100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>OpinionMise à jour 29.09.2010 16h26
La Chine se développe pacifiquement, mais sa patience a des limites

L'action japonaise sur les Iles Diaoyu a mis le peuple chinois en colère et gravement mis à mal les relations bilatérales. La Chine a vigoureusement protesté et exigé des excuses et des compensations.

C'est une période difficile dans les relations sino-japonaises. Les dirigeants japonais ont d'ailleurs déjà indiqué qu'ils avaient perçu des signes de détérioration, et ont signalé qu'ils voulaient restaurer les relations avec la Chine. Mais remettre les relations sino-japonaises sur les rails ne sera pas qu'affaire de paroles.

Le Gouvernement japonais doit prendre des initiatives concrètes et corriger son erreur au plus vite, a dit le Premier Ministre Wen Jiabao dans un discours prononcé devant les dirigeants du monde lors du débat général annuel de l'Assemblée Générale des Nations Unies : « La Chine est attachée à l'amitié, mais elle a aussi des principes. S'agissant de leur souveraineté et de l'intégrité de leur territoire, les Chinois n'abandonneront jamais, ne feront jamais le moindre compromis ».

Les Iles Diaoyu font partie intégrante du territoire de la Chine depuis les temps les plus anciens, et la Chine possède sur elles une souveraineté indiscutable. Mettre en détention le capitaine chinois et son équipage dans l'espoir de « réunir des preuves » était donc illégal et invalide.

La Chine suit sans faiblir la route du développement pacifique, et elle soutient en toutes circonstances la résolution des conflits par le dialogue et la consultation. Au début des années 1980 d'ailleurs, Deng Xiaoping avait proposé d'aplanir les disputes et de s'engager dans un développement conjoint. Mais mettre les disputes de côté ne veut nullement dire abdiquer sur sa souveraineté.

L'arrestation illégale des pêcheurs chinois a une fois de plus exposé au grand jour l'attitude réelle du Japon à l'égard des relations sino-japonaises. Les dirigeants japonais disent souvent qu'ils considèrent le Chine, et le développement de la Chine, d'une perspective nouvelle, mais les actes du Japon montrent qu'il n'a pas encore jeté aux orties sa « vieille conception des choses », à savoir que la Chine est une menace et que comme telle elle doit être contenue.

La Chine et le Japon sont des voisins proches, qui devraient se tenir au principe du développement stratégique et des relations mutuellement bénéfiques, et à la résolution des problèmes par le dialogue et la consultation. A cet égard, la position de la Chine n'a pas changé, et elle ne changera pas.

Pour développer les relations sino-japonaises, il faut de la sagesse politique, et chacun doit avoir une vision à long terme.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Rencontre à Beijing entre les PM Wen Jiabao et David Cameron
Chang'e 2 photographie la baie des arcs-en-ciel
Le sourire de Barack Obama à l'Inde est-il juste de pure forme ?
La Chine et la réalité : choses vues et entendues par un journaliste chinois en Europe
La Chine doit garder la tête froide au sujet de sa 3ème place au FMI
Le partenariat stratégique global sino-français entre dans une nouvelle phase (PAPIER GENERAL)
Les liens sino-européens ont besoin d'esprits ouverts