100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 10.11.2009 13h22
Un nouveau salon pour les 260 000 divorcés annuels en France

Rude leçon d'amour pour Paris, la ville romantique : dimanche, des milliers de futurs divorcés ont afflué au premier Salon annuel du divorce de la capitale française.

En France, près d'un mariage sur deux finit en divorce, d'après l'Institut National d'Etudes Démographiques. Plus de 130 000 divorces ont été comptabilisés en 2007, contre seulement 50 000 il y a trente ans.

Ce Salon du "Nouveau Départ" visait à exploiter ce nouveau marché en pleine expansion, en rassemblant 60 stands offrant des services manifestement bien adaptés, comme avocats spécialisés ou conseillers, mais aussi des disciplines un peu plus obscures dont le but est d'aider les gens à se relever, tels que cartomanciennes, spécialistes en changement de look et coaches personnels.

Des conférences tenues durant les deux jours du salon comprenaient des discussions aux titres tels que "Le rôle de la chirurgie plastique dans la reconquête de votre image", et "Comment séduire à nouveau votre partenaire en utilisant la méthode Gestalt" ou "Se rencontrer sur Internet" et "Séparation : à quoi sert un avocat ? ".

L'organisatrice du Salon, Brigitte Gaumet, dit que l'idée de cette manifestation lui est venue après avoir vu le Président Sarkozy divorcer de sa seconde épouse quelques mois après son entrée en fonctions en 2007.

"De mon point de vue, cet évènement a cristallisé l'idée que le divorce n'est plus un cataclysme mais une chose relativement commune", a dit Mme Gaumet à l'Associated Press. "Beaucoup de personnes en instance de divorce, et aussi séparés ou en état de veuvage, cherchent des informations pour savoir comment rebondir et comment se reconstruire après un divorce."

"Nous avions depuis longtemps le Salon du Mariage, une manifestation annuelle très importante se tenant à Paris et s'occupant des futurs mariés", et j'ai pensé "Pourquoi pas un salon pour les personnes en train de se séparer ?" a ajouté Mme Gaumet, ajoutant que près de 4 000 personnes ont visité la manifestation durant le week-end. Pour une première édition, c'est un vrai succès.

Lors du Salon, qui se tenait dans une salle de conférences au Nord-Ouest de Paris, les stands qui proposaient des conseils juridiques on été ceux qui ont connu la plus grosse affluence.

Charles René et Verena Carlo comptaient parmi les rares couples parmi la longue file de personnes attendant de pouvoir parler à un avocat. Tous les deux mariés, mais chacun de leur côté, ils sont en train de quitter un partenaire de longue date et cherchent une manière de rendre cette séparation la moins douloureuse possible.

"Choisir un avocat peut être particulièrement compliqué, et ce n'est pas le genre de choses que vous faites en choisissant quelqu'un au hasard dans les pages jaunes", a dit René, âgé de 46 ans et père de deux enfants.

Carlo a salué l'initiative prise par ce Salon, dont elle avait entendu parler à la radio ; pour elle "aider les personnes qui vivent des moments difficiles, c'est une bonne initiative", mais elle a été un peu désarçonnée par quelques-uns des services proposés.

"Le fait que vous aller divorcer ne veut pas forcément dire que vous avez besoin d'une épilation au laser ou que vous deviez faire étalage de votre fortune", a-t-elle dit. "Pour être franche, je trouve cela un peu tordu".

Mais d'autres visiteurs semblaient ne pas partager cet avis : les files serpentant devant les stands des spécialistes en changement de look, et qui débordaient même dans les couloirs, comportaient des dizaines de femmes en attente de conseils sur le fait de savoir quelle coupe de cheveux leur irait le mieux ou pour recevoir quelques conseils pour mieux se maquiller.

A l'Institut Cellusionic, un stand proposant des solutions pour perdre du poids, une jeune femme en bikini noir subissait un massage profond aux ultrasons devant une petite foule rassemblée pour la regarder.

"Les clients sont essentiellement des femmes, tout comme au Salon du mariage, a dit la responsable du stand Sidonie Morlet. A part ce traitement, elles essayent surtout de se glisser dans une robe de mariage ; ce faisant, elles essaient de paraître belles pour plaire aux autres, mais, plus certainement de se plaire à elles-mêmes".

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Beijing : Prévenir la grippe via la médecine traditionnelle chinoise avec un yuan
Quatre lignes ferroviaires entreront en service au Xinjiang d'ici la fin de l'année
La 'culture chinoise' aux yeux d'un étranger
La vente par la France de 36 Rafale au Brésil connaît des difficultés
La Chine doit-elle vendre ses matières premières à bas prix ?
Faire exploser la bulle immobilière chinoise
Un parc Disneyland à Shanghai : qui va payer pour la flambée des prix fonciers ?