Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>OpinionMise à jour 17.03.2011 16h01
La Tour Eiffel pourrait donner des leçons de soft power à la Chine

Le monde ne cesse de regarder le développement de la Chine, et il en est profondément impressionné. Pour autant, il est encore prématuré de dire que la Chine a accompli des réalisations extraordinaires.

Depuis plus d'une décennie, les intellectuels chinois sont familiers du concept de soft power, et tandis que la Chine a vu sa puissance économique et militaire augmenter rapidement, avoir une influence sur la scène internationale demande autre chose que cette puissance brute. Pour apporter sa pierre au développement de la civilisation humaine, la Chine doit aussi faire preuve d'innovations ou d'inventions significatives dans le domaine de la culture, de la pensée, des idées, des institutions et des valeurs. Ce n'est que de cette manière que la Chine pourra devenir une grande puissance. Un pays qui n'a que des gros muscles mais manque d'idées attirantes dans les domaines culturel et spirituel ne pourra faire peur qu'à ses voisins, quand bien même ils pourront aussi applaudir le développement rapide de la Chine et même tirer bénéfice de son économie. Mais alors sur quoi la Chine devrait-elle s'appuyer pour construire son soft power, de façon à ce qu'elle puisse influencer le monde ?

Les Chinois aiment se vanter des récentes réalisations de leur pays, comme les Jeux Olympiques de Beijing et l'Exposition Universelle de Shanghai. Oui, mais quels bénéfices le peuple tire t-il du Stade « Nid d'Oiseau », construit avec 50 000 tonnes d'acier ? Après tout, ce n'est jamais qu'un stade, dont la plupart des sièges sont destinés à rester vides ad vitam aeternam. Ces 50 000 tonnes d'acier auraient pu, par exemple, servir à la construction d'un porte-avions de taille moyenne.

Les pays créateurs du concept de l'Exposition Universelle ont été la Grande-Bretagne et la France du 19e siècle, les plus grandes puissances de l'époque. Ces deux pays dominaient alors le monde en termes de culture, d'art, de sciences, de technologie et de puissance militaire, et ils voulaient exposer leurs meilleures inventions et créations. Ainsi, le célèbre scientifique français Louis Pasteur y a exposé ses multiples inventions médicales, et lors de l'Expo de Paris de 1889, qui célébrait le 100e anniversaire de la Révolution Française, on a vu apparaitre la Tour Eiffel.

La Tour Eiffel, quand elle fut contruite, a suscité beaucoup de controverses. Nombreux étaient ceux qui disaient que non seulement elle était inutile, mais qu'en plus elle ne se mariait pas harmonieusement avec les alentours. Et beaucoup de personnes souhaitèrent même alors qu'elle fût détruite immédiatement après la fin de l'Expo.

Fort heureusement, il n'en fut rien, et elle est toujours là aujourd'hui, et considérée comme un monument symbole de toute une époque. La raison en est que la Tour Eiffel fut la première structure artificielle à utiliser le fer et l'acier pour grimper dans les cieux. Depuis plus de deux mille ans, les hommes savaient utiliser le fer, mais seulement pour en faire des armes, des outils ou des instruments de cuisine. Et ce fut l'ingénieur français Gustave Eiffel qui eut le premier l'idée d'utiliser l'acier dans l'architecture. Il avait confiance dans les qualités de l'acier. L'acier est assez solide pour soutenir un bâtiment qui s'élance vers le ciel. Non seulement il a pensé à cette idée, mais en plus il a réussi à la construire et à l'exposer aux yeux du monde entier !

Depuis, la Tour Eiffel est devenue un des monuments les plus célèbres du monde, non parce qu'elle s'est avérée être utile en tant que tour de retransmission pour la télévision, non parce qu'elle attire un grand nombre de touristes, offrant ainsi chaque année de substantiels revenus à la ville de Paris, mais bien plutôt parce qu'elle représente un travail de construction pionnier qui a permis d'augmenter considérablement la hauteur des structures faites par l'homme. A sa suite, toutes les grandes villes du monde ont construit au 20e siècle des gratte-ciel armés de barres d'acier qui pourraient résister à un ouragan. Ce concept, lancé par la Tour Eiffel, a dominé le développement de l'architecture dans les villes modernes pendant plus d'un siècle. Pour une exposition universelle, même si le pays hôte ne compte qu'une réalisation comme celle-là, c'est suffisant.

Est-ce que l'Expo de Shanghai a créé quelque chose de monumental comme cette tour ? De nombreuses personnes penseraient immédiatement au rouleau animé inspiré de la célèbre peinture de la Dynastie Song « Scène au bord de l'eau pendant la Fête de Qingming ». Mais aussi beau soit-il, ce n'est que de l'animation, et il n'y a rien de nouveau là-dedans.

Ce dont la Chine devrait s'inspirer, c'est de la façon dont Gustave Eiffel en est arrivé à l'idée d'utiliser le fer pour son chef-d'oeuvre, qui est resté le plus haut bâtiment artificiel du monde pendant très longtemps. Durant cette période marquée par l'inspiration et les lumières, quand la culture et les idées françaises brillaient de tous leurs feux, se concurrençant et apprenant les unes des autres, les penseurs, artistes et scientifiques français ont apporté de grandes contributions à la civilisation humaine, qui à leur tour ont réfléchi le puissant soft power de la France du 19e siècle.

Quand on parle de soft power, beaucoup de personnes citeraient les nombreux Instituts Confucius créés par le Gouvernement chinois dans le monde entier. Cependant, ce dont les Instituts Confucius se font les promoteurs, c'est la culture traditionnelle chinoise, autrement dit le soft power de nos ancêtres. La tâche actuelle du peuple chinois, c'est de faire perdurer la culture traditionnelle tout en procédant à des innovations dans notre culture, nos institutions et nos idées, afin d'apporter notre contribution à la civilisation humaine. Si un grand pays d'1,3 milliard d'habitants ne réussit pas à obtenir des réalisations significatives, cela veut dire tout simplement que la Chine laisse tomber ses générations passées et le monde avec.

L'auteur, Ting Wai, est professeur au Département de Gouvernement et d'Etudes Internationaux, à l'Université Baptiste de Hong Kong, et Président de l'Association pour les Etudes Européennes de Hong Kong.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le PM chinois rencontre le ministre des Affaires étrangères de la République de Corée
Les investissements chinois directs sont bienvenus aux Etats-Unis
Venez voir par vous-même ce qu'est le vrai Tibet
Où en est la situation chinoise de contrôle du tabac?
Les attaques contre la Libye cachent des raisons politiques derrière
Les attaques sur la Libye pourraient conduire à l'anarchie
Pourquoi la France s'est-elle portée à l'avant-garde contre Kadhafi ?