Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>OpinionMise à jour 06.01.2011 16h51
Les excédents commerciaux de la Chine sont gonflés par des méthodes d'évaluation obsolètes

Evaluer le commerce mondial en se conformant au principe de « pays d'origine » ne reflète pas la complexité du commerce mondial, où la conception, la fabrication et l'assemblage des produits impliquent plusieurs pays, ont dit des experts.

Il n'est pas toujours vrai que des biens exportés par un pays sont entièrement faits par ce pays, a ainsi dit Tu Xinquan, Directeur associé de l'Institut National Chinois de l'OMC à l'Université de Commerce et d'Economie Internationales.

Par conséquent, l'excédent commercial entre deux pays ne peut pas être simplement interprété comme l'un bénéficiant davantage du commerce que l'autre, a dit M. Tu.

Prenant l'iPhone comme exemple, un article de recherche publié au début de ce mois par l'Institut de la Banque Asiatique de Développement a montré que les statistiques commerciales conventionnelles gonflaient fortement les déficits commerciaux entre un pays utilisé comme plateforme d'exportation par les sociétés multinationales et ses pays de destination.

Ainsi, l'article a précisé que les statistiques commerciales, tant en Chine qu'aux Etats-Unis, considèrent l'iPhone comme un produit d'exportation chinois vers les Etats-Unis, et cela bien que ce produit ait été entièrement conçu et appartienne en totalité à une société américaine et qu'il soit largement composé de parties fabriquées dans d'autres pays.

La totalité des 179 Dollars US, prix de gros estimé de chaque iPhone est mise au crédit de la Chine, alors que ce pays n'est responsable que de la dernière étape de la fabrication des iPhones, l'assemblage, dont la valeur ne représente que 3,6%, soit 6,5 Dollars US du coût total, d'après l'article.

Les chercheurs ont estimé la totalité des exportations d'iPhones de la Chine à 2,02 milliards de Dollars US en 2009. Après avoir déduit 212,5 millions de Dollars US d'importations chinoises de pièces produites par des entreprises américaines, la Chine a établi un surplus commercial de 1,9 milliards de Dollars US avec les Etats-Unis du fait des exportations d'iPhones.

Or, si la Chine n'était créditée que de sa seule portion de la valeur d'un iPhone, les exportations d'iPhones auraient pour résultat un excédent commercial américain de 48,1 millions de Dollars US avec la Chine, d'après les chercheurs.

Le cas de l'iPhone est un excellent exemple des relations commerciales de la Chine avec les autres pays, a dit Zhao Jiping, checheur au Centre de Recherche sur le Développement du Conseil des Affaires de l'Etat.

En fait, le ‘Made in China' n'est pas seulement un processus où la Chine ajoute de la valeur, mais c'est aussi un processus qui ajoute de la valeur pour d'autres pays, a dit M. Zhao.

« Le concept de pays d'origine pour les biens manufacturés est progressivement devenu obsolète », a dit Pascal Lamy, directeur Général de l'OMC, lors d'un discours prononcé en octobre dernier devant le Sénat français.

« Ce que nous appelons ‘fabriqué en Chine' est effectivement assemblé en Chine, mais ce qui fait la valeur commerciale du produit vient de nombreux pays », avait dit M. Lamy.

« Par exemple, chaque fois qu'un iPod est importé aux Etats-Unis, la totalité de sa valeur déclarée en douane (150 Dollars US) est inscrite comme une importation en provenance de Chine », avait dit M. Lamy, ajoutant que « en fait, d'après des chercheurs américains, moins de 10 des 150 Dollars US viennent réellement de Chine, tout le reste n'étant que réexportation ».

Il avait également précisé que si les statistiques commerciales étaient réajustées afin de refléter la valeur réelle apportée à un produit par différents pays, le déficit commercial des Etats-Unis avec la Chine serait divisé par deux.

Sheng Guangzu, directeur de l'Administration Générale des Douanes chinoises avait de son côté déclaré lors d'un entretien avec Xinhua en avril que la plus grande partie des excédents commerciaux de la Chine étaient en fait « transférés » depuis des entreprises à capitaux étrangers opérant en Chine.

Lors des onze premiers mois de 2010, les exportations des entreprises à capitaux étrangers ont totalisé 779,14 milliards de Dollars US, représentant 54,7% des exportations totales de la Chine, d'après les autorités douanières chinoises.

Les données ont également montré que, lors de la même période, les entreprises à capitaux étrangers ont généré 112,51 milliards de Dollars US d'excédents commerciaux, représentant 66% du total des excédents de la Chine.

« De nombreuses entreprises étrangères viennent en Chine pour tirer avantage du faible coût de la main d'oeuvre. Elles raflent la plus grande partie des bénéfices, tandis que la Chine n'est payée que pour la fabrication. Et cependant, les statistiques commerciales traditionnelles ont pour résultat que la totalité de la valeur des produits est mise au crédit de la Chine », a dit M. Sheng.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le PM chinois rencontre le ministre des Affaires étrangères de la République de Corée
Les investissements chinois directs sont bienvenus aux Etats-Unis
Venez voir par vous-même ce qu'est le vrai Tibet
Où en est la situation chinoise de contrôle du tabac?
Les attaques contre la Libye cachent des raisons politiques derrière
Les attaques sur la Libye pourraient conduire à l'anarchie
Pourquoi la France s'est-elle portée à l'avant-garde contre Kadhafi ?