Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>OpinionMise à jour 10.12.2010 13h19
La France mène une diplomatie des « commandes » et les nouveaux pays émergents en sont la cible

A peine le Président Sarkozy est-il rentré au Palais de l'Elysée après sa visite en Inde, que le Premier ministre François Fillon, à la tête d'un groupe de ministres et d'hommes d'affaires, est parti le 8 décembre pour Moscou pour mener des entretiens sur une coopération avec la Russie. Evidemment entrés dans la dernière période de leur mandat, le Président Sarkozy et son gouvernement ont fait du travail économique le centre de gravité pour éliminer un point faible sur sa voie vers le second mandat.

Après l'accomplissement non sans difficultés de la réforme du système des retraites, M.Sarkozy et son gouvernement ont mené toute une série d'activités diplomatiques qui ont notamment ciblé sur les nouveaux pays émergents représentés par les quatre pays du BRIC. Le Président et le Premier ministre français, ainsi que d'autres hommes politiques se font « promoteurs » des technologies et produits français dans l'espoir d'obtenir des commandes étrangères susceptibles de stimuler l'économie française.

Après qu'il ait reçu avec faste le Président chinois Hu Jintao au début de novembre, Nicolas Sarkozy a effectué récemment encore une visite en Inde. La France et l'Inde ont signé plusieurs accords-cadre sur la coopération en matière de technologie nucléaire. La France a encore espéré qu'elle vendra des armes de fabrication française à l'Inde. Après 4 jours de visite, M.Sarkozy a rapporté des contrats et lettres d'intention d'une valeur totale de 15 milliards d'euros, dit-on.

Avant son départ pour Moscou, le Premier ministre François Fillon a laissé entendre aux médias russes que des entreprises des deux pays vont signer plusieurs contrats. Il a notamment précisé que la Société Alstom aidera une société nationale hydro-électrique de Russie à reconstruire 9 barrages sur le fleuve Kouban et que la Société Sagem du Groupe français Safran signera avec une entreprise russe d'importation d'armes un accord de coopération sur des équipements de navigation pour la marine et l'armée de l'air. La France espère également que les négociations ouvertes depuis longtemps sur l'achat par la Russie de navires d'assaut amphibie français de type Mistral pourront faire des progrès substantiels.

Certes, la diplomatie des « commandes » du gouvernement de Nicolas Sarkozy n'a pas été sans à coups. Selon les médias français, le Président brésilien Lula a dit que « cette commande sera trop lourde pour mes successeurs et deviendra pour eux un problème légué par l'histoire. ... J'aurais pu signer l'accord. Mais je ne pourrai pas signer du fait de ces problèmes ». Les négociations entamées depuis le mois de septembre 2009 sur le projet de vente par la France au Brésil ont fini par échouer après plus d'un an d'efforts. A l'heure actuelle, la France mène des négociations sur les contrats de vente de l'avion de combat « Rafale » aux Emirats arabes unis, au Koweït et à la Libye en vue d'obtenir des « commandes de sommes importantes» provenant de ces pays.

Nicolas Sarkozy a laissé entendre en privé son désir d ‘un second mandat consécutif. Mais les sondages ont montré que sa cote de popularité est au plus bas depuis son entrée en fonctions. Comment faire sortir l'économie française de sa situation difficile, diminuer le taux de chômage et élever le pouvoir d'achat de la population sont les clés de son succès aux élections présidentielles de 2012.

D'autant plus que M.Sarkozy fait encore face à un grand défi du principal parti d'opposition, si Dominique Strauss-Kahn, démissionne de ses fonctions de directeur général du Fonds monétaire international et participe aux élections présidentielles, au nom du Parti socialiste.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La Chine disposée à coopérer avec l'UE sur le contrôle du commerce mondial des armes
La Chine va améliorer le système de financement des hôpitaux en zone rurale
Qu'est-ce qui se cache derrière le "sacre" de Liu Xiaobo ? (COMMENTAIRE)
La façon bien peu élégante de la Norvège de traiter la Chine
Péninsule coréenne : la Chine reste neutre
L'UE doit davantage tenir compte des plaintes et des demandes de l'Afrique
Les enseignants doivent-ils vraiment se mettre à genoux devant leurs étudiants ?