100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>OpinionMise à jour 29.01.2010 13h49
Qui sont les gagnants dans le jugement de l' « affaire Clearstream »

Les rideaux viennent enfin d'être tirés sur l' « affaire Clearstream » après le verdict en dernier ressort rendu par le Tribunal correctionnel de Paris. Innocenté et blanchi par la justice, l'ancien Premier Ministre français Dominique de Villepin sort vainqueur dans cette affaire et se taille un franc succès. Quant à l'actuel Président de la République française Nicolas Sarkozy qui est l'un des plaignants, il a annoncé qu'il ne ferait pas appel tout en soulignant que le tribunal avait reconnu "une manipulation grave" dans cette affaire. Ainsi, cette affaire, qui est considéré comme un « grand scandale du siècle » lié à l'affaire de vente de frégates françaises à Taiwan dans les années 1990, se termine « avec la victoire de la justice et de la loi sur la politique » (paroles de Dominique de Villepin) et de nouvelles incertitudes apparaissent sur la scène politique française : Nicolas Sarkozy a commis peut-être une bévue en fabricant de toute pièce, au sein de son camp de l'aile droite, un adversaire de poids, alors que cette affaire a imprimé des traces profondes qui influenceront certainement les élections présidentielles françaises 2012.

Après cinq ans de procédure et un mois de procès sous haute tension à l'automne dernier, le tribunal correctionnel a enfin jugé dans une décision de 326 pages, dont la lecture a duré plus d'une heure, qu'il est impossible d'imputer à Dominique de Villepin l'infraction de "complicité de dénonciation calomnieuse", faute de preuves ou même de soupçons précis. L'accusé est ainsi déclaré non coupable. La plupart des analystes sont loin d'attendre à ce verdict, et surtout l'actuel Président français Nicolas Sarkozy qui s'était constitué partie civile dans cette affaire, ses patronymes hongrois figurant sur les faux fichiers. Nombreux sont les spécialistes qui pensaient que la sentence prononcée le jour de l'anniversaire de ce dernier qui fêtait ses 55 ans serait le meilleur cadeau qu'on lui offrait, car il a fait la promesse de faire pendre les ‘criminels' sur les « crochets du boucher » et cela va sans dire que son ennemi juré c'est Dominique de Villepin. Mais contre toute attente, le tribunal a décidé de relaxé M. de Villepin faute de preuves convaincantes sur l'accusation de "complicité de dénonciation calomnieuse". A noter que vu des stipulations judiciaires, en tant que partie civile, le Président n'a pas le droit d'interjeter appel au pénal, ce droit étant réservé aux seuls prévenus et au parquet, tandis que la partie civile a uniquement le droit de faire appel des "intérêts civils", c'est-à-dire de contester le versement d'éventuels dommages et intérêts et Dominique de Villepin ne serait concerné par un second procès que si le parquet de Paris venait à faire appel de sa relaxe (il a 10 jours pour cela). C'est pourquoi on peut dire que de Villepin a réussi à traverser le chemin le plus difficile sans une égratignure – un succès inattendu qui lui procure une joie immense. Il a tout de suite annoncé son souhait de "tourner la page" et de « servir la France ainsi que les Français ». Cette dernière phrase prononcée par de Villepin fait penser aux commentateurs politiques qu'il est fort possible que celui-ci se présentera, comme son rival Nicolas Sarkozy, en tant que représentant de l'aile droite, aux élections présidentiels 2012 pour disputer avec lui de l'autorité suprême de la République française. Le journaliste Denis Robert, qui a publié deux livres (« Révélation$ » en 2001 et « La Boîte noire » en 2002) sur Clearstream, a été acquitté également.

L'affaire Clearstream 2 (ou affaire EADS-Clearstream ou affaire du corbeau des frégates de Taïwan) est une affaire française apparue en 2004. Au début des années 90 du siècle dernier, à l'époque où le Président socialiste François Mitterrand détenait le pouvoir suprême en France, le gouvernement français, qui a fait une appréciation erronée de la situation, a décidé de vendre des frégates à Taïwan qui appartient à la Chine. Cette « affaire des frégates de Taïwan », qui a entre autres impliqué le groupe Thomson-CSF, le groupe pétrolier Elf et le gouvernement français, fut entouré d'une épidémie de morts subites (noyades, défenestrations, accidents thérapeutiques) et fut l'objet de plus de 500 millions de dollars de commissions et rétro-commissions, qui ont nourri beaucoup de fantasmes. Ce qui est certain dans cette affaire c'est que plusieurs hauts responsables français ont reçu des commissions et la justice française et la justice du territoire de Taïwan de Chine ont été toujours à la poursuite des criminels afin de pouvoir éclaircir l'affaire. Au mois de mai 2004, une liste a été trouvée chez société luxembourgeoise Clearstream et il semblait que cette liste comportait les noms des personnalités qui ont reçu les commissions. A cette époque-là, Nicolas Sarkozy et Dominique de Villepin étaient tous les deux membres du gouvernement français. On sait maintenant qu'un petit groupe de politiciens et d'industriels tenta de manipuler la justice afin d'évincer des concurrents, en voulant faire croire à l'implication de ceux-ci dans le scandale des frégates de Taïwan et que le nom de Nicolas Sarkozy a été ainsi ajouté sur la liste et c'était justement Dominique de Villepin, qui assumait alors la fonction de Ministre des Affaires étrangères, qui a donné l'ordre d'enquêter sur cette liste. Dès après l'éclatement du scandale, Nicolas Sarkozy a porté plainte immédiatement et a juré de poursuivre en justice jusqu'au bout ceux qui ont manipulé l'affaire.

Dans tout le déroulement du procès, on remarque que dès le début, Dominique de Villepin a toujours agi avec une grande prudence en ne laissant aucune trace d'écriture, aucun enregistrement sur cassette, ni aucun CD-ROM, ce qui lui a permis finalement de se débarrasser des soupçons qui pèsent sur lui et de se blanchir. D'autre part, depuis l'ouverture en septembre dernière des audiences pour juger de cette affaire, il a fait preuve de grande intelligence en clamant toujours son innocence et en menant l'opinion publique française pour lui faire croire qu'il est une « victime d'une machination », ce qui a renversé l'atmosphère qui lui était défavorable au début. A l'issue de l'interrogatoire, une grande partie de la population française le plaignait et éprouve de la sympathie pour lui. Le verdict en dernier ressort rendu par le tribunal correctionnel lui permet de se forger l'image du « plus redoutable adversaire de Nicolas Sarkozy », c'est pourquoi on peut dire que l'un des gagnants de ce verdict est sans aucun doute Dominique de Villepin.

Un autre gagnant dans cette affaire, c'est peut-être la justice française. Le plus grand trait particulier de cette affaire c'est l'intervention politique, car le plaignant et l'accusé sont tous les deux des personnalités qui pèsent lourds sur la scène politique française.

Toutefois, les véritables gagnants, après le jugement final de cette affaire, ce sont sans aucun doute les bénéficiaires qui ont reçu en coulisse les commissions dont le montant s'élève à 500 millions de dollars US. Eux qui se cachent derrière le paravent et l'échappatoire « secret de la défense nationale » assistent tout souriant, parmi les spectateurs, au jugement de l' « affaire du siècle » sans que rien ne les éclabousse …… et cela est quelque chose qui impressionne profondément et donne beaucoup à réfléchir.

Zheng Ruolin du Journal Wenhui

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
marre de villepin , danceur mondain
NOUS AVONS NOS SCANDALES AU CANADA , DES FOIS BIEN PIRE QUE CEUX DE FRANCE ...SAUF QU&quo...
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Plus de « bol de fer » pour les fonctionnaires de Shenzhen
Participation de Hu Jintao à un spectacle en faveur de vétérans militaires chinois
La portée du « modèle chinois » trop large
Pourquoi est-on toujours pousser par ses « besoins matériels » ?
En dépit de sa puissance économique montante, la Chine reste lucide
Quand la construction d'une résidence a des relents d'histoire ancienne...
Les exportations chinoises profitent au monde entier