Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>OpinionMise à jour 29.11.2010 16h44
"Sommet de Hambourg" : l'Europe doit-elle embrasser le dragon chinois ?

Selon le média allemand « deutsche Welle », pendant la première moitié de 2010, les exportations de l'Union européenne (UE) vers la Chine ont augmenté de plus de 40%. Mais l'UE a encore accusé un déficit de 71 milliards d'euros dans son commerce avec la Chine. L'UE estime que la raison principale est que le renminbi est sous-évalué.

Malgré la crise économique globale, la Chine a réalisé une croissance économique de plus de 10%. L'Allemagne a beaucoup bénéficié du développement vigoureux de l'économie chinoise. Frank Horch, président de la Chambre de commerce de Hambourg, ville hôte de ce sommet, a dit : « La Chine est le partenaire le plus important de Hambourg dans le monde. Hambourg est pour les marchandises chinoises un port de transit vers les différents endroits en Europe. Un tiers des containers d'ici a un rapport avec la Chine ».

Eberhard Sandschneider de l'Institut allemand de la politique diplomatique partage ce point de vue de M. Horch. Tous deux ont esitmé que la crise économique mondiale a changé les rapports entre la Chine et l'Europe. « L'Europe a découvert que ce changement peut non seulement sauver ou contribuer à sauver le capitalisme occidental dans le domaine financier. La Chine, pays de type socialiste, est devenue tout d'un coup très important, parce ceci a aidé à changer le centre de gravité».

Cependant, L'Europe a rencontré beaucoup de problèmes dans ses échanges avec la Chine, son partenaire. L'Allemagne et les autres pays de l'UE se plaignent du manque en Chine de mesures de protection de la propriété intellectuelle. « La protection des droits de propriété intellectuelle est non seulement la promesse solennelle faite par la Chine après son entrée dans l'Organisation mondiale du Commerce, mais c'est aussi un besoin des entreprises chinoises pour se développer. La Chine met l'accent sur les innovations indépendantes et ne tolérera pas qu'on utilise des produits contrefaits ou de mauvaise qualité susceptibles d'affecter les innovations », a dit Liu Haiyan, vice-président de l'Association des industries chinoises, en réponse aux plaintes de certaines entreprises allemandes. Il a réitéré les règlements de sanction établis par le gouvernement chinois dans ses lois contre le piratage technique.

Bien que les entreprises européennes aient rencontré toutes sortes de problèmes, aucune entreprise ne s'est retirée du marché chinois. L'immense force dynamique du marché chinois a toujours une attirance pour les entreprises étrangères. Est-ce qu'on risque de s'asphyxier, en embrassant le dragon chinois ?

M. Sandschneider a dit : « On peut embrasser le dragon. Mais le dragon fait peur, quand il embrasse. Voilà le problème. De plus en plus d'entreprises chinoises sont implantées en Europe et aux Etats-Unis, cela nous rend perplexe. Mais à l'ère de la mondialisation, l'apparition des entreprises chinoises en Europe et aux Etats-Unis n'est-elle pas une chose normale ? »

Le groupe de hautes technologies « Fuxing » de Shanhai a déjà investi 100 millions d'euros en Europe. Guo Guangcheng, PDG de cette société, ne croit pas que les entreprises chinoises connaissent une crise de confiance en Occident. « En communiquant davantage, nous pourrons établir une confiance mutuelle avec les entreprises européennes. Je crois qu'il n'y a pas de problèmes pour une telle communication ».

Les Européens ont peur que le redressement de la Chine suscite une nouvelle répartition des richesses et des ressources dans le monde. Et alors le redressement de la Chine signifiera-t-il le déclin de l'Europe ?

M. Sandschneider a dit : « Selon les normes internationales, l'économie européenne ne déclinera que d'ici des dizaines d'années. Je veux dire plutôt que l'Europe réussira à descendre. Cela signifie que nous abandonnerons une partie de notre vie de pays riche et laisserons de la place aux autres. Mais cela ne signifie pas que l'Europe s'acheminera vers la fin. C'est un processus tout à fait normal, un processus de répétition qui se fait depuis des centaines d'années ».

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Ce que l'on ne dit pas en Europe c'est que ceux qui viennent en Chine pour leur BUSINESS a...
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Un haut conseiller politique chinois appelle à déployer plus d'efforts pour combattre la pauvreté
La Chine appelle à la reprise du dialogue et des négociations sur la situation dans la péninsule coréenne
Les enseignants doivent-ils vraiment se mettre à genoux devant leurs étudiants ?
"Sommet de Hambourg" : l'Europe doit-elle embrasser le dragon chinois ?
« Atterrissage en douceur » pour l'économie chinoise ?
Le changement climatique est plus qu'un problème de négociations
La mort de Wang Bei reflète la situation réelle de la société chinoise