Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>OpinionMise à jour 23.03.2011 13h35
Deux poids deux mesures ne visent que le pétrole

Depuis le 19 mars, les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, la France et d'autres pays occidentaux ont commencé une attaque aérienne de grande envergure contre la Libye, et ces actions militaires dont le nom de code est « Odyssey Dawn » ont détruit de nombreux objectifs terrestres de la Libye et franchi nettement le cadre de l'interdiction établie par la résolution de l'ONU. L'importance des pertes en vies causées par ces frappes aériennes a bouleversé le monde et suscité beaucoup de doutes.

La Ligue des États arabes est l'initiateur de la résolution 1973 de l'ONU. Après que les attaques aériennes aient commencé, Amr Moussa, secrétaire général de la Ligue arabe, aurait dit que l'Occident a nettement appliqué deux poids deux mesures en Libye, se démarquant de l'objectif initial de l'ONU de protéger les civils à travers l'instauration de la zone d'exclusion aérienne.

Les pays occidentaux appliquent depuis longtemps deux poids deux mesures. La raison fondamentale est ceci : la vertu et moralité prêchée par l'Occident comme sa conception de la valeur est valable dans le cadre des intérêts de l'Etat. Quand la valeur d'une conception abstraite est en contradiction avec des intérêts pratiques de l'Etat, la valeur abstraite n'est plus universelle et doit obéir aux intérêts de l'Etat. D'où deux poids deux mesures.

Cette fois-ci, dans les troubles en Afrique du nord et au Moyen-Orient, le critère de l'Occident serait plutôt « multiple » que « double ». La situation locale est trop compliquée et la répartition des intérêts de l'Occident est aussi trop compliquée. Qui est à protéger, qui doit faire l'objet d'une attaque, qui peut devenir un allié et qui doit être diabolisé. Tous ces problèmes doivent être étudiés, en tenant compte des intérêts de pays occidentaux. On ne doit pas oublier que pendant la période de la guerre entre l'Iran et l'Irak, l'image de Saddam Hussein dans les médias occidentaux était presque celle d'un héros résistant au fondamentalisme. On ne devra pas oublier non plus qu'il y a trois ans, Kadhafi était encore hôte de marque du Président français.

L' intervention militaire ou politique de l'Occident au Moyen-Orient est souvent liée au pétrole et à la position stratégique. L'Irak a subi des attaques, à cause du pétrole. La Libye a été attaquée, aussi à cause du pétrole. Frappée par la crise financière, l'Occident cherche-t-il à lancer des obus pour garder la monnaie ou contrôler des ressources stratégiques mondiales avec le recours des forces militaires pour passer du passif à l'actif ? La réponse demande une observation continue.

Pourquoi la France s'est-elle portée au devant de la scène cette fois-ci ? Du fait de son passé historique dans ses colonies d'Afrique du nord ? Ou parce qu'elle s'était exprimée trop tôt, et qu'elle a découvert qu'elle avait tort au début, il fallait s'en tenir à sa position initiale pour l'abandonner après, quand ce serait possible, Ou bien pour les besoins des élections présidentielles ? La réponse a besoin de temps.

Les Etats-Unis reculent cette fois-ci au deuxième rang. On dit que c'est le résultat d'un compromis entre le réalisme du secrétaire à la défense et l'idéalisme du secrétaire d'Etat. Récemment, un militaire américain de haut rang a dit que le but de l'attaque militaire contre la Libye « n'est pas de changer de dirigeant ». Cela laisser à réfléchir. Peut-être que les Etats-Unis veulent se réserver plus de choix politiques.

Les troubles politiques du monde arabe sont l'aboutissement de l'évolution de la situation internationale, de sa situation politique et économique intérieure et de son contexte culturel. La civilisation islamique est une des grandes civilisations du monde. Du point de vue à long terme, l'évolution du monde arabe ne peut être qu'un processus interne de développement de la culture locale. Face à ce processus, les pays occidentaux feraient mieux de retenir par coeur une recommandation de Samuel Huntington : s'abstenir d'une ardeur de pasteur si forte, s'abstenir de tout zèle d'hégémonie dans le déploiement des armes.

(L'auteur de cet article est Huang Jing, rédacteur supérieur du Quotidien du Peuple)

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le PM chinois rencontre le ministre des Affaires étrangères de la République de Corée
Les investissements chinois directs sont bienvenus aux Etats-Unis
Venez voir par vous-même ce qu'est le vrai Tibet
Où en est la situation chinoise de contrôle du tabac?
Les attaques contre la Libye cachent des raisons politiques derrière
Les attaques sur la Libye pourraient conduire à l'anarchie
Pourquoi la France s'est-elle portée à l'avant-garde contre Kadhafi ?