100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 30.03.2010 08h14
Thaïlande: échec des négociations entre le PM et les chemises rouges

Le Premier ministre thaïlandais Abhisit Vejjajiva et trois principaux dirigeants des Chemises rouges n'ont pas pu conclure un accord concret lundi, alors qu'un nouveau cycle de leurs discussions politiques reste à fixer.

Le second jour de leurs discussions pacifiques a commencé autour de 18h20 et s'est achevé aux alentours de 20h20 locales.

Au cours du second jour des discussions, les deux parties n'ont pas pu s'entendre sur le calendrier pour la dissolution de la Chambre basse du parlement.

Les principaux dirigeants des Chemises rouges continuent d'insister que la Chambre basse du parlement soit dissoute par le Premier ministre dans 15 jours et considère cette option comme l'unique solution à la crise politique actuelle dans le pays.

Cependant, le Premier ministre Abhisit a indiqué qu'il y avait trois conditions essentielles qui devraient être satisfaites avant la dissolution du parlement.

La dissolution de la Chambre pourrait avoir lieu dans neuf mois ou d'ici la fin de l'année après l'élaboration du projet de budget 2011, l'amendement de la constitution, et l'apaisement de la situation politique dans le pays.

Il faudra du temps pour que le gouvernement conduise un référendum national visant à demander au peuple thaïlandais d'identifier les points de la constitution nécessitant des amendements, a expliqué Abhisit.

Le projet de loi des finances 2011 est essentiel pour stimuler la relance économique du pays, a affirmé le Premier ministre.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le constructeur chinois Geely rachète le Suédois Volvo
Li Keqiang rencontre Tony Blair
Faire preuve de bon sens en discutant des problèmes concernant la Chine
A qui va profiter le départ de Google ?
Pourquoi une telle grande différence entre les données statistiques commerciales établies par la Chine et par les Etats-Unis ?
La Chine n'a nul besoin d'un Google politisé
Les Etats-Unis : Le plus grand manipulateur de taux de change dans le monde