Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>OpinionMise à jour 12.01.2011 17h02
La Chine contribue à soulager la crise de la dette européenne

Le Vice-Premier Ministre chinois Li Keqiang va conclure sa visite de neuf jours en Europe mercredi - un voyage que les analystes disent qu'il a non seulement aidé une économie européenne troublée mais également aidé à rééquilibrer l'influence des puissances mondiales.

Pendant la dernière étape de son voyage européen de trois nations, qui a vu M. Li aller en Grande-Bretagne après des visites en Espagne et en Allemagne, le Vice-Premier Ministre a dit lundi que la Grande-Bretagne et la Chine devraient lutter ensemble pour accroitre le commerce et le travail bilatéraux pour améliorer l'équilibre dans ce domaine, a rapporté mardi l'Agence de presse Xinhua.

Lors de sa réunion avec le premier ministre britannique David Cameron lundi, M. Li a également demandé à l'UE de lever des restrictions commerciales et l'embargo sur les ventes d'armes à destination de la Chine. M. Li a encouragé les entreprises chinoises à investir dans la construction d'infrastructures en Grande-Bretagne, et a demandé aux entreprises britanniques d'augmenter leurs investissements en Chine, particulièrement dans ses régions centrales et occidentales.

La Chine et la Grande-Bretagne ont signé lundi encré un accord commercial de 4 milliards de Dollars US bénéficiant à l'automobile, l'énergie et autres secteurs commerciaux, un accord dont le Vice-premier ministre britannique Nick Clegg a dit qu'il permettra de « sauvegarder 700 emplois au Royaume-Uni ».

L'accord est arrivé sur les talons d'autres accords semblables annoncés par la Chine la semaine dernière à Berlin et à Madrid.

Lors de la visite de M. Li à Madrid, la Chine et l'Espagne ont signé pour 7,5 milliards de Dollars US en accords de gouvernement et contrats commerciaux. M. Li a également dit pendant son voyage que la Chine achèterait probablement plus d'obligations d'État espagnoles, selon les conditions du marché.

Tandis qu'en Allemagne, les deux pays ont signé 11 accords et contrats commerciaux valant 8,7 milliards de Dollars US couvrant des achats d'automobiles, la coopération financière, l'énergie et les machines.

Liu Xiaoming, ambassadeur de Chine en Grande-Bretagne, a écrit dans The Telegraph la semaine dernière qu' « une Europe froide sent passer la chaleur de la brise chinoise. La Chine est en train de faire ce qu'un proverbe chinois qualifie d' 'envoyer du charbon par un temps de neige' ».

Dans un courriel adressé au Global Times, Dirk Moens, secrétaire Général de la Chambre de Commerce de l'UE en Chine, a dit qu'il y avait des opportunités gagnant-gagnant attendant les deux parties.

« Les pays et/ou entreprises en attente de capital sont heureuses de voir la Chine investir. Pour la Chine, cela représente une opportunité de diversifier ses réserves en devises étrangères, ainsi que son portefeuille d'investissement », a-t-il dit, ajoutant que les achats chinois en Europe seraient appréciés en tant qu'effort pour commencer à traiter le problème de l'énorme déséquilibre commercial entre la Chine et l'Europe.

Le commerce Chine-UE a atteint 400 milliards de Dollars US en 2009, et devrait dépasser 500 milliards l'année prochaine.

« Les achats sont sans doute perçus comme un geste positif,mais cela ne fera pas disparaitre les inquiétudes sur l'impact structurel de plus en plus profond de la croissance chinoise », a dit Gustaaf Geeraerts, vice-doyen de la Faculté de Sciences Politiques, Economiques et Sociales à la Vrije Universiteit Brussel, dans un courriel adressé au Global Times.

« Pour se débarrasser de ces craintes, la Chine va devoir rendre son marché plus accessible, pour les services également, ainsi qu'ouvrir ses marchés publics et améliorer la protection des droits de propriété intellectuelle », a-t-il dit.

« La montée en puissance de la Chine engendre non seulement un changement fondamental dans la distribution du pouvoir et de l'influence, mais aussi, dans un autre sens, engendre un changement dans la distribution des identités ».

« Naturellement, l'UE préfèrerait intégrer la Chine dans les structures mondiales de gouvernance qu'elle a contribué à établir et à sauvegarder lors des décennies précédentes, et espère une reproduction du système actuel », a-t-il ajouté.

Zhang Shengjun, professeur de politique internationale à l'Université Normale de Beijing, a déclaré que les pays européens avaient besoin de l'argent de la Chine pour surmonter la crise de la dette.

« La Chine a besoin de l'Europe en ce sens que l'Europe est une partie-clé de son déploiement stratégique mondial. Des relations sino-européennes plus étroites peuvent contrebalancer l'influence croissante des Etats-Unis en Asie, jusqu'à un certain point », a-t-il dit.

Cependant, Shi Zhiqin, professeur d'Etudes Européennes à l'Université Tsinghua, a démenti que la Chine ait une raison cachée derrière son désir de réchauffer ses liens avec les pays de l'UE, comme par exemple rééquilibrer les relations sino-américaines.

« La Chine n'utilisera pas l'Europe ou tout autre pays pour contrebalancer la strtégie américaine en Asie, et la Chine ne tirera pas un trait sur ses relations avec les Etats-Unis ou d'autres pays simplement parce que ses relations avec l'UE se réchauffent », a-t-il dit.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le PM chinois rencontre le ministre des Affaires étrangères de la République de Corée
Les investissements chinois directs sont bienvenus aux Etats-Unis
Venez voir par vous-même ce qu'est le vrai Tibet
Où en est la situation chinoise de contrôle du tabac?
Les attaques contre la Libye cachent des raisons politiques derrière
Les attaques sur la Libye pourraient conduire à l'anarchie
Pourquoi la France s'est-elle portée à l'avant-garde contre Kadhafi ?