100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>OpinionMise à jour 12.11.2010 14h07
Ce que cherche à obtenir Nicolas Sarkozy en France et dans le monde
Aperçu d'une rue à Marseille lors de la grêve

Ces derniers temps, de grandes grèves en France ont attiré une attention générale du monde entier, parce que ces grèves touchent un problème important : un projet de réforme du système de retraite. Si les Français ont une réaction si forte, c'est qu'ils ont peur que cette réforme soit à l'origine d'importantes réductions de leur niveau de bien-être élevé en France. Ces problèmes en France sont également les problèmes communs en Europe : en effet, le mode économique, voire le mode de vie en Europe se sont encore arrêtés à certaines périodes du 20ème siècle.

Mais ce mode européen subit un coup d'attaque des idées du néo-libéralisme. Selon les néo-libéraux, le bien-être n'est pas un devoir de l'Etat, il doit être interprété comme une croissance économique maximale et la protection sociale ainsi créée. Les pays européens ont résisté à ces attaques. Ils préféraient maintenir des emplois et la stabilité sociale, aux dépens de la compétitivité et de la croissance économiques Cependant, la crise de la dette en Grèce a montré que le système de sécurité sociale d'Europe ne peut plus durer. On voit que « le minimum vital », que les pays européens cherchent à garantir, sont en fait garantis par le déficit public, ce que ne peuvent plus soutenir les impôts et les contribuables de plus en plus âgés..

La lente reprise économique mondiale fait ressortir les défauts sociaux et économiques des pays européens. L'euro soutenu par le « crédit collectif » exige des pays européens qu'ils règlent leurs problèmes de finances publiques, avant l'arrivée d'une reprise économique réelle, et le niveau de bien-être est la première cible de la réduction. Les politiques de bien-être social des pays européens ont été établies avant la mise en place de l'euro. A ce moment-la, les pays européens ne cherchaient qu'à maintenir le bien-être de leur pays respectif, sans tenir compte du déficit de l'Etat. Mais après l'apparition de l'euro, les situations économique et financière des pays européens sont devenues étroitement liés par le crédit et la valeur. Cependant, l'union européenne est tout de même composée de pays souverains et indépendants, Les gouvernements, qui ne sont responsables qu'envers la population de leur pays respectif, préfèrent utiliser des crédits à découvert pour gagner le soutien des électeurs de leur pays, même aux dépens de la valeur de l'euro. Selon certains commentaires, l'euro est une monnaie utilisée « par beau temps ». En fait, l'euro n'a pas subi l'épreuve d'une crise réelle. Maintenant, c'est l'heure de l'épreuve et les pays européens doivent procéder aux réajustements et en supporter le prix, comme en témoignent La réforme du système de retraite en France et les efforts faits par l'Allemagne en faveur de la révision du « Traité de Lisbonne » pour qu'il introduise un mécanisme de sanction financière plus sévère. Cependant, l'Europe âgée manque non seulement de diligence et des dépôts bancaires élevés des nations asiatiques, mais elle a aussi un problème de vieillissement de ses électeurs. Tout cela a ajouté des difficultés à la réforme du mode européen.

Après que le mode du marché libre aux Etats-Unis se soit révélé inefficace, le mode européen a montré ses défauts à son tour. Mais la crise économique mondiale continue, la période de latence des symptômes semble se prolonger.

Après la première guerre mondiale, la Grande-Bretagne voulait maintenir l'ordre économique mondial qu'elle dominait et s'en tenir à l'étalon-or. Et bon nombre de pays estimaient aussi que l'ordre économique et politique d'avant - guerre avait maintenu la prospérité. Ils n'ont pas pris la décision d'effectuer la réforme. D'ou les racines de la grande récession économique. C'est pourquoi on ne doit pas sous-estimer l'importance de la mise en harmonie de l'ordre économique international et du système monétaire pour éviter la répétition de cette crise monétaire. N'oublions pas que deux crises économiques mondiales survenues depuis près d'un siècle provenaient toutes deux des Etats-Unis.

En faisant progresser la réforme des retraites en France, le Président Sarkozy espère profiter de l'occasion qui sera bientôt présentée à la France d'assurer la présidence tournante du G20 pour promouvoir la réforme du système monétaire international et lancer un défi à la position dominante du dollar américain. Ce serait une tentative utile. Mais la situation intérieure difficile en France et l' économie affaiblie de l'Europe vont nettement réduire la capacité de Nicolas Sarkozy à proposer des sujets de discussion mondiale.

Un philosophe a dit : « Généralement, la réforme sociale n'a jamais comme condition préalable un homme fort devenu faible, elle doit être et sera lancée par un homme faible devenu fort ». Cela s'appliquera aussi au domaine de la reforme de l'ordre économique international. (L'auteur de cet article : Ni Jianjun du Magazine « Shijie Zhishi » )

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Comment voulez-vous gouverner un pays où il existe 258 variétés de fromage ?Charles De Gau...
Cet article est un peu confus et aborde trop de sujets.L’Europe est malmenée par les USA m...
La réponse semble simple, et pourtant le Président est autant compliqué que l'est le peupl...
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La Chine "inquiète" après des échanges de tirs entre la RPDC et la RC
La Chine souhaite voir des relations saines avec le Japon (MAE)
S'internationaliser peut parfois être une affaire délicate
Le sentiment de bonheur personnel est aussi de la responsabilité du gouvernement
La tension monte après les échanges d'artillerie entre les deux Corées
Quelle contribution les Chinois devront apporter au monde au 21ème siècle ?
Deux Europes dans la crise de la protection sociale