Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>OpinionMise à jour 25.04.2011 16h53
Vers où l'énergie nucléaire mondiale devra-t-elle aller ?

L'accident nucléaire de la centrale de Fukushima a suscité une vive inquiétude mondiale sur la sécurité nucléaire. Une campagne antinucléaire a été déclenchée en Europe, avec des manifestations en Allemagne, en France, en Italie et dans d'autres pays. Plusieurs pays ont freiné en toute urgence leurs plans de développement de centrales nucléaires. L'Allemagne a annoncé la fermeture de 7 centrales nucléaires qui étaient entrées en service avant 1980 et suspendu la prorogation du projet de mise en service de centrales nucléaires. La Suisse, la Corée du Sud, l'Inde et la Chine ont décidé de réexaminer leur plan de développement de centrales nucléaires.

L'incident nucléaire de Fukushima, dont la gravité vient seulement après la catastrophe de Tchernobyl dans les 50 dernières années, a jeté une ombre sur le développement de l'industrie nucléaire dans le monde. On ne peut pas s'empêcher de se demander quelle est la voie de développement de cette énergie ?

A l'heure actuelle, 13% à 15% d'électricité mondiale proviennent de centrales nucléaires. Pour les principaux pays consommateurs d'énergie nucléaire, ce pourcentage est encore plus élevé : 77% pour la France, 38% pour la Corée du Sud, 32% pour l'Allemagne, 30% pour le Japon, 20% pour les Etats-Unis, 20% pour la Grande Bretagne, et 16% pour la Russie. Au mois de mars 2011, 13 centrales nucléaires en Chine sont en service et leur puissance installée ne représente qu'environ 1,8% du total de la Chine.

En outre, l'énergie nucléaire a été largement considérée comme un important moyen permettant de faire face au changement climatique et de réduire les gaz à effets de serre.

Ainsi, la France, les Etats-Unis et la Grande-Bretagne ont explicitement déclaré qu'ils ne renonceraient pas à l'énergie nucléaire, du fait de l'incident nucléaire de Fukushima.

Selon un document publié par le Programme des Nations Unies pour l'Environnement (PNUE), l'électricité produite par les énergies renouvelables en 2009 représentait 18% du total mondial : 15% par les centrales hydrauliques et 3% par les énergies éolienne, solaire et de la biomasse.

En Chine, en 2009, les centrales thermiques représentaient 75% de la puissance installée des groupes électrogènes, les centrales hydrauliques en représentaient 22,5%, les centrales éoliennes, solaires et de la biomasse en représentaient moins de 1%. Du fait que le développement des énergies renouvelables est fort limité, elles n'arrivent pas à remplacer le rôle de l'énergie nucléaire dans la production électrique.

L'hydro-électricité est la technologie la plus mûre dans la production électrique à l'heure actuelle. Dans les pays développés, les ressources en eau ont été déjà toutes exploitées et il n'est pas possible d'augmenter largement la production hydro-électrique. En Chine, il serait aussi très difficile d'accélérer la production hydro-électrique pour suppléer au marque dû au ralentissement du développement nucléaire. Du point de vue à long terme, les pays en développement font face également à une pénurie de ressources hydrauliques.

L'industrie de l'énergie nucléaire a besoin d'importantes sommes d'argent et de nombreuses technologies de pointe. Dans une certaine mesure, on peut dire qu'avoir une telle industrie développée marque l'accès au club des grandes puissances mondiales.

Cette industrie peut stimuler le développement de dizaines de secteurs d'activité tels que l'industrie mécanique, la métallurgie, l'électronique, l'industrie chimique, les appareils et les matières. Elle devra mobiliser l'élite des différents secteurs d'activité, élever la capacité d'innovations techniques d'un pays et stimuler le développement de nouvelles industries stratégiques du pays.

Somme toute, il est très difficile que l'incident nucléaire de Fukushima empêche le développement de l'énergie nucléaire dans le monde. Les différents pays du monde tireront la leçon de cet incident pour attacher une plus grande attention à la sécurité de la centrale nucléaire. On adoptera la technologie nucléaire de 3e génération plus sûre et plus avancée et établira des normes de sécurité plus élevées. Enfin, on devra être plus prudent dans le choix de lieux pour la construction de centrales nucléaire. Par exemple, en Chine, les nouveaux sites de construction choisis à Chongqing et dans les provinces du Shaanxi et du Gansu et situés près de zones sismiques devront être de nouveau évalués.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Ok pour les barrages, mais quand ils pètent, ça déménage aussi. On me répondra que le nucl...
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La Chine va intensifier ses efforts pour réduire la pauvreté dans les régions rurales
La Chine aura sa propre station spatiale en 2020
Vers où l'énergie nucléaire mondiale devra-t-elle aller ?
Coopération médiatique Chine-Afrique : une force commune pour la vérité (REPORTAGE SPECIAL)
Qui la Chine menace-t-elle ?
La duplicité et les droits de l'homme ne vont pas bien ensemble
Bo'ao fait entendre la voix d'Asie au monde