100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>OpinionMise à jour 29.09.2010 14h08
Le banquet Gates-Buffet, « un test pour les Chinois riches »
Bill Gates (à gauche) et Warren Buffet visitent le centre d'examen des batteries de BYD Auto à Huizhou, dans la Province du Guangdong, mardi 28 septembre.

Dans le buzz qui entoure depuis des semaines la visite des milliardaires philanthropes Bill Gates et Warren Buffet, une question domine par dessus tout : « Devine qui vient dîner mercredi soir ? ».

Le Chateau Laffitte Hotel de Beijing, résidence hôtelière de luxe de style européen située dans les faubourgs Nord de Beijing, devrait être le lieu qui va accueillir les super-riches chinois et leurs hôtes américains, à partir de 17h ce soir.

Les détails de ce « rassemblement privé » entre de riches Chinois et deux des Américains les plus fortunés sont restés secrets pour la plupart. On ne sait toujours pas qui sera présent.

Le banquet, que les médias locaux ont malicieusement baptisé « Banquet Hongmen » (鸿门宴, Banquet de la Porte de l'Oie-cygne), en référence à une anecdote historique ancienne qui signifie une réunion ou une fête organisée pour des invités, mais qui est en réalité un piège, a provoqué des débats animés sur les mérites et les difficultés de la philanthropie et de la bienfaisance pour les nouveaux riches de Chine.

Seuls quelques-uns des milliardaires chinois figurant sur la liste d'invitation ont répondu publiquement à l'appel. Parmi eux le « Philanthrope No1 de Chine », Chen Guangbiao, PDG de Jiangsu Huangpu Recycling Resources Co Ltd, dont la fortune est évaluée à 440 millions de Dollars US, d'après la liste des riches Hurun de l'année dernière.

Parmi les noms confirmés figurent aussi le géant des produits laitiers Niu Gensheng, l'acteur de kungfu Jet Li, le constructeur automobile Wang Chuanfu, le promoteur immobilier Zhang Xin, le fabricant de verre Cao Dewang et le titan du commerce en ligne Ma Yun.

Après les Etats-Unis, la Chine est le deuxième pays qui compte le plus de milliardaires.

Mais beaucoup des riches Chinois invités à ce dîner ont été lents à répondre, du fait de leur craintes de recevoir des pressions pour donner.

De son côté, le promoteur immobilier Wang Jianlin a tout simplement refusé l'invitation, disant qu'il était plus important de construire une entreprise solide pour pouvoir aider davantage de Chinois que de donner de l'argent dès maintenant.

Le magnat des logiciels Bill Gates et celui de l'investissment, Warren Buffet, ont pourtant insisté, dans une lettre envoyée un peu plus tôt ce mois à l'Agence de presse Xinhua, qu'ils ne feraient pas pression sur les super-riches de Chine pour qu'ils donnent leur argent lors du banquet.

Les deux milliardaires, qui ont déjà réussi à convaincre en juin dernier 40 personnes individuelles riches et leur famille, dont le fondateur de CNN Ted Turner et le maire de New York Michael Bloomberg, de céder plus de la moitié de leur fortune, ont déclaré qu'ils souhaitaient simplement en savoir davantage sur l'approche chinoise de la philanthropie, ce 29 septembre.

Quoi qu'il en soit de cette approche, disent les experts, le moment est de toute façon venu pour les riches Chinois de remettre leur fortune en circulation dans la société.
Le Coefficient Gini de la Chine, qui mesure les inégalités de revenus, est en effet situé au dessus de 0,4 depuis 2000, un niveau d'alerte qui est bien supérieur à celui de la plupart des pays industrialisés, qui est situé entre 0,24 et 0,36.

« Le fossé entre les riches et les pauvres s'élargissant, la bienfaisance est une façon excellente et volontaire de redistribuer les richesses », a dit Zhou Qing'an, checheur à l'université Tsinghua.

En 2009, les dons de bienfaisance ont atteint environ 33,27 milliards de Yuans (4,89 milliards de Dollars US), dont près de 60% sont venus des entreprises, d'après le Ministère des Affaires Civiles.

Donner n'est pas chose nouvelle pour les Chinois riches.

Les 50 principaux philanthropes ont donné près de 3,9 milliards de Yuans au total l'année dernière, d'après la Liste Philanthropique Hurun 2009, soit quatre fois plus qu'il y a six ans.

Mais en Chine, l'environnement n'est pas prêt pour que les riches donnent une grande partie de leur fortune, les progrès étant essentiellement dus au Gouvernement et soutenus par le plublic, a dit Wang Zhenyao, Directeur du Centre pour la Recherche sur la Philanthropie à l'Université Normale de Beijing.

Les dons faits par les riches sont encore peu répandus en Chine, en partie du fait que ces personnes craignent que leur richesse soit ainsi exposée, et aussi parce que le système de bienfaisance chinois est encore sous-développé.

« Ce banquet est non seulement un test des Chinois riches, mais c'est aussi un test de notre environnement et de notre système de bienfaisance », a dit M. Wang.

Les Chinois riches doutent aussi de la transparence des opérations de bienfaisance. Par exemple, très peu d'organisations et fondations de bienfaisance du pays, de plus en plus nombreuses, rendent compte des retours aux donneurs ou publient la façon dont circule l'argent, a t-il ajouté.

La star de cinéma Jet Li a de son côté déclaré mardi à Reuters que la Chine avait besoin d'une loi sur la bienfaisance, afin de rassurer les éventuels donneurs.

La Fondation One de Jet Li, partenaire de la Société de la Croix Rouge de Chine, n'a pas réussi à obtenir l'autorisation du Gouvernement pour s'établir en tant qu'organisation de bienfaisance indépendante.

« En Chine, créer une fondation, c'est comme conduire une voiture sur une autoroute où il n'y a ni feux rouges ni feux verts, seulement des feux orange. Ca fait trois ans que je roule en franchissant des feux orange, et je ne sais pas si le prochain sera rouge ou vert », a t-il dit.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Les Taïwanais vivant à l'étranger invités à visiter la partie continentale de la Chine
Chine : Publication d'un livre blanc sur les droits de l'Homme
Le recours à la force militaire ne devrait jamais être une « solution »
Que cache la rhétorique anti-chinoise du Congrès américain ?
La dispute entre la Chine et le Japon n'est pas finie
L'inflation et les taux d'intérêt repartent à la hausse
Cher Japon, puissiez-vous agir avec sagesse à l'avenir...