100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 21.09.2009 07h51
L'abandon américain du bouclier antimissile met fin à l'illusion en Pologne (ministre polonais des AE)

La décision américaine de ne pas implanter les installations du bouclier antimissile en République tchèque et en Pologne, annoncée le 17 septembre, a marqué la fin des "illusions et espérances irréalistes" portées par certains cercles politiques polonais, a estimé samedi le ministre polonais des Affaires étrangères Radoslaw Sikorski.

Ils avaient espéré que "la Pologne pourrait devenir une sorte d'Israël en matière stratégique", soit un allé proche des Etats- Unis, sans se soucier des mauvaises relations éventuelles entre la Pologne et ses voisins, et que les Etats-Unis puissants viendraient toujours en aides à la Pologne pour tout problème, a indiqué Sikorski lors d'une interview accordée à la chaîne de télévision locale TVN-24.

"Cette décision et la manière dont elle a été annoncée doivent faire tout le monde en Pologne prendre conscience du fait que pour les Etats-Unis, la Pologne n'est qu'un allié régional", a affirmé le ministre, ajoutant que seulement l'Europe, dans son semble, peut être un partenaire stratégique des Etats-Unis.

"Aujourd'hui nous devons compter sur l'intégration européenne et la modernisation de la Pologne", a-t-il souligné.

Le chef de la diplomatie polonaise a noté que Washington a réitéré son engagement à placer une garnison antimissile en Pologne, dont "les résultats pour la défense polonaise sont positifs, à condition que les Etats-Unis respectent ses promesses".

Il a admis que les Etats-Unis "ont un problème de crédibilité en Pologne et doivent le résoudre en prenant des actions concrètes ".

M. Sikorski a fait ces remarques après que Washington eût annoncé jeudi avoir abandonné le projet du bouclier antimissile dans l'Europe de l'est.

L'administration Bush avait envisagé de déployer dix intercepteurs de missile en Pologne et un système radar en République tchèque dans le cadre d'un bouclier destiné à protéger les alliés européens des menaces de missile provenant de certains "Etats voyous".

La Russie s'est fermement opposée à la mesure, estimant qu'elle constituait des menaces à sa sécurité.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Quatre nouvelles condamnations pour des attaques à la seringue à Urumqi
Les salaires des dirigeants des entreprises d'Etat chinoises vont être encadrés
Le PCC adopte une nouvelle mesure pour combattre la corruption
Développement du Grand Paris : un projet qui comblera le rêve des Français
La Chine montre de plus en plus d'assurance en soi