100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 18.03.2010 09h05
Les sept otages chinois libérés au Cameroun

Les sept pêcheurs chinois, enlevés le 12 mars au large du Cameroun, ont été libérés mercredi soir et sont arrivés en bateau à Limbé, port camerounais sur l'Atlantique, situé à 350 km à l'ouest de Yaoundé, capitale camerounaise, vers 21H50 heure locale.

Les ex-otages ont été accueillis à Limbé par des diplomates chinois ainsi que des représentants de la compagnie de pêche chinoise où ils travaillent.

Toutes les sept personnes sont saints et saufs et aucune d'entre elles n'est blessée, a constaté une journaliste de Xinhua sur place.

Ces ressortissants chinois, travaillant pour la Société de la pêche Dalian Beihai opérant au Cameroun, étaient à bord de deux bateaux de pêche se dirigeant vers Limbé, lors de l'attaque menée par les éléments d'un groupe armé se présentant comme "Africa Freedom Commando" le 12 mars, vers 02H00 du matin, au large de la péninsule de Bakassi, un territoire rétrocédé en août 2008 par le Nigeria au Cameroun.

Mercredi en début de soirée, ils ont été libérés à Bakassi et remis à un responsable de la compagnie de pêche chinoise.

Bakassi, pentiellement riche en pétrole et en gaz naturel, a une superfie de 1.000 km2 et se trouve sur la frontière entre le Cameroun et le Nigeria. La situation dans cette zone s'est détériorée depuis sa rétrocession au Cameroun.

Le 30 octobre 2008,un groupe armée dénommé "Bakassi Freedom Fighters" ont attaqué un bateau de la compagnie française Total, enlevant dix otages, dont sept Français. Les otages ont été libérés 12 jours plus tard.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Wen Jiabao rencontre le ministre britannique des Affaires étrangères
La Chine et le Royaume-Uni vont renforcer leur dialogue stratégique
« Arrogance » des Chinois ou bien « présomption » de certains Occidentaux ?
Obama «joue avec le feu» en incitant une réévaluation du yuan
La culture d'Amflora fait beaucoup de tapage en Europe
L'UE hausse le ton face au protectionnisme américain
La Chine doit-elle déplacer ailleurs le « Made in China » ?