Edition du week-end/Plan du site/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 27.05.2009 08h38
La communauté internationale condamne la RPDC pour ses essais nucléaires (PAPIER GENERAL)

Les nations du monde telles que le Kazakhstan, la Bulgarie, la Mongolie et l'Italie se sont dites inquiètes et ont condamné le dernier essai nucléaire effectué par la République populaire démocratique de Corée (RPDC).

Le ministère kazakh des Affaires étrangères a indiqué dans un communiqué que le Kazakhstan condamne fermement les tests nucléaires effectués par la RPDC "malgré les avertissements émis par la communauté mondiale".

"Cette initiative affectera évidemment le processus de non prolifération mondiale et représente une menace régionale et internationale", d'après le communiqué.

Le Kazakhstan a appelé la RPDC à retourner à la table des négociations à Six et à mettre un terme à ses ambitions nucléaires, a précisé le communiqué.

Le porte-parole du ministère bulgare des Affaires étrangères a déclaré que l'acte de la RPDC "est une violation absolue de la Résolution 1718 du Conseil de sécurité de l'ONU".

"Nous appelons le pays à retourner à la table des négociations à Six immédiatement et sans condition préalable", a sommé le porte- parole qui lisait un communiqué.

Le ministère mongol des Affaires étrangères a également exprimé ses regrets sur l'essai nucléaire de la RPDC, déclarant que cet acte a violé la Résolution 1718 du Conseil de sécurité de l'ONU, ignorant les avis et attentes de la communauté internationale.

La Mongolie a réaffirmé son soutien envers la non prolifération nucléaire et la dénucléarisation de la péninsule coréenne. Le dossier nucléaire nord-coréen devrait être résolu avec des moyens diplomatiques, a ajouté le ministère.

Le même jour, l'agence de presse italienne ANSA, a rapporté les propos du ministre italien des Affaires étrangères, Franco Frattini, qui a déclaré que cet acte est "une provocation dangereuse" et "une menace pour la paix".

M. Frattini a souligné qu'il espère que les négociations à Six pourront être reprises.

Le Premier ministre malaisien, Najib Tun Razak, s'est dit quant à lui inquiet que l'étalage de la capacité nucléaire de la RPDC durcisse les tensions dans la péninsule coréenne et affecte l'ensemble de la région.

Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a appelé la RPDC à cesser de tester ses armes nucléaires dès que possible, à retourner à la table des négociations à six, et à reprendre le dialogue avec la Corée du Sud.

Lundi, la RPDC a effectué avec succès "un autre" essai nucléaire sur le terrain.

Dans un communiqué publié par l'agence de presse officielle KCNA, le gouvernement de la RPDC a déclaré que le test faisait " partie des mesures pour soutenir sa force de dissuasion d'autodéfense comme le préconisent ses scientifiques et ses techniciens".

Le Conseil de sécurité de l'ONU a qualifié lundi le test nucléaire de violation de la Résolution 1718 de l'ONU adoptée en octobre 2006 après le premier essai nucléaire de la RPDC et a déclaré qu'une nouvelle résolution allait immédiatement être considérée.

La Résolution 1718 interdit à la RPDC de mener des essais nucléaires ou de lancer des missiles.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Typhon Morakot: 44 millions de dollars de dons de la partie continentale de Chine à Taiwan
Le 11e Festival des arts de l'Asie a commencé à Ordos
La grandeur d'âme du peuple chinois reflétée à travers les changements de l'Avenue Chang'an
Les chiffres de juillet montrent plus de changements positifs dans l'économie chinoise
Quel est le but des visites en Afrique des dirigeants américains ?