100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>OpinionMise à jour 04.03.2010 09h17
Revirement des relations franco-russes qui ont dépassé la « période de gel »

Le Président russe Dmitri Medvedev a effectué, à partir du 1er mars, une visite d'Etat de trois jours en France. Selon des médias français, lors des conflits entre la Géorgie et la Russie ainsi que sur le problème de la crise tchétchène, la France a vivement et énergiquement accusé, critiqué et condamné la Russie et les relations entre les deux pays sont tombées au plus bas. Mais cette fois-ci, le gouvernement français accorde contre toute attente une grande importance à la visite du Président russe en nourrissant « une immense bonne foi et une grande espérance », ce qui montre que les relations franco-russes ont dépassé la « période de gel », au cours de laquelle les deux parties adressaient réciproquement blâmes et reproches, et que les deux pays vont développer officiellement la coopération dans divers domaines.

Bonne foi et bonne volonté.

La France a annoncé la vente à la Russie de quatre navires de guerre porte-hélicoptères de type « Mistral » et que les négociations bilatérales sont en cours.

Le Président français Nicolas Sarkozy a rencontré, le 1er mars dans la soirée au Palais de l'Elysée, son homologue russe Dmitri Medvedev et ils ont tenu ensemble un entretien de travail. De source bien informée, les discussions se sont déroulées dans une ambiance harmonieuse d'entente parfaite et que l'atmosphère qui y régnait traduisait « une grande confiance mutuelle ». Puis à l'issue de l'entretien, les deux Présidents ont tenu ensemble une conférence de presse au cours de laquelle le Président français a déclaré : « Nous tournerons ensemble la page de l'époque de la Guerre froide » pour montrer que les relations entre les deux pays s'améliorent.

Des analystes ont indiqué que la presse locale rapporte que le gouvernement français a exprimé « une immense bonne foi et une grande espérance » et que dans cela, la « bonne foi » est sans aucun doute traduit par la décision de la France de tenir avec la Russie des discussions au sujet de la vente à cette dernière de quatre porte-hélicoptères Mistral, alors que l'espérance désigne le souhait de la France de voir la Russie accorder son soutien au règlement du problème nucléaire iranien en infligeant des sanctions à l'Iran.

Nicolas Sarkozy a déclaré aux journalistes présents : « Nos deux pays se sont déjà préparés pour les négociations au sujet de la vente par la France à la Russie de quatre navires de guerre Mistral ». Il a insisté sur le fait que son pays agit ainsi non seulement pour obtenir en retour une somme de 500 millions d'euros, mais surtout parce que « la France a besoin que la Russie joue son rôle dans la sauvegarde de la paix mondiale et dans le règlement de plusieurs crises internationales. C'est la raison pour laquelle nous ne pouvons adopter à l'égard de la Russie une attitude de méfiance et de suspicion en ce qui concerne le problème de vente d'armes. »

Le Ministère français des Affaires étrangères a révélé le 9 février que la Russie a exprimé à trois pays européens, dont la France, son désir d'acquérir plusieurs porte-hélicoptères.

On apprend que parmi les quatre porte-hélicoptères de type « Mistral » qui seront vendus à la Russie, deux seront construits en France, tandis que les deux autres en Russie.

Attente et espérance.

Nicolas Sarkozy a émis son espoir que la Russie accordera lors de la réunion du Conseil de sécurité de l'ONU, son appui et son soutien à la position française d'infliger des sanctions à l'Iran.

Lors de son entrevue avec Dmitri Medvedev, Nicolas Sarkozy lui a dit que la France espère que lors de la réunion du Conseil des Affaires d'Etat, la Russie lui donnera son appui quant à sa position de sanctionner l'Iran. Son homologue russe lui a répondu qu' « au cas où les efforts diplomatiques de la communauté internationale seraient insuffisants à persuader Téhéran de se conformer aux demandes internationales, la Russie serait prête alors à de "fortes" sanctions à l'encontre de ce dernier ».

Certains spécialistes en la matière ont indiqué que dans le cas où la France et la Russie aboutissent à un accord quant au problème de vente de la première à la deuxième des quatre navires de guerre Mistral et que cette vente puisse se réaliser, ce sera alors la première fois, depuis la fondation de l'OTAN (Organisation du Traité de l'Atlantique Nord), qu'un pays membre de l'OTAN vend un équipement d'arme lourde à la Russie et que cela revêt une grande et importante signification symbolique dans les relations entre la Russie et les pays occidentaux. Toutefois, il faut attendre la suite pour voir si cette vente puisse aboutir, car il est important pour le gouvernement français d'avoir l'aval des Etats-Unis et de l'Union européenne et d'obtenir l'approbation de l'opposition en France.

Divergence et désaccord.

L'opinion publique française estime que les différends et les divergences qui existent entre les deux pays sont « dissimulés au maximum ».

La coopération économique entre la France et la Russie s'est développée rapidement ces dernières années. Selon des informations sûres, la France a dépassé les Etats-Unis pour devenir actuellement le plus grand et le plus important pays source da capitaux étrangers à la Russie. Depuis 2006, les échanges économiques et commerciaux entre les deux pays ont augmenté chaque année à un rythme de croissance de 25%. Lors de la visite en France de Dmitri Medvedev, les deux pays ont signé une série d'accords portant sur le renforcement de leur coopération économique, commerciale et stratégique.

En outre, les deux parties ont décidé d'organiser réciproquement en 2010 l'année culturelle française et l'année culturelle russe. Le Président russe a assisté le 2 courant à la cérémonie d'ouverture de l'Exposition sur l'histoire de la Russie tenue au Palais du Louvre et cette exposition marque le lancement officielle des activités de l'année culturelle. Selon l'opinion publique française, les grands efforts déployés par la partie française pour « exhiber l'amitié franco-russe » ont pour objectif de promouvoir, à travers l'organisation réciproque de l'année culturelle et des autres échanges culturels, la complète et totale coopération bilatérale dans divers domaines.

En ce qui concerne la visite en France de Dmitri Medvedev et les succès remportés, la presse française indique qu'il a effectué une « visite exceptionnelle » à un « moment exceptionnel », alors que la divergence et le désaccord entre les deux parties ont été « dissimulés au maximum », c'est pourquoi il faut attendre la suite de l'événement, et surtout et « dépenser beaucoup d'encre » pour pouvoir connaître l'avenir du développement des relations franco-russes.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La Chine insiste pour une solution diplomatique à la question nucléaire iranienne
Le Président de Toyota présente ses excuses aux consommateurs chinois
Le « soulence » va-t-il enfin disparaitre des sessions annuelles ?
Le projet de reprise de Hummer était voué à l'échec selon les analystes
Les rappels de véhicules Toyota nous poussent à l'introspection
Il faut faire preuve de sincérité et de bonne foi pour pouvoir réaliser la coopération internationale en matière de la sécurité de l'Internet
Pourquoi les grèves se succèdent dans le milieu du transport aérien international ?