100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 19.11.2009 13h11
UNFPA: les femmes sont plus touchées par les changements climatiques

Les femmes supportent une part écrasante du fardeau lié aux changements climatiques, mais elles ont été jusqu'ici en grande partie oubliées dans le débat sur la manière d'aborder les problèmes liés à la hausse du niveau des mers, aux sécheresses, à la fonte des glaciers et aux phénomènes météorologiques extrêmes, selon un rapport du Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA), lancé mercredi à New York.

Les pauvres sont particulièrement vulnérables aux effets des changements climatiques, et la majorité des individus vivant avec un dollar par jour ou moins encore, au nombre de 1,5 milliard, sont des femmes, avertit le rapport.

Les pauvres tirent plus que les autres leur subsistance de l'agriculture et risquent donc de souffrir de la faim ou de perdre leurs moyens d'existence quand les sécheresses frappent, que les précipitations deviennent imprévisibles et que les ouragans se déplacent avec une force sans précédent. Les pauvres vivent souvent dans des zones marginales, vulnérables aux inondations, à la hausse du niveau des mers et aux tempêtes.

Le rapport appelle l'attention sur la population des zones littorales de faible altitude, qui sont vulnérables aux changements climatiques, et invite les gouvernements à planifier d'avance pour accentuer la réduction des risques et renforcer la préparation aux catastrophes et leur gestion, ainsi que pour faire face aux déplacements potentiels de population.

La recherche citée dans le rapport montre que les femmes courent un plus grand risque que les hommes de mourir du fait de catastrophes naturelles - notamment celles liées aux phénomènes météorologiques extrêmes -, l'écart étant le plus prononcé quand les revenus sont faibles et les différences de statut entre hommes et femmes nettement marquées.

L'état de la population mondiale 2009 soutient que la lutte de la communauté internationale contre les changements climatiques a une meilleure chance de succès si les politiques, les programmes et les traités prennent en considération les besoins, les droits et le potentiel des femmes.

Le rapport montre que les investissements qui confèrent l'autonomie aux femmes et aux filles - en particulier ceux faits dans l'éducation et la santé - favorisent le développement économique, réduisent la pauvreté et ont un impact positif sur le climat. Par exemple, les filles qui ont été éduquées plus longtemps ont en général, devenues adultes, des enfants moins nombreux et en meilleure santé. Les femmes qui ont accès aux services de santé reproductive, y compris la planification familiale, ont des taux de fécondité moins élevés, ce qui contribue sur le long terme à ralentir l'augmentation du volume des émissions de gaz à effet de serre.

"Avec la possibilité d'une catastrophe climatique à l'horizon, nous ne pouvons nous permettre de reléguer dans le rôle de victimes les 3,4 milliards de femmes et de filles que compte le monde", a déclaré Thoraya Ahmed Obaid, Directrice exécutive de l'UNFPA.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Chine : La superficie de couverture forestière atteint les 195 millions d'hectares
Hausse des IDE en Chine en octobre
Les matchs de barrage de la Coupe du monde de football sont devenus des luttes politiques
Il sera possible que la Chine remplace l'Europe pour devenir le plus important partenaire de coopération de l'Afrique
Un heureux présage pour le développement des relations sino-américaines
La Chine ne deviendrait pas un «leader» mondial
Présence de la Chine en Afrique : inquiétude pour l'Occident et espérance pour les pays africains