100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>OpinionMise à jour 21.04.2010 16h42
Séisme à Yushu : trois grandes difficultés à surmonter pour pouvoir vaincre le catastrophe

Le quotidien français en langue chinoise « Nouvelles d'Europe » vient de publier le 20 avril un commentaire dans lequel il est indiqué que les opérations de secours et de sauvetage, menées immédiatement après le terrible tremblement de terre survenu à Yushu, au Qinghai, rencontrent trois difficultés exceptionnelles rarement vues dans le monde, dont la première c'est la haute altitude, la deuxième, une circulation et un transport extrêmement difficiles et la troisième, des conditions climatiques rudes, dures et rigoureuses. Cependant, malgré tout cela, la Chine toute entière s'est unie solidairement en adoptant et en appliquant des mesures de sauvetage scientifiques et ordonnées, ce qui lui a gagné l'estime et l'admiration de la communauté internationale.

Voici ci-dessous des extraits de l'article :

La tragédie humaine et matérielle, occasionnée par le violent séisme de magnitude 7,1 sur l'échelle de Richter qui a frappé le 14 avril dernier la préfecture autonome tibétaine de Yushu, dans la Province du Qinghai, continue à s'étendre et à s'aggraver et les statistiques officielles établies indiquent que jusqu'au 19 courant, le nombre des victimes tuées s'est alourdi à 2.036, tandis qu'il y a 195 disparus et quelques 12.135 blessés, dont 1.434 blessés graves et même la presse internationale, qui a fait état depuis le début de cette année de plusieurs graves séismes, en est bouleversée et en ressent une grande émotion.

Bien que comparé à l'infernal séisme survenu vingt trois mois auparavant, plus exactement en mai 2008, à Wenchuan, au Sichuan, il y a eu moins de victimes mortes et blessées, mais l'opinion publique populaire ne peut s'empêcher d'en faire le lien et de comparer les deux séismes qui se sont produits également dans la partie ouest du pays et aux confins du plateau Qinghai-Tibet. Tous les deux, ils ont éclaté à la veille de deux grandioses manifestations mondiales tenues en Chine, la première c'était les Jeux Olympiques d'été qui ont eu lieu en août 2008 à Beijing et la deuxième c'est l'Exposition universelle 2010 qui va s'ouvrir le mois prochain à Shanghai, la plus grande et importante métropole économique de la Chine, alors que les opérations de secours et de sauvetage ainsi que la reconstruction des régions sinistrées ont suscité la plus grande sympathie, le plus profond intérêt et le plus fort soutien de la part de l'ensemble du peuple chinois. Mais, ils diffèrent sur certains points, par exemple, le séisme de Yushu s'est produit à la source des trois grands fleuves du pays, à savoir le Huanghe (Fleuve jaune), le Changjiang (Yangtsé) et le Lancangjiang et dans une région dont la population est composée principalement de Tibétains. Tout comme l'a dit Yang Siquan, spécialiste au Centre national de contrôle des calamités naturelles du Ministère des Affaires civiles, « Les deux régions sinistrées sont complètement différentes quant à leur environnement géographique, à l'état de leur développement économique et social et à leur composition ethnique. C'est pourquoi dans les opérations de secours au séisme de Yuchuan, on peut profiter des expériences et tirer leçons du précédent séisme, mais il ne faut surtout pas imiter et copier aveuglement. ».

A ce moment même, le continent européen est en train de souffrir de la paralysie du trafic aérien due à l'éruption volcanique en Islande et, face à ce désastre, un sentiment d'impuissance et de morosité couvre l'ensemble de la population européenne. Toutefois, la communauté chinoise en France ne reste pas inactive, au contraire, elle a réagi immédiatement : ces derniers jours, les amis des divers milieux de la société française, des ressortissants chinois résidant en France, ainsi que de jeunes étudiants chinois, se sont rendus à l'Ambassade de Chine en France pour exprimer leur sympathie et leur solidarité avec les sinistrés de Yushu en leur faisant des offrandes et des dons. D'autres sont allés directement au siège des résidents chinois en France originaires de Chaozhou, situé au « quartier chinois » du treizième arrondissement de Paris pour faire des dons en argent en plaçant leur offrande dans une énorme boîte installée dans la grande salle.

Liés de manière inséparable comme la chair et le sang, la grandeur d'âme n'a pas de limite. Face à cette tragédie humaine remplie de douleur, d'affliction et de souffrance, les plus hauts dirigeants chinois, dont Hu Jintao, Président de la République populaire de Chine et Secrétaire général du Comité central du Parti communiste chinois (PCC), et Wen Jiabao, Premier Ministre, se sont rendus successivement dans la région sinistrée pour exprimer leurs condoléances aux victimes et pour réconforter, soutenir et encourager les survivants. Ils ont profité de l'occasion pour inspecter les dégâts et diriger les opérations de secours. Quant au onzième Panchen Lama, il a convoqué mardi une cérémonie de prière pour les victimes du séisme de Yushu et a fait un don en argent aux sinistrés. Dans l'ensemble du pays, du nord au sud et de l'ouest vers l'est, toute la population s'est mobilisée pour lancer une grande campagne de collecte de dons et d'offrandes. Pour ce qui est des dirigeants et des médias de pays occidentaux, ils ont exprimé « leur profond douleur, leur affliction et leur bouleversement pour les pertes en vie humaine et en biens dues au violent séisme, ainsi que leur grande et vive admiration pour le peuple chinois qui a fait preuve de courage, de vaillance et de dignité devant le malheur et l'adversité » et ont beaucoup apprécié les opérations de secours et de sauvetage hautement efficace qu'il a mené immédiatement après l'éclatement du catastrophe.

Cependant, certains médias occidentaux continuent à porter des lunettes noires pour observer les événements qui se passent en Chine – ils chicanent sur tout et trouvent toujours quelque chose à redire pour chaque geste et chaque mouvement exécutés par les autorités chinoises face à ce terrible tremblement de terre qui s'est produit dans une région à forte population tibétaine. Par exemple, ils émettent des doutes quant au nombre de victimes oublié officiellement et se consacrent à recueillir spécialement les propos de mécontentement, d'insatisfaction et de plainte formulés par des habitants locaux. Ils accusent la Chine d'empêcher les journalistes étrangers de procéder à des enquêtes sur place et spéculent même sur les propos tenus à cet effet par le dalai lama, … etc.

On peut peut-être les excuser du fait que la préfecture de Yushu leur soit inconnue jusque-là, que le monde extérieur ne possède aucune connaissance sur elle avant la survenance du séisme et qu'il existe surtout trois grandes difficultés pour les opérations de secours à mener dans cette région :

La première difficulté c'est que Yushu se trouve sur le Plateau Qinghai-Tibet qui est à une altitude relativement élevée par rapport au niveau de la mer. Le séisme se produit en général dans des régions côtières de basse altitude. Excepté un très petit nombre de tremblements de terre (de basse magnitude) qui ont eu lieu dans des endroits d'altitude élevée, mais reculés, écartés et à faible population, le présent séisme qui s'est produit à Yushu est peut-être le plus grand et le plus grave survenu en temps moderne à plus de 3.700 mètres d'altitude. Le mal d'altitude se fait tellement sentir qu'il gêne, importune et embarrasse même les chiens dressés spécialement pour trouver les survivants ensevelis sous les décombres et c'est la raison pour laquelle la progression et l'efficacité des opérations de secours sont beaucoup diminuées et réduites du fait que les secouristes eux-mêmes se sentent souffrants et indisposés. C'est pourquoi les spécialistes en matière de secours et de sauvetage demandent ouvertement aux volontaires de réfléchir à deux fois avant de se rendre dans cette région.

La deuxième difficulté, c'est que vu la situation géographique et topographique de la région, la communication routière y est assez difficile. On compte 951 sommets et pics dont la hauteur dépasse 5.000 mètres dans toute la préfecture de Yushu et la plupart sont couverts de neige durant toute l'année. Quant à sa topographie, la région est entourée de massifs montagneux à l'ouest, bordée de cours d'eau à l'est, reliée au sud à la partie nord du Mont Hengduanshanmai, proche de la partie principale du plateau à l'ouest et voisine au nord le Tongtianhe (Rivière céleste). La préfecture enjambe de tout son long les deux grands et importants cours d'eau de sont le Changjiang et le Lancangjiang, ce qui fait qu'elle représente plutôt un relief accidenté et une configuration complexe et que son accès est assez difficile et pénible. La mise en service il y a près de six mois de l'aéroport de Yushu qui vient d'être construit a rendu la région plus accessible, sinon, les secouristes auraient beaucoup plus de difficultés à parvenir et à atteindre cet endroit, les opérations de secours et de sauvetage n'auront pas obtenu les mêmes succès et les réussites auront été beaucoup moindre.

La troisième difficulté ce sont les mauvaises conditions climatiques. La région de Yushu appartient au type de climat glacé du haut plateau. Bien que seulement six jours ont passé depuis leur arrivée à Yushu, mais nombreux sont les secouristes qui ressentent le mal d'altitude et qui se sentent fatigués, indisposés et souffrants. C'est pourquoi les autorités centrales et les autorités locales ont décidé la permutation et le remplacement des secouristes, ce afin d'assurer et leur santé et leur sécurité. Les dernières prévisions météorologiques disent qu'à partir du 19, il y aura une chute de neige et une baisse de température dans la région, ce qui produira une fois de plus des effets néfastes et négatifs sur les opérations de secours et sur le transport des équipements et des matériels destinés à ces opérations et des marchandises nécessaires à satisfaire les besoins essentiels des sinistrés.

Bref, le gouvernement chinois fait tout son possible pour accélérer l'envoi sur place d'équipes de secouristes, le transport d'une grande quantité de marchandises et d'équipements et les opérations de sauvetage et pour lancer une vaste campagne de collecte de dons destinés aux sinistrés. Tout cela constitue d'importantes expériences pour l'exécution scientifique et ordonnée des opérations de secours et surtout de la reconstruction de la région sinistrée qui viendra tout de suite après. Bien que d'autres problèmes et difficultés surgiront certainement avec la reconstruction, car le Vice Ministre chinois de l'Industrie et de l'Informatisation Miao Yu a dit qu'il y a seulement quatre mois qui sont les meilleurs moments qui conviennent à la reconstruction, du fait que la préfecture de Yushu se trouve à une altitude élevée et que la température y est relativement basse. Toutefois, notre quotidien est persuadé que pourvu que tout le peuple chinois s'unisse et se solidarise avec la population sinistrée de Yushu pour agir d'un même cœur et d'une même volonté en vue de reconstruire la région et avec le soutien sans faille de tous les Chinois d'outre-mer et la bénédiction des autres peuples du monde, ils pourront certainement triompher et vaincre toutes les difficultés qui leur font obstacle et remporter en fin de compte une victoire brillante et éclatante dans le sauvetage des sinistrés, dans la reconstruction de leurs foyers et dans la réalisation d'une vie meilleure pour eux.

Séisme au Qinghai

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Séisme au Qinghai : le dernier bilan est de 2 046 morts
Séisme au Qinghai : le nouveau bilan s'établit à 1 706 morts
Séisme à Yushu : accorder la priorité à la vie humaine et assurer les besoins essentiels de la population locale
Les sept raisons pour exprimer nos remerciements à la Chine
Développement du TGV : concurrence intense entre divers pays du monde
Le monde entier s'unit et redouble sa vigilance à l'encontre du terrorisme nucléaire
La Turquie ne se désespère pas pour son adhésion à l'UE