Recevoir les       newsletters       gratuites
Accueil Notre Site Edition de Week-end Archives Chinois Anglais Japonais Espagnol Russe Arabe
CHINE
ECONOMIE
INTERNATIONAL
SCI-EDU
CULTURE
SPORTS
VIE SOCIALE
TOURISME
HORIZON
PHOTOS
DOCUMENTS
Dossiers
-Culture chinoise     <nouveau>
-Patrimoine

-La Chine en chiffres
-Guide de Beijing

-Tibet

-Régions

-Institutions

-Opéra de Pékin

-Les fêtes chinoises

-Portraits

-Ethnies

-Aperçu

VOIX DE LECTEURS
LIENS

Agence de presse Xinhua (Chine nouvelle)


Radio Chine Internationale


Centre d'Information


Beijing Information


Ambassade de France en Chine

Français>>International
Mise à jour 01.10.2007 10h58
Valéry Giscard d'Estaing : dévaluer l'euro entraînerait une hausse des prix en France

L'ancien président français Valéry Giscard d'Estaing a estimé qu'une dévaluation de l'euro "se traduirait irrémédiablement par une hausse des prix en France", lors d'une interview publiée samedi dans le Figaro Magazine.

Selon lui, la dévaluation "se traduirait irrémédiablement par une hausse des prix en France, du fait du renchérissement du coût de nos importation et, au bout du compte, par une baisse du pouvoir d'achat des Français".

L'ancien président français a expliqué qu'une baisse de l'euro serait sans effet sur nos exportations vers les pays membres de l'Union européenne, dont l'Allemagne, qui est notre premier partenaire économique".

"Elle aurait peu d'impact sur notre déficit commercial avec l'Asie. Les produits que nous y achetons sont ultra-compétitifs et bon marché : ils le resteront, quelle que soit la valeur de notre monnaie", a-t-il poursuivi.

L'euro est monté vendredi jusqu'à 1,4278 dollar, nouveau record historique, sur fond de spéculations sur de nouvelles baisses des taux d'intérêt aux Etats-Unis.

Contrairement au président français Nicolas Sarkozy qui réclamait une dévaluation de l'euro, Giscard d'Estaing a dit dans son interview qu'"on a tendance à faire un faux procès à la monnaie européenne".

"D'autant que sa force peut être perçue comme un atout. Elle nous permet de payer notre énergie bon marché (38% moins cher par exemple que les Américains)", a ajouté l'ancien président.

Selon la presse française, M. Giscard d'Estaing avait rencontré le 17 septembre le président de la Banque centrale européenne Jean- Claude Trichet pour lui apporter son soutien, en pleine polémique avec le président Nicolas Sarkozy, dont le conseiller spécial, Henri Guaino, qualifiait le 23 septembre le niveau de l'euro d'" absurdité".

Pour M. Giscard d'Estaing, "le problème central de la France est le manque de compétitivité de son industrie" et "le vrai remède, c'est l'investissement", pour dynamiser l'innovation et moderniser les outils de production.

Source: xinhua



Adresse email du destinataire


 France/USA: la ville de Paris signera un partenariat avec la Fondation Clinton

 Le chef de la mission ONU-UA au Soudan condamne l'attaque contre les Casques bleus au Darfour

 L'UA condamne l'assassinat d'éléments de sa force de maintien de lapaix au Darfour

 Abbas appelle à un ordre du jour clair de la conférence de paix surle Moyen-Orient

 Les Etats-Unis changent de position sur une éventuelle confrontation avec l'Iran

 Le président sud-coréen franchira mardi la frontière inter-coréenne
Copyright © 2000-2005 Tous droits réservés.