100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 09.10.2009 13h07
Italie : 3,5 millions de personnes sous le seuil de pauvreté alimentaire (ONG)

Selon un rapport publié jeudi par deux ONG, 3,5 millions d'Italiens, ce qui représente 4,4% de la population, vivent aujourd'hui sous le seuil de pauvreté alimentaire.

La Fondazione Banco Alimentare Onlus, une banque alimentaire à but non lucratif, et la Foundation for Subsidiarity ont mené une enquête auprès de 1,5 million d'assistés.

Plus de 80% des pauvres sont des ouvriers dont la plupart sont au chômage.

Les familles aisées dépensent 370 euros de plus par mois que les pauvres en nourriture et boissons, selon ce rapport.

Le profil typique d'un Italien pauvre est un chômeur en provenance du sud du pays, avec un diplôme et une grande famille. Au moins 10,3% des couples avec deux ou trois enfants vivent sous le seuil de pauvreté alimentaire. Par conséquent, les groupes à faible revenu,qui ont des difficultés de réaliser un régime équilibré pour la santé, sont victimes de la "pauvreté alimentaire" ou de "l'insécurité alimentaire".

"Selon les données, ce genre de pauvreté en Italie n'est pas une invention des médias, plutôt une réalité amère que subissent des milliers de familles chaque jour", a indiqué le sociologue, Giancarlo Rovati, au journal italien La Repubblica.

"Au moins 2,3 millions d'Italiens reçoivent un genre d'aide alimentaire offert par des sociétés privées, mais ce moyen ne peut pas résoudre le problème", a-t-il ajouté.

En Italie, le chômage, la plus essentielle raison de la pauvreté, a atteint 59% avec la chute économique, son taux devrait arriver à 9,1% cette année et 10,5% en 2010, selon le Fonds monétaire international (FMI).

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
181 étrangers participeront au défilé consacré à la célébration de la Fête nationale
Le Premier ministre chinois se rendra en RPDC en octobre
Le développement de la Chine donne de l'espoir à l'Afrique
Sommet du G20 : pas de perdant ni de gagnant
Pourquoi la Chine a-t-elle pu échapper à la « théorie de l'écroulement » ?