Edition du week-end/Plan du site/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 28.07.2009 13h32
L'UE donne le coup d'envoi du processus d'adhésion de l'Islande

Les ministres des Affaires étrangères de l'Union européenne (UE) ont donné lundi le coup d'envoi du processus d'adhésion de l'Islande en demandant à la Commission européenne (CE) de présenter un avis sur la demande du pays insulaire pour adhérer au bloc des 27 pays.

"La Commission est invitée à présenter au Conseil (des ministres des Affaires étrangères), son avis sur cette demande", ont dit les ministres dans une conclusion publiée lors de leur rencontre mensuelle à Bruxelles.

L'Islande a officiellement remis sa demande d'adhésion à l'UE jeudi après que le pays eut été durement frappé par la crise financière.

La décision marque la première initiative prise par l'UE pour examiner la demande d'adhésion de l'Islande.

Sur la base de l'évaluation de la CE, les gouvernements de l'UE peuvent prendre une décision politique sur l'opportunité de lancer des négociations d'adhésion avec Reykjavik, mais sous les règles de l'UE, il n'y a pas de limite de temps pour la CE de présenter son évaluation et les négociations d'adhésion prendront en général quelques années.

Des analystes ont dit que l'Islande est bien placée pour une adhésion rapide à l'UE puisque le pays insulaire a une longue histoire de la démocratie et suit de nombreuses règles de l'UE en tant que membre de l'espace Schengen sans frontières de l'UE et de l'Espace économique européen.

Mais certains Etats membres craignent qu'une adhésion rapide de l'Islande puisse laisser des pays candidats des Balkans se sentir frustrés. Des analystes ont averti qu'elle ne saurait aider la région à maintenir la stabilité.

La Croatie et la Macédoine sont les seuls candidats officiels à l'entrée dans l'UE dans les Balkans, mais les négociations d'adhésion de la Croatie sont entravés par un différend frontalier maritime avec la Slovénie, qui a rejoint l'UE en 2004, tandis que la Macédoine n'a pas encore commencé des négociations d'adhésion.

Avant l'Islande, l'Albanie a présenté sa demande d'adhésion il y a trois mois, mais le pays attend toujours que l'UE lance le départ d'une évaluation technique. Le retard est officiellement dû à l'incertitude sur les résultats de son élection le mois dernier.

Tout en excluant la possibilité de donner à l'Islande un privilège par rapport aux autres pays candidats, le ministre suédois des Affaires étrangères Carl Bildt, dont le pays exerce la présidence tournante de l'UE, a prédit une voie d'entrée plus courte pour le pays insulaire.

"Il n'y a pas de procédure accélérée pour l'Islande, mais plutôt une courte piste, car ils sont déjà une partie du marché unique et de l'espace Schengen", a dit Mme Carl Bildt avant la réunion avec ses homologues de l'UE.

Dans la conclusion, les ministres des Affaires étrangères de l'UE ont tenté de rassurer les pays des Balkans de leur avenir de l'UE.

"Le Conseil saisit cette occasion pour réaffirmer son plein soutien à la perspective européenne des Balkans occidentaux, et souligne qu'il retournera à la demande d'ahésion de l'Albanie dès que la procédure d'élection albanaise a été achevée", ont-ils assuré.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Typhon Morakot: 44 millions de dollars de dons de la partie continentale de Chine à Taiwan
Le 11e Festival des arts de l'Asie a commencé à Ordos
La grandeur d'âme du peuple chinois reflétée à travers les changements de l'Avenue Chang'an
Les chiffres de juillet montrent plus de changements positifs dans l'économie chinoise
Quel est le but des visites en Afrique des dirigeants américains ?