100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 18.03.2010 09h35
L'armée américaine s'attend à une année difficile en Afghanistan (général Petraeus)

Le général David Petraeus du Commandement central américain, en charge de la guerre en Irak et en Afghanistan, a affirmé mardi devant le Congrès que l'année 2010 serait une année difficile pour les forces américaines en Afghanistan, jugeant pourtant que l'intensité des violences ne devrait pas atteindre le pic enregistré en 2006 en Irak.

Le général Petraeus a tenu ces propos lors d'un témoignage devant la commission des forces armées du Sénat américain, estimant que l'armée américaine et ses alliés de l'OTAN avaient "consacré la majeure partie de l'année passée à obtenir des renforts uniquement en Afghanistan", et d'ajouter qu'"on commence à prévoir les retraits".

Les Etats-Unis ont envoyé un tiers des 30.000 soldats supplémentaires qu'ils ont prévu de déployer en Afghanistan avant le mois d'août, a fait savoir le général Petraeus. Leurs partenaires de l'OTAN se sont engagés à y envoyer 9.000 soldats supplémentaires pour soutenir les Américains.

Selon le général Petraeus, l'offensive lancée récemment dans la province afghane de Helmand est le coup d'envoi d'une opération militaire plus importante, qui s'étalera sur les 18 mois à venir.

L'objectif du président américain Barack Obama de débuter le retrait d'Afghanistan en juillet 2011 constitue une certaine pression pour les dirigeants du pays, poussant ces derniers à accélérer la construction de l'armée afghane, a indiqué le général Petraeus.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Wen Jiabao rencontre le ministre britannique des Affaires étrangères
La Chine et le Royaume-Uni vont renforcer leur dialogue stratégique
« Arrogance » des Chinois ou bien « présomption » de certains Occidentaux ?
Obama «joue avec le feu» en incitant une réévaluation du yuan
La culture d'Amflora fait beaucoup de tapage en Europe
L'UE hausse le ton face au protectionnisme américain
La Chine doit-elle déplacer ailleurs le « Made in China » ?