100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>OpinionMise à jour 13.05.2010 15h43
Chine : les nongmingong constituent la plus grande communauté d' « immigrés-balanciers » dans le monde

Dans le « Rapport sur le développement urbain en Chine » qui vient d'être publié, Zou Deci, membre de l'Académie d'ingénierie de Chine et Conseiller scientifique de l'Institut d'études de la Planification urbaine de Chine, a indiqué que les paysans, au nombre d'une centaine de millions, qui chaque année vont dans les villes pour y trouver du travail, sont devenus la plus grande communauté d' « immigrés-balanciers » dans le monde. Il a ajouté que les nongmingong (travailleurs migrants d'origine paysanne), qui travaillent depuis de longues années dans les villes, mais ne peuvent s'y intégrer ni faire partie réellement de la population urbaine, constituent un problème qui est en fait la principale cause de « la mauvaise qualité » de l'urbanisation en Chine.

Depuis l'application il y a plus de trois décennies de la politique de réforme et d'ouverture sur l'extérieur, avec la progression de la réforme du système économique urbaine chinoise, les régions côtières ont été les premières à appliquer cette politique et à introduire des capitaux étrangers. L'apparition du mécanisme de la marchéisation, la réforme du système de cession de la terre ainsi que la demande pressante des villes ouvertes de régions littorales en main-d'œuvre bon marché, ont contribué à attirer une grande quantité de la main-d'œuvre excédentaire rurale dans les grandes et moyennes villes des régions côtières.

D'après les statistiques établies, a poursuivi Zou Deci, à partir de 1996, il y a eu chaque année près de 150 millions de paysans qui constituent une main-d'œuvre rurale excédentaire et leur nombre a atteint 170 millions en l'an 2000. La plupart d'entre eux ont ‘écoulés' vers les grandes villes et ce « grand courant » était devenu à cet époque le principal facteur contribuant au développement de l'urbanisation en Chine. Cette importante tendance a été maintenue et elle continue jusqu'à présent. En 2008, on a compté dans tout le pays quelques 140 millions de nongmingong.

Au 21ème siècle, l'orientation politique du développement urbain en Chine a été réajustée en « développement harmonieux des grandes, moyennes et petites villes, ainsi que des bourgs et des communes ». Toutefois, ce sont les grandes villes qui se développent de façon la plus vigoureuse. La transformation est grande et rapide chez ces dernières dont la physionomie change de jour en jour, mais dont beaucoup de problèmes surgissent en même temps : élargissement de la disparité entre riches et pauvres, bas niveau du service public, hausse des prix de logements, transport et circulation difficiles, pollution et dégradation de l'environnement, … etc.

D'après Zou Deci, au cours de la dizaine dernière années, il s'est constitué en Chine une grande et principale voie de l'urbanisation réalisée par la « venue des nongmingong dans les grandes et moyennes villes à la fourniture par ceux-ci d'une main-d'œuvre bon marché à avec les bas prix des terres à la croissance du PIB (Produit intérieur brut) à l'augmentation de la population urbaine à la hausse du taux d'urbanisation ». Cependant, cette voie recèle de nombreux problèmes. Car, bien qu'elle apporte rapidement des avantages, mais elle crée en même temps des conditions défavorables au développement durable à long terme.

Selon les données établies, en 2009, les chemins de fer de l'ensemble du pays ont transporté, pendant la Fête du Printemps, 192 millions de passagers qui retournent dans leurs familles et qui reviennent à leur travail, tandis qu'à cette période-là quelques 2,11 milliards de personnes ont emprunté la route pour faire le même va et vient. C'est pourquoi cette voie, a dit Zou Deci, fait que chaque année en Chine, plus de cent millions de paysans chinois qui travaillent dans les villes sont devenus la plus grande communauté d' « immigrés » qui, comme un balancier avec ses oscillations, constitue chaque année, durant la Fête du Printemps, un grand courant de va et vient unique dans le monde et apportant une grande consommation des ressources du pays et de la société.

Il a fait remarquer que de l'hiver 2008 jusqu'au printemps de 2009, sous les effets de la crise financière internationale, les industries de transformations des produits destinés à l'exportation des villes côtières chinoises ont connu une récession et un marasme sans précédent qui ont forcé plus de dix millions de nongmingong à être « au chômage », lequel est devenu un grave et sérieux problème social. Tous ces problèmes-là montrent la faiblesse ainsi que le caractère périssable et non durable de cette voie.

Le taux d'urbanisation en Chine a atteint 45,7% en 2008 et la population rurale compte encore 720 millions d'habitants Selon les prévisions, a-t-il dit, dans les années à venir, la main-d'œuvre excédentaire rurale sera maintenue toujours de cent à cent cinquante millions de personnes. C'est pourquoi le phénomène du « chômage » des nongmingong ne peut disparaître rapidement, alors que la capacité d'accueil et de contenu des grandes et moyennes villes ne peut également pas s'accroître dans de fortes proportions. L'urbanisation chinoise doit être réalisée en empruntant une route à diverses voies dont l'une c'est qu'il faut promouvoir activement au développement des bourgs et des communes des régions rurales, ce qui permettra de retenir et d'absorber une partie de la main-d'œuvre excédentaire rurale. Et empêcher qu'elle s'écoule complètement ou en grande partie dans les grandes et moyennes villes.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La Chine espère que le nouveau gouvernement britannique poursuivra le développement des relations bilatérales
Communication téléphonique entre le premier ministre chinois Wen Jiabao et son homologue espagnol José Lius Rodriguez Zapatero
Chine : les nongmingong constituent la plus grande communauté d' « immigrés-balanciers » dans le monde
La Chine promouvra dans tous les domaines le « travail décent »
Disparité aggravante et criante entre riches et pauvres en Chine
L'Occident ne semble pas encore prêt à inclure la Chine dans la direction des affaires du monde
Appel au secours de la Grèce : au moins trois milliards de dollars US proviennent de la Chine