100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>OpinionMise à jour 28.01.2010 13h52
Beijing, une ville globale

Avec son produit intérieur brut (PIB) par habitant qui a dépassé le seuil de 10 000 dollars (environ 68 280 yuans) l'an dernier, Beijing, la capitale chinoise est bien placée pour réaliser ses rêves les plus sacrés.

Après avoir accueilli avec succès les Jeux Olympiques en 2008 et ayant célébré le 60e anniversaire de la République populaire de Chine en octobre dernier, il lui est difficile de trouver des nouveaux défis qui soient aussi inspirants.

Mais le plan de directives que le maire de la ville Guo Jinlong a présenté au 13e Congrès populaire municipal de Beijing pour transformer la capitale chinoise en une «ville globale» d'ici 2050 nous donne un nouveau défi digne d'être relevé.

Un PIB par habitant de plus de 15 000 dollars par an est considéré comme l'un des critères auquel une ville « globale » doit répondre. Avec une croissance robuste de l'économie chinoise qui a défié la récession mondiale avec le taux de 8,7% l'année dernière, il semble plus que probable que Beijing pourra atteindre les autres objectifs avec la progression de son économie dans le futur.

Toutefois, atteindre l'objectif de croissance économique n'est qu'une étape, et ce sera peut-être la plus simple - compte tenu de la forte dynamique de l'économie chinoise à long terme. Beijing doit maintenir cette dynamique pour élever son niveau afin de devenir une ville globale.

D'autres caractéristiques de la distinction incluent d'ordinaire l'influence globale de la politique et de la culture, ainsi que l'appel énergique qui pourrait la transformer en siège éventuel pour les organisations internationales influentes.

L'importance croissante de la Chine en tant qu'un acteur mondial incontournable va sans aucun doute ajouter des chances pour Beijing de dépasser les autres candidats en lice pour le statut d'une ville globale.

Mais ce n'est pas l'admiration de l'extérieur qui va définir le prestige d'une ville. Finalement, c'est le sentiment de la population sur sa ville en tant qu'un endroit pour vivre et gagner sa vie qui pourra déterminer s'il s'agit d'une ville où tout le monde rêve de vivre.

Au cours de ces dernières années, le gouvernement municipal de Beijing a beaucoup fait pour stimuler la croissance économique et pour tenter d'augmenter le niveau du revenu moyen des habitants locaux. Il a également fait un effort énorme en matière de l'infrastructure urbaine pour transformer la ville en un endroit meilleur où il fait bon vivre.

Néanmoins, le niveau de vie augmente progressivement, et la demande des personnes pour les services publics de meilleure qualité également.

Après que les Pékinois soient devenus suffisamment aisés, en ayant par exemple acheté 4 millions de voitures à la fin de l'année dernière, ils sont impatients de trouver un meilleur système de gestion du trafic, qui pourrait leur garantir un plaisir de conduire sans que les artères principales de la ville ne se transforment en un parking en pleine rue.

Un air plus pur, une meilleure éducation et un bon système de santé, plus d'emplois bien rémunérés, ainsi que des logements à des abordables – ce sont quelques points d'une longue liste de souhaits que les Pékinois voudraient voir dans une ville globale.

Les responsables locaux auraient dû le comprendre : depuis le tout début, ce nouveau rêve de Beijing ne concerne plus la croissance économique.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Open d'Australie: Zheng Jie qualifiée pour les demi-finales
Un vice-PM chinois appelle au renforcement des relations économiques avec la Suisse
A qui la marque « Cabernet » ?
Les récentes remarques venant des Etats-Unis nuisent aux relations sino-américaines
« La liberté sur internet » et la diplomatie « Smart power »
Secours à Haïti sinistré : la Chine la plus rapide, les Etats-Unis les plus fortes et la France la plus nombreuse
Les menaces de retrait de Google, une simple tactique commerciale