100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>OpinionMise à jour 29.06.2010 15h28
Chine : flambée des recettes financières de l'Etat et c'est le moment de procéder à l'allègement fiscal

Huit billions ! Et il serait fort possible que ce sera le montant global des recettes financières de l'Etat chinois pour l'année 2010. Une fois ce chiffre colossal réalisé, la Chine deviendra alors, immédiatement après les Etats-Unis, la deuxième des plus grandes entités économiques du monde quant à leurs recettes financières. Au moment où pour les pays développés du monde, leurs recettes financières augmentent à un rythme lent de un pour cent environ, voire même à un rythme de croissance négative, les recettes financières ont connu en Chine au cours des cinq premiers mois de cette année un rythme de croissance de 30,8% par rapport à la période correspondante de l'année dernière. « Pour ce qui est de la croissance durant la deuxième moitié de cette année, il n'y a aucun problème pour qu'elle atteigne 10% », a déclaré un responsable de l'Administration d'Etat des Affaires fiscales.

Au cours du processus du développement économique du pays pendant ces dernières années, l'Etat est devenu le plus grand bénéficiaire, car ses recettes ont augmentés dans de fortes proportions qui sont beaucoup plus élevées par rapport à celles du revenu de la population. Selon les analyses faites par Chen Zhiwu, économiste prestigieux de grand renom et professeur engagé spécialement à l'Institut de Gestion et d'Exploitation de l'Université Qinghua, de 1995 jusqu'en 2007, exception faite du facteur de l'inflation, les recettes financières de l'Etat se sont accrues de 5,7 fois, tandis que le revenu disponible par tête d'habitant de la population urbaine n'a augmenté que de 1,4 fois, alors que c'est seulement de 1,2 fois pour le revenu net par habitant de la population rurale. En Chine, plus de 76% des avoirs et des actifs appartiennent à l'Etat et que moins de 25% seulement sont entre les mains des habitants.

Pour donner une explication simple à cela du point de vue théorique, l'augmentation des recettes financières de l'Etat permettra nécessairement de renforcer la capacité nationale de contrôle macroéconomique, ce qui sera utile et favorable pour la réalisation de grands et d'importants projets d'infrastructure et de construction, de même que pour l'amélioration du niveau de vie et du bien-être de la population. Mais, ce qui est regrettable c'est que la réalité et les faits démontrent qu'il existe de grands, de graves et d'énormes gaspillages dans l'utilisation des recettes financières de notre pays. La Commission d'Etat des Comptes vient de publier tout récemment un rapport d'audit qui le prouve indéniablement et incontestablement. D'un côté, des sommes considérables versées par les contribuables sont dilapidées et gaspillées, tandis que de l'autre côté, le système de la protection sociale se trouve dans un état de régression et que les investissements en matières de soins médicaux, de l'éducation, du logement et du bien-être social sont loin de répondre aux besoins des masses populaires.

Ce qui doit être signalé en plus, c'est que les recettes de l'Etat ne sont pas limitées aux recettes financières, on ne doit pas oublier les recettes hors budgétaires et les recettes hors systèmes qui sont toutes les deux également considérables et qui sont à peu près du même volume que celui des recettes financières. Face à la situation actuelle anormale caractérisée par le phénomène « Etat fort (riche) et population faible (pauvre) », le commentateur économique Ye Chan a indique que « Que ce soit l'Etat ou que ce soit la population qui soit riche, le problème important réside dans le rendement de l'utilisation des fonds ainsi que des effets qui seront produits sur le développement durable de l'économie. Dans le cas où l'Etat, sous l'excitation, la stimulation et l'encouragement de fortes recettes, considère soi-même comme un sujet d'intérêts indépendant et autonome et non pas comme un sujet de service des produits publics achetés par les contribuables, il deviendra alors le contraire opposé au sujet du marché et des consommateurs. », c'est pourquoi dans la situation actuelle où la réforme du budget financier du gouvernement est toujours en retard et où les dépenses gouvernementales sont effectuées à la légère, il vaut mieux que la richesse et les biens soient entre les mains de la population au lieu qu'ils soient détenus par l'Etat.

Tout comme il l'est dit dans le rapport présenté au XVIIème Congrès du Parti communiste chinois, les gouvernements locaux doivent faire des efforts pour augmenter petit à petit le revenu des habitants et accroître la part de ce dernier dans la distribution du revenu national. La hausse de la part de la rémunération du travail dans la répartition primaire comprend entre autres la hausse du salaire minimal, l'établissement du mécanisme de la hausse normale du salaire des travailleurs dans les entreprises ainsi que la création de conditions permettant à davantage d'habitants de disposer de revenu du bien et de la propriété. Cela constitue une augmentation de la « recette » de la population. De l'autre côté, il faut également insister sur l'importance d'augmenter les dépenses de l'Etat en matière de la protection sociale et du service public.

D'après la pratique internationale, après que l'économie d'un pays ait pu connaître un développement sain et durable, il est nécessaire pour le gouvernement du pays de prendre des dispositions pour alléger le fardeau fiscal et utiliser ce moyen-là pour enrichir la population afin qu'elle puisse jouir encore plus des avantages et des profits apportés par le développement économique. Aujourd'hui en Chine, l'économie continue à se développer rapidement et les recettes financières de l'Etat augmentent chaque année dans de fortes proportions. Devant cette situation, c'est le moment de procéder à la réforme de la distribution du revenu, dont élever le plus tôt possible le point de départ de la perception d'impôt et diminuer l'impôt sur le revenu des entreprises. En cas de nécessité, il faut même envisager de distribuer l' « enveloppe rouge » (contenant les primes en espèces) à la masse populaire, afin que tous et chacun puissent jouir ensemble du dividende réalisé par la croissance de la richesse et de la fortune.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Articles pertinents
Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Lutte contre un incendie de forêt dans le nord de la Chine
Wen Jiabao félicite Gillard pour son accession au poste de PM d'Australie
Les combines du marketing en ligne entament la confiance du public dans Internet
Chine : la disparité des revenus atteint le seuil critique, la réforme de la redistribution sociale progresse petit à petit
Sommet G20 à Toronto : faut-il secourir l'euro ou bien Obama ?
C'est dans l'espoir de pouvoir s'enrichir par le travail que la société deviendra moins dure
« La Chine joue en solo », compliment fielleux des médias occidentaux