Recevoir les       newsletters       gratuites
Accueil Notre Site Edition de Week-end Archives Chinois Anglais Japonais Espagnol Russe Arabe
CHINE
ECONOMIE
INTERNATIONAL
SCI-EDU
CULTURE
SPORTS
VIE SOCIALE
TOURISME
HORIZON
PHOTOS
DOCUMENTS
Dossiers
-Culture chinoise     <nouveau>
-Patrimoine

-La Chine en chiffres
-Guide de Beijing

-Tibet

-Régions

-Institutions

-Opéra de Pékin

-Les fêtes chinoises

-Ethnies

-Aperçu

VOIX DE LECTEURS
LIENS

Agence de presse Xinhua (Chine nouvelle)


Radio Chine Internationale


Centre d'Information


Beijing Information


Ambassade de France en Chine

Français>>International
Mise à jour 18.09.2008 10h19
L'OTAN a démenti tout différend avec l'UE sur la Géorgie

Un porte-parole de l'OTAN a démenti mercredi l'existence de tout différend avec l'Union européenne (UE) sur la crise de la Géorgie, et atténué sa rhétorique contre la Russie.

Selon le Financial Times, le secrétaire général de l'OTAN, Jaap de Hoop Scheffer, a jugé lundi "inacceptable" l'accord du 8 septembre entre la Russie et l'UE, estimant qu'il permettait une importante présence militaire en Abkhazie et en Ossétie du Sud, deux régions séparatistes de la Géorgie.

Les informations concernant les critiques de M. de Hoop Scheffer sur la position de l'UE étaient incorrectes, a indiqué le porte-parole de l'OTAN, James Appathurai.

"Il n'y a pas d'éclat de lumière entre l'OTAN et l'Union européenne sur cette question", a déclaré le porte-parole devant la presse.

M. De Hoop Scheffer a indiqué que le nouvel arrangement était en contravention directe avec un plan en six points précédemment négocié sous la médiation du président français Nicolas Sarkozy, qui appelle à un retour au statu quo avant au conflit Géorgie-Russie.

L'accord du 8 septembre a été conçu par M. Sarkozy lors de son voyage à Moscou, avec le président de la Commission européenne José Manuel Barroso et le haut représentant de l'UE pour la politique étrangère et la sécurité commune Javier Solana.

"Si les Russes restent en Ossétie du Sud avec tant de forces, je ne considère pas cela comme un retour au statu quo", a affirmé M. de Hoop Scheffer.

"Le choix de maintien des forces russes en Ossétie du Sud et en Abkhazie n'est pas acceptable", a dit le secrétaire général de l'OTAN.

"Il (De Hoop Scheffer) se préoccupent de la mise en oeuvre (du plan en six points), en particulier par la Fédération Russe pour le retour aux lignes avant 6 août", a expliqué le porte-parole de l'OTAN.

Citant M. de Hoop Scheffer, le Financial Times a rapporté que l'OTAN s'en tiendrait à sa décision de suspendre la Commission OTAN-Russie tant que les troupes russes resteraient dans les deux régions séparatistes.

Le porte-parole de l'OTAN, n'est toutefois pas allé aussi loin mercredi.

Sur la queston de savoir si la Russie doit revenir sur sa reconnaissance des deux régions géorgiennes comme pays indépendants avant la normalisation par l'OTAN de ses relations avec Moscou, M. Appathurai a déclaré: "Je ne sais pas quelles conditions seront requises par les alliés pour revenir sur leur décision. Il n'existe pas liste explicite."

"Clairement, le respect et l'appliciation complèts de l'esprit et de la lettre de l'accord en six points et de l'arrangement ultérieur du 8 septembre négocié sous la médiation de M. Sarkozy est une condition préalable au rétablisement des relations normalisées", a ajouté le porte-parole.

Mais il a souligné que les alliés de l'OTAN voulaient une relation normale avec la Russie. "Personne ne bénéficie d'une situation dans laquelle la rhétorique violente inutile crée un climat d'instabilité pour nous tous", a-t-il poursuivi.

L'OTAN a choisi de renforcer les relations avec la Géorgie et gelé les contacts avec la Russie au niveau d'ambassadeur après le conflit Géorgie-Russie.

Une délégation de membres du Conseil de l'Atlantique Nord dirigée par Jaap de Hoop Scheffer, a effectué une visite en Géorgie lundi et Mardi. Moscou a critiqué cette visite et l'a qualifiée comme étant anti-russe.

Le 7 août, la Géorgie avait lancé une opération militaire contre l'Ossétie du Sud qui a joui de l'indépendance de facto depuis 1992, dans une tentative de reprendre contrôle de la région. La Russie avait ensuite envoyé des troupes dans la région le lendemain et débattu les forces géorgiennes.

L'Occident accuse la Russie de l'intimidation de son petit voisin. Mais Moscou justifie son action par des opérations militaires visant à protéger les civils et renforcer la paix dans la région. La reconnaissance le 26 août par la Russie de l'indépendance de ces deux régions a rendu l'Occidnet plus furieux.

Source: xinhua



Adresse email du destinataire


 Géorgie: la Russie demande au chef de l'OTAN d'être moins agressif
 La voie de l'OTAN « grande ouverte » pour la Géorgie
 L'OTAN réitère son soutien à la Géorgie
 L'UE approuve l'envoi d'une mission d'observateurs en Géorgie
 Moscou demande à l'OTAN de reporter sa visite en Géorgie
 Les ministres des AE de l'UE examineront le dossier géorgien à Avignon
 Arrivée d'un navire américain au port géorgien de Poti
 La Chine appelle à des efforts internationaux pour résoudre le conflit entre la Russie et la Géorgie
 L'UE espère déployer une mission civile en Géorgie d'ici à la mi-octobre
 Géorgie : l'Europe fait machine arrière
Copyright © 2000-2005 Tous droits réservés.