100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 12.04.2010 08h38
RCA : l'opposition démocratique exige le désarmement des rebelles avant les élections

Partisane du boycott, le Collectif des forces du changement maintient ses exigences de désarmement des rebelles avant la tenue des élections présidentielle et législatives prévues en République centrafricaine (RCA) le 16 mai, a déclaré dimanche un de ses leaders, Me Henri Pouzère, joint par Xinhua.

« On ne peut pas aller aux élections lorsqu'on est dans un pays où il y a des guerres et des morts. 52% du territoire national est occupé par les rebelles. Il faut commencer par régler ce problème. Il faut qu'il y ait un minimum de paix », a-t-il dit.

Créé dans la perspective du double scrutin attendu, le Collectif est une coalition de 8 partis politiques d'opposition, parmi lesquels l'Union des forces vives de la nation (UFVN) qui défère 5 formations. Parmi celles-ci, figurent le Mouvement de libration du peuple centrafricain (MLPC) qui a évincé en 2009 son fondateur, l'ancien président Ange-Félix Patassé au profit de l'ex-Premier ministre Martin Ziguélé, et le Rassemblement démocratique centrafricain ( RDC) du défunt président Angré Kolingba.

A la clôture du dépôt des dossiers de candidature vendredi, cette mouvance n'a présenté aucun candidat, alors que le président sortant François Bozizé et Ange-Félix Patassé qu'il avait renversé le 15 mars 2003 se sont lancés dans la course.

« La question de candidature ne se pose pas pour l'instant. Nous sommes en train de nous battre pour qu'il y ait des conditions d' aller aux élections. S'il n'y a pas de désarment [des groupes armés], comment voulez-vous qu'on aille aux élections ? », a avisé Me Pouzère.

Il a insisté sur l'adoption d'« une résolution très claire » sur la question, faisant état d'une autre revendication liée à un nouveau recensement électoral. Cette opposition a appelé les Centrafricains au boycott si les élections n'étaient pas reportées en janvier 2011.

« Même cette date que nous avons proposée ne sera pas tenue tant que le désarmement n'est pas effectué », a estimé Henri Pouzère.

Ces élections étaient initialement prévues le 25 avril et ont été reportées 16 mai suite à un décret présidentiel. Une source proche de la présidence jointe dimanche à Bangui par Xinhua a évoqué l'éventualité d'un nouveau report.

La même source a annoncé une conférence de presse du président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) lundi dans la capitale centrafricaine pour communiquer la liste officielle des candidats à la présidentielle et aux législatives.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Prochaine discussion à New York entre six puissances mondiales sur le problème nucléaire iranien
Kirghizstan: l'opposition affirme avoir pris le pouvoir et formé un nouveau gouvernement
L'Occident a besoin de mieux connaître l'Asie
Les trois grandes sources de risque pour la Chine
Trois questions au sujet de l'immobilier en Chine : la réforme immobilière doit-elle être réajustée massivement ?
Le report par les Etats-Unis du rapport sur les taux de change : un chantage ou bien une concession ?
L'Europe fait face à de multiples difficultés pour sortir de la crise