100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>OpinionMise à jour 02.06.2010 16h38
Le CNPC en tête du top 500 des plus grandes entreprises du monde : une bonne ou une mauvaise nouvelle

Le quotidien britannique "The Financial Times" vient de publie son dernier classement mondial des 500 plus grandes et plus fortes entreprises. On remarque sur la liste vingt et une entreprises de la partie continentale chinoise cotées en bourse, lesquelles sont toutes sans exception de grandes entreprises publiques ou bien des sociétés holding de propriété publique qui couvrent les domaines de la finance, de la pétrochimie, de la construction et du transport.

Une fois cette nouvelle connue, tous les médias intérieurs de la Toile l'ont publié en première page et nombreux sont les internautes qui commentent l'événement en émettant chacun son opinion et son avis personnels. Certains disent que les entreprises chinoises sont devenues plus fortes chaque jour davantage, que l'économie chinoise se développe à un rythme accéléré et que la position et la puissance de la Chine dans le monde se renforcent continuellement. Mais d'autres, en plus grand nombre, déclarent que la nouvelle « ne mérite pas que l'on en vante ni que l'on montre du contentement », toutefois, on doit garder la tête froide et l'esprit lucide tout en se livrant à de mûres réflexions. Quant à moi (auteur de cet article), ce que je veux dire c'est qu'à travers ce classement, il est dévoilé les graves et sérieux problèmes qui existent dans l'organisation structurelle de l'économie chinoise et des entreprises chinoises et tous ces problèmes-là m'inquiètent et le préoccupent énormément.

Les entreprises de la partie continentale chinoise qui figurent sur la liste sont ou bien d'importantes entreprises publiques ou bien des sociétés holding de propriété publique. Cela est en fin de compte une bonne ou bien une mauvaise chose, donne matière à réfléchir et mérite que l'on en discute. Les entreprises publiques deviennent de plus en plus grandes, de plus en plus fortes et de plus en plus puissantes est cela est due principalement à la haute concentration des ressources sociales et des fonds, alors que le degré de monopolisation de celles-ci s'élève sans cesse. Par exemple : China National Petroleum Corporation (CNPC) et China Petroleum and Chemical Corporation (Sinopec Group), qui occupent respectivement une position dominante et monopole dans leur secteur, pratiquent chacun de son côté la gestion et l'exploitation monopoles dont le résultat c'est qu'ils deviennent de moins en moins dynamiques et qu'il leur manque de plus en plus et la vitalité et la compétitivité. Ils n'exercent que des activités qui leur rapportent des profits et qui augmentent leurs bénéfices et ils font leur possible pour grappiller et écornifler les consommateurs. Une autre exemple : les quatre grandes banques publiques, dont la Banque de l'Industrie et du Commerce de Chine, détiennent la plus grande part du marché financier chinois, alors qu'il y a beaucoup de difficultés pour les entreprises privées de s'introduire dans les secteurs financier et bancaire. Un quelconque secteur dispose d'une telle quantité de ressources, si l'on ne peut pas les répartir et les distribuer en tenant compte de la concurrence équitable sur le marché, le résultat serait certain : la croissance et le développement d'un très petit nombre d'entreprises, tandis que la plupart n'ont aucune occasion de faire valoir leur capacité et auront de difficultés de survivre. Le renforcement de la puissance des entreprises publiques est en fin de compte une bonne ou une mauvaise chose pour le développement économique d'un pays, il le favorise ou bien le défavorise ? Tout cela donne matière à réflexion et à discussion.

Il n'y a aucune entreprise privée de la partie continentale chinoise qui figure au palmarès des 500 plus grandes entreprises du monde et cela révèle un point faible de l'économie chinoise. Le dynamisme et la vitalité de l'économie d'un quelconque pays sont déterminés principalement par l'environnement bon ou mauvais offert au développement des entreprises privées qui accélère ou bien ralentit leur rythme de croissance. Ils sont décidés en outre par la vitalité et la force motrice interne de l'investissement de capitaux privés.

Après l'éclatement de la crise financière internationale, certaines réformes appliquées par les Etats-Unis qui ont tiré leçons de leurs expériences douloureuses donnent de l'inspiration aux autres pays. Tout en déployant tous ses efforts pour lancer son programme de réforme financier, le Président Obama a répété à plusieurs reprises dans ses discours qu'il est d'une grande nécessité de régler le problème de certaines entreprises du secteur financier ou d'autres secteurs qui sont « devenues tellement grandes que leur écroulement entraîne le catastrophe et le désastre ». Pour ce qui est des entreprises totalement et complètement marchéisées et privatisées, le gouvernement américain ressente également de l'inquiétude pour elles et craint surtout quelles « deviennent tellement grandes que leur chute entraîne le désastre ». En réalité, il faut éprouver une plus grande crainte à l'égard des grandes entreprises publiques chinoises qui pratique le monopole. Lorsqu'un pays, un secteur ou bien une entreprise rencontre soudainement des difficultés qui apportent des problèmes à l'économie du pays. Cela pourrait alors produire des effets néfastes sur la création d'emplois, sur le bien-être de la population, sur la vitesse de la croissance économique ainsi que sur les recettes financières du pays. Dans ce cas-là, il serait certain que tôt ou tard, il se produirait de graves et sérieux problèmes dans l'économie nationale du pays et tout le pays souffrirait alors du « kidnapping » de ces secteurs et de ces entreprises.

C'était la même chose qui s'est passée aux Etats-Unis, dès qu'il a surgi des problèmes au sein des entreprises financières, cela a provoqué tout de suite une crise financière internationale qui s'est répandu rapidement à travers le monde et qui a plongé l'économie américaine dans le désastre, alors que chaque jour des centaines de milliers de personnes ont perdu leur travail. Dans ce cas-là, ce ne sont plus des entreprises fortes et puissantes, car elles constituent de graves et sérieuses menaces tans pour les Etats-Unis que pour les autres pays. Un autre problème qui donne matière à réflexion c'est la grande détermination antimonopole dont ont fait preuve les Etats-Unis et cela donne inspiration aux autres pays. Auparavant, il y a eu dans ce pays plusieurs enquête antimonopole à l'encontre de Microsoft suspecté de pratiqué le monopolisme. Cette fois-ci c'est une enquête menée à l'encontre des produits musicaux de l'entreprise multinationale américaine d'informatique Apple qui se développe à une vitesse fulgurante. Ce sont de bons exemples qui doivent être pris en considération par les autres pays.

Les entreprises américaines procèdent sans cesse à l'innovation et le gouvernement de leur pays ne s'arrête pas de les superviser et de les contrôler. Et c'est peut-être justement grâce à ce cycle continuel d'innovation – contrôle – ré-innovation – re-contrôle qui permet à l'économie américaine de maintenir et de préserver toujours, dans la condition préalable du maintien de l'ordre, son dynamisme vigoureux, sa vitalité florissante et sa compétitivité puissante. Tout cela mérité que la Chine en prenne exemple tout en s'inspirant des expériences et en tirant enseignement et leçon.

Il y a plus de comparabilité entre les entreprises privées chinoises et les entreprises européennes et américaines qui apprennent également la nage dans le marché et qui se développent et se renforcent dans la concurrence. L'apparition sur la liste des 500 plus grandes et plus fortes entreprises du monde de certaines entreprises privées chinoises, qui ne bénéficient pas de traitement privilégié, qui ne pratiquent pas le monopole et qui ne sont pas allaitées sans cesse par l'Etat, est peut-être plus intéressante et apporte un plus grand plaisir et une plus profonde satisfaction à la Chine, car ce sera alors une nouvelle vraiment bonne et réconfortante.



Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
L'importance des relations stratégiques sino-américaines augmente régulièrement
Coup d'envoi du sommet des dirigeants de Chine, du Japon et de la Corée du Sud
Coup de théâtre sur la scène politique allemande : le président Horst Köhler démissionne suite à des propos déplacés
Tout n'est pas rose pour la « Vallée de la joie » de Paris
Le football : un sport pour les pauvres et une coupe du monde pour les riches ?
Expo 2010 Shanghai : il faut prêter une oreille attentive aux explications pour pouvoir comprendre et saisir toutes les merveilles exposées
Avantages et inconvénients de la reconnaissance américaine du « statut d'économie de marché » de la Chine