que dans les pays développés, la part du salaire des travailleurs représente en général 50% environ du coût de fonctionnement de l'entreprise, alors qu'en Chine c'est moins de 42% et cela a tendance à diminuer chaque année et le taux de retour sur les capitaux augmente continuellement. Le professeur Zheng Gongcheng de l'Institut des Affaires du personnel travailleur de l'Université du peuple de Chine a indiqué que ce genre de phénomène caractérisé par la corrosion du salaire par le profit et par l'exclusion du travail par la machine est défavorable pour la diminution de l'écart entre les revenus et pour la stabilité et l'harmonie de la société. Plus est, il nuit à l'accroissement de la consommation de même qu'à l'augmentation de la demande intérieure – dans le cas où les gens du peuple n'ont pas assez d'argent pour acheter ce dont ils ont besoin, alors quelque soit la politique de stimulation économique qu'on applique et quelque soit les efforts fournis, on obtient qu'un piètre résultat.

Bien que l'augmentation de la rémunération du travail soit une aspiration populaire et un souhait de tous les travailleurs et qu'elle est conforme à la tendance irrésistible des événements, mais pour qu'elle puisse appliquer et réaliser effectivement et réellement, il est nécessaire d'avoir une forte garantie de la loi et du système. A l'heure actuelle en Chine, bien que le système de salaire minimal soit publié, mais son application rencontre des difficultés et n'est pas pour autant satisfaisante. De plus, le mécanisme de croissance salariale est imparfait et revêt un caractère abusif qui fait qu'on peut l'appliquer au hasard et à son gré. D'après Yang Yiyong, pour remédier à cette situation, le moyen le plus sûr et le plus efficace c'est de faire une percée en ce qui concerne le système et le mécanisme et d'établir en fin de compte à l'intention des travailleurs un mécanisme d'augmentation régulière du salaire et un système de garantie du paiement, c'est-à-dire qu'il faut à cet effet déterminer d'après la croissance du PIB, la proportion et le rythme de l'augmentation de la rémunération des travailleurs, ce afin d'assurer que l'augmentation du salaire des travailleurs soit au même rythme de la croissance de l'économie nationale.

« En dehors de cela, il faut établir, entre les entreprises et les travailleurs, un mécanisme efficace de négociations, lequel permettra, sur la base de la réalisation de la transparence des informations sur l'entreprise, d'accroître la capacité des travailleurs dans leurs négociations avec leur entreprise et d'augmenter régulièrement ainsi le niveau de leur revenu personnel. », a conclu Yang Yiyong.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
La concurrence mondiale entre les salariés aboutit à la baisse générale des salaires et à ...
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Changements mineurs de la politique macro-économique
Chine: ouverture de la Conférence nationale sur le travail économique
Les « 10 commandements » pour les fonctionnaires devraient être pris au sérieux
Poursuite de la grève dans des musées nationaux de France
Chine : il est indispensable que le travail soit vraiment rémunéré
Croissance à contre-courant des investissements chinois à l'étranger
La crise financière de Dubaï produit des effets limités sur la Chine