Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>OpinionMise à jour 30.11.2011 15h00
L'immolation par le feu vue de la règle fondamentale du bouddhisme

Ces derniers temps, il s'est produit dans des régions tibétaines des la Province du Sichuan plusieurs cas d'immolation par le feu accomplies par des moines. La doctrine bouddhique enseigne aux adeptes la miséricorde, la compassion, la clémence, l'assistance à autrui et aux nécessiteux ainsi que le style de vie simple, humble et rangée de l'être humain pour pouvoir passer au paradis, tandis que ces derniers, au lieu d'exécuter au mieux leur mission religieuse, utilise le moyen insensé, inhumain et extrême de l'immolation par le feu, ce qui est une action choquante et révoltante, laquelle provoque une réprobation générale. Ce genre de suicide, qui ne tient aucun compte de la vie précieuse, transgresse sérieusement le principe de base du bouddhisme et surtout il bafoue et foule au pied de façon flagrante la règle fondamentale de la doctrine bouddhique.

En tant qu'adepte du bouddhisme, le moine a l'obligation et la responsabilité d'observer et de respecter strictement les règles essentielles de la religion, alors que n'importe quelle règle disciplinaire est toujours fondée sur les cinq règles fondamentales suivantes du bouddhisme : respect de la vie, respect de la propriété, refus de la sexualité désordonnée, respect de la vérité, abstinence de boissons enivrantes. Ces cinq prescriptions de la morale bouddhiste constituent des règles obligatoires pour tout adepte de la religion bouddhique, lequel a le devoir de les observer et de les respecter rigoureusement dans leur conduite.

Suite à ces incidents qui se sont produits dans des régions tibétaines du Sichuan, certains individus malveillants hostiles à la Chine se saisissent de cette occasion pour noircie celle-ci et, ne tenant aucun compte de la règle fondamentale du bouddhisme, déclarent impudemment que l' « immolation par le feu ne va aucunement pas à l'encontre de la règle bouddhique concernant le respect de la vie, ne viole pas les idées du Dharma et ne transgresse encore moins la règle disciplinaire bouddhique », car « le mobile et l'objectif de ce genre d'immolation n'ont aucun rapport avec l'intérêt personnel ni l'intérêt égoïste ». En vérité, même si on ne parle ni du mobile et ni du but de ces moines qui se sont immolés par le feu, les règles établies par Bouddha interdisent explicitement, quelques soient les raisons invoquées, de donner la mort ou bien de se donner la mort, ce qui signifie que le non respect à la vie viole et transgresse sérieusement la règle fondamentale bouddhique. A cet effet, pour quelqu'un qui se donne la mort, que ce soit volontairement ou bien en agissant sous les effets de propos calomnieux et diffamatoires, il agit contrairement à cette règle essentielle de base.

Depuis que le Bouddha ait créé la religion bouddhique, la règle fondamentale de respect de la vie s'est imprégnée profondément dans le milieu religieux. Par conséquent, les propos insensés et absurdes, tels que « l'immolation par le feu ne va aucunement pas à l'encontre de la règle bouddhique concernant le respect de la vie » et « ne transgresse encore moins la règle disciplinaire bouddhique », dévoilent et mettent à nu les intentions sinistres des individus malveillants hostiles à la Chine.

L'amour et le respect de la vie ainsi que l'opposition à la suicide sont devenus une valeur générale pour notre monde d'aujourd'hui, et surtout pour le milieu religieux, dont les adeptes et les disciples considèrent les actes de suicide et de non respect de la vie comme le symbole et l'incarnation du mal et de l'hérésie, c'est pourquoi ce genre d'actes n'est plus permis dans le monde entier qui s'y oppose fermement et énergiquement. Les adeptes du tristement célèbre Ordre du Temple Solaire (OTS), créé par Luc Jouret, ont mis fin à leur jour en s'immolant par le feu et cette secte maléfique et hérétique a été interdite et proscrite dans le monde entier. Quant à la secte Aum Shinrikyo fondée en 1987 par le Japonais Shoko Asahara, c'était une secte non seulement maléfique, mais en plus criminelle, car son fondateur considère l'assassinat et le meurtre comme des actions d'exploit, de mérite, de gloire et de haute moralité. Cette secte accablée de honte et d'opprobre reste odieux et exécrable à jamais pour l'éternité et honni par la postérité. Les peuples du monde entier ont la volonté commune de s'opposer à l'extrême religieuse et d'interdire l'utilisation de la religion dans le but de commettre des actes de violence et de terrorisme et ils se mobilisent pour cela et agissent en toute connaissance de cause. Pour ce qui est des actes de suicide de certains moines tibétains qui ne tiennent pas compté de leur vie et qui se suicident en s'immolant par le feu, toute personne honnête, loyale, sincères et bienveillante les rejettera certainement tout en les critiquant et les fustigeant sévèrement et énergiquement.

Bref, l'immolation par le feu exécutée par un moine, un acte de suicide qui ne tient aucun compte de la vie précieuse, viole et transgresse sérieusement la règle fondamentale du bouddhisme et c'est pourquoi elle constitue un grave délit puni sévèrement par la religion. A cet effet, il faut s'opposer sans ambiguïté à cette action insensée et prendre une position ferme et nette à son encontre afin d'y mettre un terme. « Le bouddhisme existe avec ses règles disciplinaires, sans celles-ci la religion disparaît », par conséquent, les règles constituent les garanties essentielles du développement et de la prospérité de la religion bouddhique. Ce n'est qu'en observant et en respectant strictement les règles fondamentales que les adeptes et les disciples du bouddhisme puissent apporter leur contribution au développement éternel de la religion et ce n'est qu'en s'opposant fermement à la violation de ce genre d'actes allant à l'encontre des règles disciplinaires que l'on pourra assurer le développement stable et sain du bouddhisme.

(Auteur de cet article : Li Decheng, chercheur, Directeur de l'Institut des études religieuses du Centre chinois de recherches sur le Tibet)

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
La Chine élabore les grandes lignes de réduction de la pauvreté dans les zones rurales pour les dix prochaines années
Nouvelles principales du 29 novembre
Ce ne serait pas seulement le vaincu qui « paierait un prix cher » pour la guerre
L'immolation par le feu vue de la règle fondamentale du bouddhisme
La France désire être le « sonnailler » quant à l'ingérence dans la situation en Syrie