100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>OpinionMise à jour 27.05.2010 13h16
Avantages et inconvénients de la reconnaissance américaine du « statut d'économie de marché » de la Chine

Le deuxième dialogue stratégique et économique Chine-Etats-Unis vient à peine d'être clos qu'il a été suivi de la publication de la liste de ses résultats. Les deux parties chinoise et américaine se sont convenues que la reconnaissance rapide du statut d'économie de marché de la Chine par les Etats-Unis s'effectuera par le biais de la Commission conjointe sino-américaine sur l'économie et le commerce (JCCT) et au moyen de la coopération. Ce qui signifie qu'à l'issue de la 21ème JCCT (en anglais : Sino-U.S. Joint Commission on Commerce and Trade) qui se tiendra dans le courant de la deuxième moitié de cette année, il sera possible que Les Etats-Unis accorderont le traitement de faveur à la Chine en tant qu'économie de marché intégral.

Pour le professeur Zhao Zhongxiu, assistant du recteur de l'Université des Relations économiques et commerciales avec l'étranger et directeur de l'Institut de l'économie internationale et du commerce international, il reconnaît que cette nouvelle l'a quelque peu « surpris et étonné », car il ne s'attendait vraiment pas à cela.

« La reconnaissance oui ou non à la Chine de son statut d'économie de marché a toujours été un atout majeur aux mains des Américains qui l'utilisaient adroitement dans les négociations commerciales avec la Chine. », a fait remarquer Zhao Zhongxiu qui a ajouté qu'être oui ou non reconnue comme un « pays à statut global d'économie de marché » décide directement de la situation des entreprises chinoises d'exportation lorsqu'elles doivent faire face à des plaintes et à des accusations antidumping.

En tant que la plus grande et plus importante entité économique du monde, les Etats-Unis figurent parmi les pays qui déclenchent chaque année le plus grand nombre de cas antidumping contre les entreprises chinoises. C'est pourquoi dans le cas où ils accordent à la Chine le traitement de faveur dû aux pays d'économie de marché, cela produira sur les autres pays du monde un important effet d'exemple quant à leur politique commerciale à l'égard de la Chine. « Dans le cas où les Etats-Unis accordent réellement à la Chine le statut d'économie de marché, les problèmes avec les autres pays et territoires du monde pourront être alors facilement réglés. Et c'est la raison principale pour laquelle le gouvernement chinois accorde une importance particulière aux discussions avec les Etats-Unis sur ce point-là. », a-t-il dit.

Depuis l'établissement en 1995 de l'Organisation mondiale du Commerce (OMC), dans le nombre total des plaintes antidumping formulées par les pays membres, près d'un septième sont des cas d'enquête à l'encontre des produits chinois et la Chine est devenue depuis des années consécutives le pays du monde qui fait l'objet du plus grand nombre d'enquête antidumping. A actuelle, un tiers des cas antidumping concerne la Chine. De 2006 à 2009, pour les seuls Etats-Unis, leurs accusations antidumping contre la Chine concernent des produits chinois dont la valeur totale est estimée à plus de 6 milliards de dollars US. Et les entreprises chinoises sont obligées de payer en plus des centaines de millions de dollars US comme taxe douanière antidumping.

« Le geste américain de reconnaître envers la Chine son statut d'économie de marché traduit en fait une intention bienveillante de coopération de la partie américaine. », a dit Zhao Zhongxiu qui a poursuivi en indiquant que la renonciation de cet atout par cette dernière a évidemment pour but de troquer la coopération chinoise dans d'autres domaines, tels que les nouvelles énergies, l'augmentation d'importation des techniques et des produits high-techs américains, l'élargissement des marchés chinois des services haut de gamme, dont les finances, … etc. Dans ces domaines-là, les entreprises américaines détiennent des avantages absolus, et c'est pourquoi la partie américaine souhaite que le gouvernement chinois augmente davantage l'importation de ce genre de produits et élargit en même temps leur accès au marché.

La plupart des spécialistes chinois en matière d'affaires commerciales pensent qu'en dehors du « statut intégral de pays d'économie de marché », d'autres atouts, dont le taux de change du renminbi, sont également d'importants contrepoids entre les mains du gouvernement américain qui les utilise dans la tractation politique et dans la transaction commerciale afin d'obtenir le plus d'avantages et d'intérêts pour la partie américaine. Quant à Wang Xiaolu, directeur adjoint de l'Institut d'études sur l'économie nationale de la Fondation chinoise de la Réforme, il croit que l'aboutissement à un consensus sur le problème du statut d'économie de marché de la Chine est en fait dans l'intérêt des deux parties chinoise et américaine.

Toutefois, certains spécialistes ont suggéré au gouvernement chinois de ne trop se presser pour obtenir ledit statut. Car en cas où la Chine parvient à obtenir le « statut global d'économie de marché », cela aidera effectivement ses entreprises d'être dans une position plus avantageuse si elles doivent faire face à des cas antidumping et être traitées de façon plus équitable, mais il sera possible que la menace d'enquête anti-subvention augmente et leur crée d'autres problèmes.

Citons comme exemple la « Loi anti-subvention » américaine, elle ne peut être utilisée contre les pays qui ne disposent pas du statut d'économie de marché, mais elle peut être appliquée à l'encontre des branches d'activité orientée vers l'économie du marché. Ce qui signifie que l'enquête anti-subvention, utilisée en tant qu'un des moyens d'assistance commerciale, ne peut être appliquée de façon générale à l'encontre des entreprises chinoises dont le pays d'origine est considéré pour le moment par les Etats-Unis comme un pays n'ayant pas le statut d'économie de marché. Dans le cas où l'on souhaite lancer l'enquête anti-subvention, il faut nécessairement que les secteurs d'activité concernés soient considérés comme « secteurs orientés vers l'économie de marché ». Ce qui signifie pour la partie américaine qu'elle ne dispose plus, à l'encontre des entreprises chinoises d'exportation, que du seul moyen d'assistance commerciale applicable de façon générale et c'est l'enquête antidumping, ce qui fait que pour n'importe quel secteur chinois ou pour n'importe quelle entreprise chinoise, et surtout une entreprise publique chinoise, qui jouit de la subvention gouvernementale, ce sera le premier problème auquel il (ou elle) doit faire face à l'exportation.

Zhao Zhongxiu a indiqué qu'en 2006, le Canada a été le premier, malgré qu'il refuse toujours de considérer la Chine comme pays d'économie de marché, à lancer contre les entreprises chinoises d'exportation l'enquête « double anti » (antidumping et anti-subvention) et plusieurs autres pays, dont les Etats-Unis ont suivi son exemple et ont commencé à utiliser ce moyen-là contre les entreprises chinoises. Ce qui équivaut à un dépassement du cadre imposé par l'OMC et à un changement déguisé des conditions préalables applicables de l'enquête anti-subvention. Ces pays-là, malgré qu'ils refusent toujours de reconnaître à la Chine son statut d'économie de marché, mais en réglant les litiges et les conflits commerciaux, ils commencent déjà à traiter la Chine sur ce critère-là. », a fait remarquer Li Zhongxiu.

« Cependant, avec la croissance du volume commercial entre la Chine et ses partenaire commerciaux dont les Etats-Unis, il est tout à fait normal que le nombre des conflits commerciaux augmente sans cesse et nous devons considérer cette chose-là avec un esprit calme et serein. », a dit Zhao Zhongxiu qui a ajouté que les litiges commerciaux constituent seulement un reflet du déséquilibre structurel de l'économie mondiale, c'est pourquoi le règlement de ces litiges dépend surtout de la rectification du déséquilibre.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Protection de l'environnement : onze sociétés chinoises cotées en bourse manquent à leur parole
La Chine approuve le Plan Régional pour le Delta du Fleuve Yangtsé
Chute brutale de l'euro : la Chine continuera-t-elle à racheter les dettes publiques européennes ?
Expo 2010 Shanghai : on ne doit pas rater l'occasion de visiter le Pavillon collectif de l'Afrique
Désillusion du cinéma chinois à Cannes
La classe moyenne a besoin de reformes pour son développement
Chine : première lourde condamnation à l'encontre d'un corrupteur