100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>OpinionMise à jour 23.02.2010 11h03
Fin d'un déficit qui a duré une dizaine d'années

Le ministère de l'Education a été chargé récemment d'une nouvelle mission pour la nouvelle année : contribuer à augmenter les dépenses budgétaires du pays pour l'éducation jusqu'à 4% de son produit intérieur brut (PIB).

Certes, ce n'est pas un objectif grandiose: le gouvernement chinois a effectivement prévu d'accomplir cette tâche il y a une dizaine d'années. Selon la ligne directrice concernant la réforme de l'éducation en Chine et le développement qui a été publiée en 1993, la proportion des dépenses budgétaires sur l'éducation au PIB devait atteindre ce niveau à la fin de l'année 2000.

Mais pour des diverses raisons, un déficit important dans les dépenses publiques d'éducation était apparu au cours de ces dix dernières années, alors que l'économie chinoise continuait à stupéfier le monde avec son taux de croissance plus rapide qu'il n'était prévu.

En 2008, les dépenses du pays consacrées à l'éducation ont atteint 3,48% du PIB, le niveau le plus élevé à ce moment là. Le chiffre officiel pour 2009 n'était pas encore disponible, mais l'objectif de la nouvelle année que le Ministère de l'éducation a fixé indique que le gouvernement est en retard par rapport au calendrier des dépenses, ne dépassant pas moins de 4% du PIB pour l'éducation comme cela a été décidé.

Bien que le Ministère de l'éducation n'a pas été en mesure de réduire et d'éliminer seul ce déficit des dépenses publiques qui date d'une dizaine d'années, c'est toujours encourageant que les responsables de l'éducation ont mis cette tâche en priorité dans leur programme.

Nous demandons instamment au gouvernement central de faire de cet objectif une tâche prioritaire pour l'année 2010, une année qui marque à la fois la fin du 11ème plan quinquennal (2006-2010) et le début d'une nouvelle décennie.

Et la prochaine session de l'Assemblée populaire nationale en mars va également donner une bonne occasion pour les législateurs d'inciter le gouvernement à dépenser plus dans le domaine de l'éducation.

Nous considérons que dépenser pas moins de 4% du PIB pour l'éducation, c'est non seulement possible, mais également nécessaire pour la réussite du pays dans l'avenir. Les revenus fiscaux qui sont en train d'augmenter fortement ont donné au gouvernement les moyens de payer un montant plus important pour l'éducation de la population.

En dépit de la récession mondiale l'an dernier, la récupération de la Chine a permis de remplir les coffres du gouvernement avec plus de liquidités que prévu. Les recettes fiscales nationales en 2009 ont été estimées à 6,85 trillions de yuans (1 trillion de dollars), une augmentation annuelle de 11,7%.

Des changements dans le modèle de croissance de la Chine nécessitent plus de dépenses publiques dans le domaine de l'éducation pour deux raisons.

La première, c'est qu'une main-d'œuvre plus instruite est essentielle à l'actuel développement industriel du pays. La deuxième, c'est qu'une charge publique allégée en matière des coûts de l'éducation peut considérablement accélérer la poursuite par la Chine d'une croissance dirigée par la consommation.

Il est grand temps de mettre un terme à ce déficit de longue durée du gouvernement dans le domaine des dépenses en éducation.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La Chine appelle les Etats-Unis à sauvegarder les relations bilatérales après la rencontre Obama-dalaï lama
Mise en service du BRT (Bus Rapid Transit) expérimental à Guangzhou
2010: une année de danse avec le tigre
Tibet : Mieux vaut constater les faits que parler
Quelle définition doit-on donner au terme « touriste chinois » ?
« La Chine en Afrique : les difficultés du système mondial »
Passer la Fête du Printemps en tenant compte de l'écologie et de la réduction du carbone