100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>OpinionMise à jour 30.12.2009 16h06
La France « profondément blessée » après son échec cuisant aux EAU

La France, un grand pays de l'énergie nucléaire, vient de subir une cuisante défaite face à son rival la Corée du Sud et a perdu le contrat qu'elle rêvait d'obtenir depuis deux ans : la construction de quatre centrales nucléaires aux Emirats arabes unis (EAU). Les médias et les internautes français, qui ont accusé le coup de cet échec, ont indiqué que c'est un coup dur et un grand revers pour l'industrie nucléaire française et une défaite de plus de la « diplomatie pragmatique de contrats économiques » au Moyen-Orient prônée par le Président français Nicolas Sarkozy.

On apprend que le président sud-coréen Lee Myung-bak vient de terminer sa visite de deux jours aux Emirats et qu'il a signé avec ceux-ci un gros contrat de vingt milliards quatre cent millions de dollars US pour la construction de quatre centrales nucléaires. Les Sud-Coréens ont gagné la partie en battant ses deux grands et puissants rivaux : le premier est un consortium constitué de plusieurs grandes entreprises françaises, à savoir Areva, EDF, GDF Suez, Total et Vinci ; le deuxième, un autre consortium composé d'entreprises américaines et japonaises, dont General Electric Company et Hitachi.

Quant au consortium sud-coréen, il est constitué principalement de Samsung, de Hyundai et de Doosan Heavy industries et de deux entreprises étrangères, dont la japonaise Toshiba Co. et l'américaine Westinghouse Electric Company. Le contrat prévoit que la partie sud-coréenne construira avant l'année 2020, à un endroit situé à 330 kilomètres à l'ouest d'Abu Dhabi, quatre réacteurs à eau légère, dont le premier commencera à produire de l'électricité vers 2017. La valeur du contrat se chiffre à 20,4 milliards de dollars US. Compte tenu du fonctionnement et de la maintenance de ces quatre centrales nucléaires dans les soixante ans à venir, il est prévu que le contrat pourra rapporter en plus aux entreprises sud-coréennes d'autres contrats de vingt milliards de dollars US.

La France, qui a toujours été considérée comme le grand favori du projet, éprouve une ‘grande déception' et ressent ‘au plus haut point le désappointement'. « C'est un coup dur et sévère pour l'industrie nucléaire française et il démontre que la France doit faire actuellement face à de grands défis. », ont indiqué les grands quotidiens français « Le Monde » et « Le Figaro » dans leurs reportages en ligne du 28 décembre.

De source bien informée, la France a déployé de grands efforts depuis deux ans pour essayer de remporter ce gros contrat. Le gouvernement français a demandé aux autres secteurs industriels du pays d'agir avec prudence pour que de pareille chose ne se reproduise plus sur la table de négociation.

Quant au consortium français qui a participé à la concurrence, il croit que le facteur des prix « a joué le rôle décisif » dans l'affaire. Son responsable a indiqué que la France adopte les technologies de réacteur nucléaire à eau pressurisée de la troisième génération européenne qui figurent parmi les réacteurs nucléaires dont le coefficient de sécurité est le plus élevé. Il a ajouté « Le coût de construction que nous avons proposé est effectivement assez élevé ». Par contre, un autre responsable du consortium français a adressé des reproches aux Sud-Coréens qu'il accuse de pratiquer le « dumping déguisé ».

Un internaute français a fait remarquer que trois semaines plus tôt, la France a déjà connu une défaite quant au droit d'exploitation d'un champ pétrolifère en Irak, et que cette fois-ci, c'est la perte d'un gros contrat aux Emirats. Il insiste que c'est en fait l'échec de la « diplomatie pragmatique de contrats économiques » au Moyen-Orient prônée par Nicolas Sarkozy.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Je ne pense pas du tout que la perte de ce contrat soit lie au prix, mais a la politique é...
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Procès de l'avocat d'un chef de bande criminelle pour violation de ses devoirs professionnels
La Chine continuera à lutter contre la pornographie sur Internet et sur téléphone portable
Montée rapide d'une conscience civique au sein de la societe chinoise
La France « profondément blessée » après son échec cuisant aux EAU
« C'est maintenant ou jamais » : le marché immobilier en pleine effervescence
Volte-face difficile de la Chine au Sommet de Copenhague
La bulle immobilière est-elle prête à éclater en Chine ?