Recevoir les       newsletters       gratuites
Accueil Notre Site Edition de Week-end Archives Chinois Anglais Japonais Espagnol Russe Arabe
CHINE
ECONOMIE
INTERNATIONAL
SCI-EDU
CULTURE
SPORTS
VIE SOCIALE
TOURISME
HORIZON
PHOTOS
DOCUMENTS
Dossiers
-Culture chinoise     <nouveau>
-Patrimoine

-La Chine en chiffres
-Guide de Beijing

-Tibet

-Régions

-Institutions

-Opéra de Pékin

-Les fêtes chinoises

-Ethnies

-Aperçu

VOIX DE LECTEURS
LIENS

Agence de presse Xinhua (Chine nouvelle)


Radio Chine Internationale


Centre d'Information


Beijing Information


Ambassade de France en Chine

Français>>International
Mise à jour 06.03.2009 13h59
Le gouvernement chinois nie toute implication dans la vente aux enchères des deux bronzes du Yuanmingyuan

Le directeur de l'Administration d'Etat du Patrimoine culturel (AEPC) de Chine, Shan Jixiang, a nié vendredi l'implication du gouvernement chinois dans l'achat des deux pièces en bronze pillées de l'ancien Palais d'été Yuanmingyuan vendues aux enchères par Christie's à Paris, indiquant que l'enchérisseur avait agi de manière privée.

"L'achat était un acte personnel", a indiqué M. Shan.

Il a déclaré que le département du patrimoine culturel ne savait rien de l'achat avant que l'enchérisseur n'annonce son identité lundi. "L'AEPC n'a rien à voir avec l'affaire", a-t-il fait savoir.

La Chine a essayé à plusieurs reprises de dissuader Christie's de mettre aux enchères les deux bronzes, une tête de rat et une tête de lapin, qui faisaient partie d'une série de 12 têtes animales décorant une fontaine dans l'ancien Palais d'été de la Dynastie des Qing (1644-1911). Ils furent pillés par la coalition militaire anglo-française pendant la Seconde Guerre de l'Opium en 1860.

Les deux bronzes ont été vendus aux enchères pour 14 millions d'euros (17,92 millions de dollars) chacun la semaine dernière. Les départements du patrimoine culturel chinois ont réagi en imposant un contrôle strict de l'import-export par Christie's en Chine.

Lundi, le collectionneur chinois Cai Mingchao a reconnu son statut d'enchérisseur mais a refusé de payer les deux bronzes, ces dernières ne pouvant pas entrer en Chine à cause du contrôle strict de l'AEPC.

Shan Jixiang a aussi démenti des rapports selon lesquels Christie's avait proposé au gouvernement chinois d'acheter les deux pièces à bas prix.

Christie's a exprimé sa volonté de coopérer avec le gouvernement chinois, mais il n'a jamais essayé de vendre les deux bronzes à la Chine à bas prix, a fait savoir M. Shan.

Source: xinhua



Adresse email du destinataire


 Le Yuanmingyuan avant d'être incendié (8)
 Le Yuanmingyuan avant d'être incendié (7)
 Le Yuanmingyuan avant d'être incendié (6)
 Le Yuanmingyuan avant d'être incendié (5)
 Le Yuanmingyuan avant d'être incendié (4)
 Le Yuanmingyuan avant d'être incendié (3)
 Le Yuanmingyuan avant d'être incendié (2)
 Le Yuanmingyuan avant d'être incendié
 Li Zhaoxing : la vente aux enchères des antiquités volées n'est pas « raisonnable »
 Les deux têtes d'animaux en bronze suscitent parmi les Chinois un violent sentiment de « rejet de l'opprobre »
Copyright © 2000-2005 Tous droits réservés.