100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>OpinionMise à jour 02.04.2010 13h42
Google a–t-il vraiment quitté la Chine ?

Google a-t-il vraiment cessé ses opérations en Chine ? Il semble qu'il un peu difficile de répondre à cette question-là, car bien qu'il ait effectivement transféré à Hong Kong une partie de son service de recherche sous le nom de domaine chinois, mais il maintient son équipe de vente et son équipe de recherches et de développement dans la partie continentale chinoise et n'a pas complètement fermé son portail internet google.cn.

Ce genre de départ « insidieux et spécieux » porte atteindre à la crédibilité du géant de l'internet qui reçoit certaines appréciations quelque peu « cruelles, méchantes et désagréables » pour lui, telle que « Google se trouve dans une situation de double perte ». Le quotidien économique et financier britannique « Financial Times » vient de publier un article il est dit « Si par hasard Google aurait cru que son rival se plierait sous ses menaces, il s'aperçoit maintenant qu'il s'est trompé et qu'il est perdant. », « Dans le cas où Google aurait voulu provoquer à l'échelle mondiale un débat sur la liberté de l'internet et mettre ainsi la Chine dans l'embarras, il échoue et sa tentative essuie un échec. », « La nouvelle méthode de mener ses affaires en Chine fait que Google, qui fait le brave en persistant à dire qu'il s'en tient fermement à ses principes, semble quelque peu pitoyable du fait qu'il s'enfonce dans une situation piteuse et navrante. »

Google annonce avec fracas son départ de la Chine tout en faisant des manières et la mijaurée pour que l'on lui prie de rester montre la situation difficile et embarrassante dans laquelle se trouve une société commerciale après qu'elle s'est politisée elle-même. Depuis que Google s'est introduit en Chine en 2006 et qu'il s'est donné le nom de“谷歌”(Chant dans la vallée), qui revêt une charme, une grâce et une saveur tout à fait chinoises, jusqu'en 2010 où il clame urbi et orbi son retrait de ce pays, qu'est-ce qui s'est passé en fin de compte durant ces quatre années pour qu'il décide de prendre une telle décision ? Nombreux sont les analystes du milieu qui indique que Google, qui « brille de son éclat dans le monde », est incapable de s'acclimater à la réalité chinoise, ressent de plus en plus de difficultés dans son exploitation et sa perspective d'avenir dans ce pays n'est ni belle ni radieuse, et cela est le germe qui le pousse à se retirer du marché chinois. Mais avant son retrait, il lance des slogans politiques dans le but de lui « apporter des avantages dans les autres pays du monde ». Néanmoins, la politique n'est pas un jeu de cartes ou d'échecs que n'importe qui soit capable de jouer et peut jouer à son aise et se couper soi-même du marché chinois est de toute évidence une conséquence à laquelle il serait difficile à Google de faire face.

Avec l'arrivée de l'époque informatique, le contrôle et la supervision des « sociétés multinationales informatiques » sont devenus pour tous les pays du monde un nouveau problème, car pour n'importe quel pays, la sécurité informatique de l'internet est aussi importante que la sécurité militaire ou bien la sécurité économique. Les produits informatiques fournis par les « sociétés multinationales informatiques » doivent également faire l'objet d'un contrôle et d'une surveillance tout comme les autres produits et c'est seulement ainsi que les intérêts de l'Etat et de la population du pays hôte pourraient être préservés et protégés. Au moment de l'entrée en Chine de Google, il a déclaré explicitement qu'il observera et respectera les lois et les règlements établis par la Chine et maintenant, il exige qu'un pays souverain fasse des concessions en lui permettant de ne plus respecter ses lois et il n'est pas difficile de prévoir les conséquences. Il sera fort possible que l' « Affaire Google » devienne un cas typique de la tentative, à l'époque informatique, d'une « société multinationale informatique » de corroder la souveraineté d'un pays.

Après le « déménagement » de Google à Hong Kong, nombreux sont les médias qui ont remarqué que les prix de ses actions ont chuté, tandis que ceux des actions de ses rivaux en Chine, dont principalement Baidu, ont au contraire haussé. Un sondage de l'opinion publique mené par le site web d'un média américain indique que la plupart des personnes questionnées pensent que le grand gagnant dans cette affaire c'est Baidu. Cela est peut-être un résultat que Google n'aurait pas prévu et certains internautes américains n'ont pas voulu taire la vérité suivante : la Chine compte actuellement plus de quatre cent millions d'internautes et ce chiffre continue sans cesse à augmenter, c'est pourquoi la décision de Google de se retirer du marché chinois est une manière de gaspiller une précieuse opportunité commerciale et également une atteinte aux intérêts de ses actionnaires.

Il est nécessaire d'indiquer que la décision de Google est vraiment une démarche tout à fait « exceptionnelle, sans pareille et unique en son genre ». Une enquête montre que 90% des entreprises à capitaux étrangers installées en Chine ont déclaré que la celle-ci constitue toujours pour elles leur premier choix d'investissement dans le monde et la Chine est devenue durant dix huit années consécutives le pays en voie de développement qui recueille et utilise le plus de capitaux étrangers. Même en 2009 où l'économie mondiale connaît un grave et sérieux marasme, elle s'est élevée au deuxième rang du monde en utilisant réellement quatre vingt dix milliards de dollars US de capitaux étrangers et cette année, elle continue sur cette lancée. Quant à Google, ses investissements en Chine se chiffrent seulement à plus de trente millions de dollars US, ce qui est vraiment minime et ne vaut pas la peine d'en parler. Le propos selon lequel le retrait de Google marque la détérioration de l'environnement d'investissement en Chine est absurde et infondé, car aucune donnée établie ne le prouve et ne lui donne raison.

Le tapage bruyant mené par l' « affaire Google » doit être parvenu à sa phase finale. Que Google se retire réellement et définitivement du marché chinois ou qu'il y reste c'est son affaire, mais ce qui est certain, c'est que les internautes chinois continueront à mener leur vie informatique enthousiaste, que l'environnement internet ouvert continuera à se développer sans cesse en Chine et que l'Internet chinois poursuivra continuellement sa rapide progression en attirant de plus en plus d'entreprises étrangères qui y participeront.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Chine : avertissements "ignorés" avant l'inondation d'une mine de charbon au Shanxi
Beijing : lancement du Programme sino-africain d'échanges et d'études conjointes
Visite aux Etats-Unis de Nicolas Sarkozy : une occasion pour démontrer des relations de « proches alliés »
Les entreprises chinoises ont un long chemin à parcourir avant de pouvoir être internationalisées
La visite du Président Sarkozy aux Etats-Unis est considérée comme une bonne occasion de rétablir son image
Faire preuve de bon sens en discutant des problèmes concernant la Chine
A qui va profiter le départ de Google ?